DS08 - Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives

Interaction entre mémoire et temporalité : Etude transdisciplinaire chez les sujets jeunes et âgés – TEMPORALITY

Mémoire et Temporalité : de l'individuel au social

Interaction entre mémoire et temporalité : Etude transdisciplinaire chez les sujets jeunes et âgés

La projection dans le futur individuel et collectif: un facteur de bien-être à tout âge

Au cours des deux dernières décennies, l'étude des processus de la mémoire épisodique impliquée dans le rappel des événements personnellement vécue et situés dans le temps et dans l’espace a été élargie pour englober les processus impliqués dans la dimension future, imaginer des événements précis qui pourraient nous arriver. Cette capacité semble cruciale dans les capacités d’adaptation et le bien-être. Compte tenu du fait qu’objectivement, la perspective temporelle future diminue à mesure que le temps passe et que les gens vieillissent, cette question est particulièrement importante pour la bonne qualité de vie des personnes âgées. Cependant, le rôle des représentations sémantiques, personnelles et impersonnelles, dans les pensées futures ainsi que le rôle respectif des processus explicites et implicites restent sous-estimés. De plus, dans une perspective de psychologie sociale, les processus déterminant le lien entre le soi et la projection collective et les comportements sont inconnus. Enfin, plusieurs études suggèrent que les mécanismes impliqués seraient différents selon la distance temporelle de projection dans l'avenir (La Corte & Piolino, 2016). <br />L'objectif principal de cette proposition ANR qui se situent au carrefour des défis 4 («Vie, santé, bien-être«) et du défi 8 («Sociétés innovantes, intégratives et adaptatives«), est d'aller au-delà de ces premiers constats en étudiant les mécanismes neurocognitifs impliqués dans la capacité des individus à voyager dans le temps en prenant en compte toutes les composantes - des plus épisodiques au plus sémantiques, des aspects individuels aux collectifs, et selon la distance temporelle de projection dans le futur - , et les liens avec l'identité personnelle et sociale. <br />Notre hypothèse principale est que la représentation sémantique, personnelle et collective, du futur augmente avec la distance de projection et le vieillissement qui, à son tour, affecte l'identité personnelle et sociale et le bien-être.

Le projet TEMPORALITY utilise une approche méthodologique multimodale pour étudier les représentations du futur individuel et social combinant des mesures comportementales (questionnaires en ligne, expérience en laboratoire) et physiologiques, des techniques de neuroimagerie fonctionnelle et anatomique ainsi qu'une méthode immersive innovante de projection dans le futur via l’incarnation en réalité virtuelle (VR).
La méthodologie est spécialement conçue pour tester la nature des pensées futures selon le contenu de l’information (épisodique / sémantique ; personnelle / impersonnelle) et la distance temporelle (proche et lointain) et les liens avec le bien-être et l’autonomie. Nous avons commencé l’inclusion de sujets sains jeunes et âgés, et des patients atteints de démence sémantique et de maladie d’Alzheimer.
Le programme de recherche se structure autour de deux principaux axes complémentaires : 1) Les études sur le contenu narratif autobiographique passé et futur et les liens avec les représentations collectives passées et futures et l’identité personnelle et sociale (WP1 études de Panel & WP2 : études de laboratoire, respectivement) ; 2) les études sur la projection subjective temporelle individuelle et sociale via la réalité virtuelle (WP3 & WP4). Ces deux axes de recherche sont déclinés sur le versant comportemental et le versant cérébral à partir d’études en EEG et en neuroimagerie fonctionnelle et anatomique chez les sujets sains et les patients.

Les études de panel (WP1) ont permis d’investiguer le rôle de la présence de caractéristiques phénoménologiques dans le lien entre projection dans le futur et le bien-être. L’étude 1 (N = 1004) s’est focalisée sur la projection de soi, en tant qu’individu, dans le futur, appelée aussi Soi Possibles (Collange et al., en préparation), tandis que l’étude 2 (N = 611 femmes), a étendu la question à la projection collective – ici des femmes - dans le futur ou identité sociale possible. Ces premières études montrent que lorsque les individus génèrent des Soi possibles positifs, le bien-être (actuel et anticipé) et la motivation sont plus importants à mesure que les Soi possibles comportent de nombreuses caractéristiques phénoménologiques. Lorsque les femmes génèrent des identités sociales possibles espérées, l’espoir collectif est plus important à mesure que ces identités sociales possibles comportent de nombreuses caractéristiques phénoménologiques.
Dans le cadre des études de laboratoire (WP2), deux protocoles expérimentaux originaux (EEG et mouvements oculaires) ont été mis en place afin de tester nos hypothèses de sémantisation des projections autobiographiques avec la distance de projection chez des sujets jeunes et âgés sains. Une étude comportementale réalisée chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence sémantique montre des profils de performance opposés dans les deux pathologies en accord avec les hypothèses du modèle théorique TEDIFT (La Corte & Piolino, 2016). Ainsi, le rôle des représentations épisodiques est plus important pour le futur proche (et le passé proche) tandis que le rôle des représentations sémantiques est plus important pour les le futur lointain (et le passé lointain). Une étude de cas chez un patient avec une démence sémantique est soumise dans un journal international (La Corte et al., soumis) et un article sur les deux groupes de patients est en préparation (La Corte et al., en préparation).

Ce projet ANR contribuera de manière significative à de nouvelles recherches sur les mécanismes de projection personnelle et sociale dans le futur : 1) Au niveau théorique, nos résultats amélioreront considérablement les connaissances existantes concernant l’interaction entre souvenirs et pensées futures (dans la dimension épisodique ou sémantique, domaine individuel et social, distance temporelle différente). En conséquence, nous proposerons une nouvelle taxonomie des pensées futures et discuterons (confirmons ou infirmons) d'un nouveau modèle théorique neurocognitif (TEDIFT, La Corte & Piolino, 2016). Ce projet sera particulièrement novateur pour comprendre comment les individus mobilisent, plus ou moins consciemment, des ressources cognitives, émotionnelles et motivationnelles pour effectuer une activité de voyage dans le futur personnel et collectif en lien avec leur identité et leur bien-être ; 2) Aux niveaux technique et économique, le projet permettra de proposer des environnements virtuels adaptées aux personnes âgées et permettant un voyage subjectif dans le temps ; 3) Au niveau social, promouvoir des activités de projections dans le futur personnel et collectif peut s’avérer bénéfique pour le bien-être d’un individu et d’une société ; 4) Au niveau clinique, le projet permettra de développer des outils d’évaluation des différents aspects de la prospection dans la temporalité personnelle et impersonnelle et des nouvelles méthodes de prise en charge non médicamenteuse.

La Corte V., Michon A., Ferrieux S., Abram M., Dubois B., Teichmann M., Piolino P. Ecological evaluation of prospective memory in early Alzheimer’s disease and semantic dementia : validity of a virtual reality task; . ICPS Paris, France, 7-9 March 2019.

Au cours des deux dernières décennies, l'étude des processus de la mémoire épisodique impliquée dans le rappel des événements personnellement vécue et situés dans le temps et dans l’espace a été élargie pour englober les processus impliqués dans la dimension future, imaginer des événements précis qui pourraient nous arriver. Cette capacité semble cruciale dans les capacités d’adaptation et le bien-être. Compte tenu du fait qu’objectivement, la perspective temporelle future diminue à mesure que le temps passe et que les gens vieillissent, cette question est particulièrement importante pour la bonne qualité de vie dans le vieillissement. Cependant, le rôle des représentations sémantiques personnelles et impersonnelles dans les pensées futures ainsi que le rôle respectif des processus explicites et implicites restent sous-estimés. De plus, dans une perspective de psychologie sociale, les processus déterminant le lien entre le soi et la projection collective et les comportements sont inconnus. En outre, plusieurs études suggèrent qu'il existe différents mécanismes impliqués selon la distance temporelle de projection dans l'avenir (La Corte & Piolino, 2016).
L'objectif principal de cette proposition ANR est d'aller au-delà de ces premiers constats en étudiants les mécanismes neurocognitifs impliqués dans la capacité des individus à voyager dans le temps en prenant en compte toutes les composantes - des plus épisodiques au plus sémantiques, des aspects individuels aux collectifs, et selon la distance temporelle de projection dans le futur - , et les liens avec l'identité personnelle et sociale. Notre hypothèse principale est que la représentation sémantique du futur augmente avec la distance de projection et le vieillissement qui, à son tour, affecte l'identité et le bien-être personnels et sociaux. Ce projet utilisera une approche transdisciplinaire entre la psychologie sociale, les neurosciences cognitives et la neuropsychologie gériatrique basée sur des mesures comportementales, physiologiques, des techniques avancées de neuroimagerie ainsi qu'une méthode écologique utilisant l'immersion incarnée dans des environnements virtuels. Cette nouvelle approche nous amènera à éclairer l'interaction entre la mémoire, la temporalité et l'identité personnelle et sociale. Ce projet est également innovant car il a le potentiel d’établir une nouvelle taxonomie de la prospection individuelle et sociale et de déboucher sur de nouvelles recommandations pour améliorer l'anticipation et l'appropriation positive de leur avenir individuel et collectif chez les personnes âgées, ce qui peut améliorer le bien-être des personnes âgées.
Le consortium comprend trois partenaires français qui travailleront en étroite collaboration et qui présenteront toute l'expertise requise pour le projet: le Centre de psychiatrie et de neurosciences (CPN, UMR-S894, Université Sorbonne Paris Cité & INSERM), qui est le partenaire coordinateur et expert en neurocognition, le laboratoire d'adaptations, travail et individus (EA 4469) avec une expertise reconnue en psychologie sociale et l'Unité Clinique des Démences à l'Hôpital de la Salpêtrière (IM2A) avec une expertise en neurologie clinique et en gériatrie. Deux plates-formes de neuroimagerie sont impliquées soit à l'hôpital Sainte Anne où se trouve le CPN ou à l'hôpital de la Salpêtrière. En outre, le projet bénéficiera de la collaboration d'un groupe expert européen (laboratoire de G. Riva) en pratique virtuelle chez les adultes et les patients âgés. Le projet de l’ANR dans sa partie réalité virtuelle entre dans le cadre de l’idex Sorbonne Paris Cité « dynamique du vieillir ».

Coordinateur du projet

Madame Pascale Piolino (LABORATOIRE MEMOIRE,CERVEAU et COGNITION)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CPN-INSERM CENTRE DE PSYCHIATRIE ET NEUROSCIENCES
UPDescartes-EA4469 LABORATOIRE ADAPTATIONS TRAVAIL INDIVIDU
IM2A Institut de la Mémoire et de la Maladie d'Alzheimer
Applied Tecnhology for Neuropsychology Lab
MC2 Lab LABORATOIRE MEMOIRE,CERVEAU et COGNITION

Aide de l'ANR 978 689 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles