DS08 - Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives

Economie du logement et évaluations de politiques publiques – ECHOPPE

Economie du logement et évaluations de politiques publiques

Le logement est une cible essentielle de la politique publique en France. Notre proposition vise à combler le manque existant en France en matière d'évaluation des politiques de logement à l'aide de modèles économiques d’équilibre général. Son objectif scientifique fondamental est d’approfondir notre compréhension de l’impact à long terme des politiques de logement sur les inégalités de logement en France et dans les pays.

Logement et politiques publiques

Le logement est un bien primordial, défini par Johh Rawls comme étant souhaitable pour tout citoyen, constituant ainsi un socle commun pour la justice sociale. Les politiques publiques visent explicitement à réduire les inégalités de logement en matière de laissez-faire. Un ensemble étendu de politiques (logement social, taxes et subventions pour la location ou l'accès à la propriété, contrôle du loyer, limites inférieures du logement social pour les municipalités, etc.) a été utilisé pour atteindre cet objectif, mais nous ne savons pas grand-chose de leur succès. Nous ne pouvons pas déterminer si et dans quelle mesure l’inégalité du logement en France est inférieure à celle des États-Unis, du Royaume-Uni ou de l’Allemagne. Une telle comparaison opposerait des pays selon laisser-faire et intervention.<br />Le nombre de chercheurs en économie du logement reste faible en France. L'importance cruciale d'un débat public de qualité sur les politiques de logement en France ne saurait être suffisamment soulignée compte tenu des importants efforts budgétaires. C'est pourquoi nous avons créé, ECHOPPE, un laboratoire décentralisé sur la question, qui fournira un environnement scientifique aux chercheurs en économie du logement en France. <br />Ce «laboratoire ouvert» favorisera les échanges scientifiques entre un grand groupe de chercheurs situés à Aix-Marseille, Paris et Toulouse. Les chercheurs du projet ont déjà effectué des recherches sur l'impact des politiques de logement, les inégalités en matière de logement, le logement social, la géographie économique ou l'offre de logements. Notre projet formalisera cette coopération et ouvrira une plateforme accessible à tous les chercheurs en économie du logement. Plus précisément, nous organiserons des ateliers et d’autres échanges (séminaires) pour inviter des chercheurs nationaux ou internationaux en économie, mais également dans d’autres disciplines travaillant dans des domaines liés au logement.

Le programme scientifique est organisé autour de l'évaluation de l'impact à long terme des politiques de logement en France et de la comparaison avec d'autres pays. La première tâche de ce projet consiste à élaborer des modèles structurels des décisions inter-temporelles de logement des ménages et à les calibrer à l'aide de données françaises. Ce modèle servira à évaluer les impacts à long terme des politiques publiques en matière de logement, tels que les allocations logement etc. Il permettra de mesurer leur effet sur la réduction des inégalités en y intégrant les effets sur les prix en équilibre général.
Son deuxième objectif est de documenter les inégalités en matière de logement et les effets des politiques publiques dans divers pays au cours des années récentes. Ces analyses empiriques serviront comme référence pour les modèles d’équilibre général.
Troisièmement, une extension clé consiste à modéliser l'offre et l'investissement résidentiel. Nous analyserons l'effet des incitations fiscales sur le nombre de nouveaux logements, leur taille et leur qualité. Nous comptons également développer des estimations économétriques plus robustes des paramètres du modèle, en utilisant des données de panel microéconomiques.
Enfin, le projet aborde deux éléments clés des politiques françaises du logement: le logement social et le contrôle des loyers. D’abord, l'économie politique des programmes de logement social et de construction, sera modélisée comme un jeu de vote entre municipalités dans lesquelles les propriétaires et les locataires ont des préférences différentes. Un deuxième aspect concerne l’économie du gradient spatial des prix du logement et des loyers dans les villes en utilisant des données sur les prix du logement et les loyers à collecter sur Internet. Cette analyse améliorera notre compréhension du chômage en ville et de la façon dont les déplacements quotidiens affectent l’emploi dans les villes.

Préliminaires puisque le projet vient de commencer

Préliminaires puisque le projet vient de commencer

Pierre-Henri Bono, Guillaume Chapelle et Etienne Wasmer, “Spatial misallocation and rent controls“, Papers and Proceedings, à paraitre dans American Economic Review, 2019.
Stéphane Grégoir et Tristan-Pierre Maury ‘The negative and persistent impact of social housing on employment’ (2018), Annals of Economics and Statistics, 2018, no 130, p. 133-166
Guillaume Bérard et Alain Trannoy, « The Impact of a Rise in Real Estate Transfer Taxes on the French Housing Market” à paraitre Economie et Statistiques 2018

Le logement constitue un objectif fondamental de politique publique en France et l'effort de la Nation en termes de transferts liés aux politiques du logement en 2014 dépasse 40 milliards d'euros. Ces politiques comprennent par exemple les allocations logement, les taxes foncières et d’habitation et les subventions à la construction mais s'étendent aussi au logement social et au contrôle des loyers. La redistribution et les défaillances du marché, par exemple en raison d’externalités, constituent la justification économique de ces politiques publiques.

En France, il existe un sous-investissement important dans les recherches en économie du logement par rapport à l'économie du travail par exemple. Les évaluations restent limitées à des résultats sur les impacts de court terme qui utilisent des quasi-expériences naturelles. Les impacts à moyen ou long terme en termes d'efficacité ou de redistribution restent peu étudiés. Un exemple en est fourni par les allocations logement pour lesquelles nous avons des études de très bonne qualité sur les effets à court terme alors qu’aucune analyse en équilibre général ne nous indique comment les prix reflètent l'existence de ces allocations.

C'est pourquoi l’objectif scientifique premier de notre projet est la meilleure compréhension de l'impact à long terme des politiques du logement sur les inégalités de logement en France et dans d’autres pays.

La tâche centrale de notre projet de recherche est de construire un modèle structurel dynamique des décisions de logement des ménages au cours du cycle de vie et de calibrer ce modèle à l'aide de données observationnelles françaises. Il n'existe aucun modèle empirique pour la France alors que de tels modèles ont été construits pour les États-Unis, certes récemment. Ce modèle de base servira à évaluer les répercussions à long terme des politiques du logement, comme les allocations logement, les prêts à taux zéro pour les primo-accédants etc. En particulier, cela permettra d’estimer l'ordre de grandeur de la réduction des inégalités de logement obtenue par le moyen de ces politiques publiques.

Deuxièmement, la validation empirique d'un tel modèle nécessite d'avoir des évaluations descriptives de grande qualité des inégalités de logement et des évaluations des effets des politiques publiques au cours des dernières années au niveau national et dans d’autres pays, afin de les comparer aux effets obtenus dans les modèles macroéconomiques. C'est la deuxième tâche de ce projet de recherche de mener ces travaux empiriques innovants.

Le modèle de référence sera enrichi dans des directions complémentaires. Une dimension clé est l'offre de logement et plus précisément la construction de nouveaux bâtiments. Nous visons aussi à analyser l'effet des subventions publiques, telles que les incitations fiscales, sur le nombre d'unités nouvellement construites et leur taille. Un autre sous-projet cherchera à utiliser des données de panel microéconomiques et des méthodes économétriques nouvelles pour estimer de manière plus robuste et précise, les paramètres de préférences des ménages.

Enfin, le logement social et le contrôle des loyers sont d’autres éléments clés des politiques de logement en France. Un sous-projet met l'accent sur l'économie politique du logement social modélisée comme un jeu de vote entre des communes où les propriétaires et les locataires ont des préférences radicalement différentes. Un second sous-projet en économie géographique traite de la question du gradient des prix des logements et des loyers à l’intérieur des villes. Il utilisera un ensemble de données sur les prix des logements et les loyers qui seront collectés par l'équipe sur Internet. L'analyse empirique de ces données améliorera notre compréhension du chômage urbain et la façon dont les déplacements affectent négativement l'emploi dans les villes.

Coordinateur du projet

Monsieur Thierry Magnac (FONDATION JEAN JACQUES LAFFONT)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

GREQAM Groupement de Recherche en Economie Quantitative d’Aix-Marseille (GREQAM)
LIEPP FOND NAT DES SCIENCES POLITIQUES
TSE FONDATION JEAN JACQUES LAFFONT

Aide de l'ANR 657 169 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter