FRAL - Programme franco-allemand en Sciences humaines et sociales

Le langage parlé en mouvement: Apprentissage et adaptation de la communication parlée dans le contexte des mouvements corporels – Salammbo

Résumé de soumission

Au quotidien, nous parlons souvent en bougeant (e.g. en marchant, en cuisinant, en tricotant) et nous bougeons en parlant (e.g. tête, bras et mains, posture). La respiration arbitre cette cooccurrence de la parole et des mouvements en étant à la source de ces activités : elle fournit au cerveau et aux muscles l’oxygène nécessaire, et le flux expiratoire est indispensable à la production du son. La respiration est aussi un pacemaker pour la parole, l’inspiration insérant des pauses coordonnées avec la prosodie et la syntaxe.

Dans le cadre des théories de la cognition et du langage incarnés et situés, l’originalité de Salammbo est de considérer les mouvements des membres comme un contexte pour le langage parlé, et la respiration comme un médiateur entre les deux. Le projet repose sur une démarche interdisciplinaire en linguistique, science du mouvement et psychologie. Le premier objectif est de créer un corpus multimodal, en enregistrant simultanément les mouvements des membres et les données respiratoires, acoustiques et articulatoires avec des techniques avancées. Les locuteurs auront l’allemand ou le français pour langue maternelle et devront lire puis raconter une histoire incluant des mots nouveaux. La tâche sera répétée sur trois jours. Les spécificités des locuteurs connues pour influencer la respiration et les mouvements (e.i. condition/forme physique) seront considérées comme des facteurs déterminant pour la parole produite dans le contexte du mouvement. La tâche sera réalisée sans mouvement, avec la possibilité de bouger les mains et avec un mouvement rythmique des jambes ou des mains.

Sur la base de ce corpus, le lien parole-respiration-membres sera évalué dans quatre lots de travaux qui analyseront : (a) l’impact de la condition/forme physique sur les mouvements des membres, la respiration et la parole, de la phonétique à la syntaxe ; (b) l’effet des mouvements des membres sur la planification de la parole en analysant ses propriétés prosodiques et segmentales ; (c) la coordination parole-respiration-membres en utilisant des analyses de séries temporelles ; (d) le rôle des mouvements des membres dans l’apprentissage à court et long terme d’informations et de vocabulaire nouveaux.

Les chercheurs des deux équipes couvrent un champ de compétences multidisciplinaires en sciences du langage et cognitives, production de la parole, communication multimodale, contrôle et apprentissage moteur, ingénierie et traitement du signal. Différents efforts sont proposés pour diffuser les résultats produits vers les communautés scientifiques et cliniques et au grand public. Les résultats du projet présenteront en effet un intérêt pour la recherche fondamentale sur le langage mais aussi pour la recherche appliquée sur l’éducation et la rééducation du langage et de la parole.


Coordination du projet

Amélie ROCHET-CAPELLAN (Laboratoire Grenoble Image Parole Signal Automatique)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ZAS Leibniz-Zentrum Allgemeine Sprachwissenschaft
LIDILEM Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles
Gipsa-lab Laboratoire Grenoble Image Parole Signal Automatique

Aide de l'ANR 507 492 euros
Début et durée du projet scientifique : août 2018 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter