DS0802 -

Migrations et Santé : expériences de la santé et trajectoires de soin des populations primo-arrivantes en France. – MIGSAN

MIGSAN

Expériences de la santé et trajectoires de soins des primo-arrivants en France

Enjeux et objectifs scientifiques poursuivis depuis octobre 2016

L’objectif initial de MIGSAN est de contribuer à la compréhension des expériences de la santé et des trajectoires de soins des populations migrantes récemment arrivées sur le territoire en les replaçant à la fois dans leurs dimensions spatiales et sociales. <br />Trois objectifs spécifiques sont suivis dans ce projet : <br />1. Connaître et comprendre les expériences du point de vue des populations : étudier leurs usages des structures de soin, reconstituer les trajectoires de la santé et du soin dans différentes situations sociales et familiales, en prenant en compte l’environnement quotidien dans les lieux/villes de résidence ; <br />2. Analyser les pratiques des professionnels intervenant auprès de ces mêmes populations : décrire la façon dont ils se positionnent dans le système public de santé, analyser les inscriptions territoriales de leurs actions ; <br />3. Examiner les lieux d’interface patients/professionnels : comprendre les dynamiques de réseau aux échelles locales et régionales via la réalisation d’une cartographie dynamique et interactive, procéder à une analyse historiographique des structures de soins. <br />En faisant varier les échelles d’analyse (micro-locale –lieux et quartiers de vie ; locale –villes ; régionale), les lieux d’investigation (espaces domestiques, services de santé), le projet permet de mieux connaître et comprendre les différents mécanismes et facteurs qui entrent en ligne de compte dans les variations de l’accès aux soins chez les populations migrantes. Nos entrées privilégiées touchent à la fois aux recours aux soins (incluant l’accès, les trajectoires ou les parcours de soins), aux ressources mobilisées par les populations pour leur santé (ressources économiques, sociales, spatiales), aux ruptures/continuités/renégociations qui interviennent au cours de la vie des populations (âges de la vie, changement de la cellule familiale).

La méthodologie de recherche est qualitative. Elle repose sur des perspectives comparatistes (chaque entrée thématique est traitée « en miroir » dans différentes configurations locales). Trois entrées méthodologiques se distinguent :
1°) Nous avons recours à des grilles d’entretien comportant les éléments suivants :
- pour les patients : la trajectoire migratoire et éléments biographiques, les conditions d’accès aux soins en France, projets et perspectives individuels et familiaux ;
- pour les professionnels : missions et position ; conditions de travail ; éléments de carrière personnelle et éléments biographiques ; contexte d’émergence de l’intérêt pour les populations migrantes ; prise en compte des contextes politiques et juridiques d’exercice.
Les entretiens avec les patients se déroulent en langue française quand cela est possible, à défaut, ils sont réalisés avec le soutien d’interprètes spécialisés en santé.
Les entretiens avec les professionnels sont facilités grâce aux collaborations avec différentes structures et aux rattachements institutionnels des participants au projet.
Dans certaines situations (notamment lors des terrains en situation de squat), nous conduisons des entretiens informels, complétés de carnets de terrains partagés.
2°) Des grilles d’observation « structures » ont été mises au point afin de permettre de recueillir des données historiques sur celles-ci.
3°) Un recensement des structures de soin sera conduit en 2019 et la mise en place d’une cartographie interactive suivra le protocole.

1) Squats: La dynamique de « squat » doit être investiguée en mettant la parole des habitants en amont des analyses : nous proposons un cadre d’analyse pour s’extirper du binôme de type déterministe ‘lieu/personnes’ pour comprendre les expériences habitantes. L’analyse du contexte politique doit s’appuyer sur des matériaux multiples en lien avec les migrations et leur traitement par les associations et les collectivités locales. Les travaux mettent en lumière que l’installation dans un squat (pourtant chargé de connotations négatives) permet des prises en charge efficaces par les équipes médicales et les associations (issues positives de dossiers administratifs bloqués auparavant).
2) Interprètes: Les entretiens auprès des interprètes professionnels apportent un éclairage sur un métier très ethnicisé. L’analyse a conduit à identifier cinq types de carrières impliquant différentes logiques d’engagement et rapport au métier. Elle a éclairé les processus biographiques et institutionnels pouvant conduire au passage de l’interprétariat bénévole à salarié.
De manière complémentaire, une cartographie des interventions des interprètes met en lumière les enjeux territoriaux liés à la dynamique des dispositifs d’interprétariat médico-social. Une collection de cartes a été dressée, analysée et mise à disposition des structures partenaires.
3) Maraudes: Les missions de maraude se rejoignent sur l’objectif de réorientation ou d’orientation du public précaire vers des structures socio-sanitaires permettant un accès aux soins et aux droits effectifs. Sur le terrain, la confrontation quotidienne des équipes à une gestion dans et de l’urgence laisse place à une définition des priorités qui ne fait pas toujours consensus. Dans ce contexte, la recherche revient sur les enjeux, et débats que soulèvent, dans un cadre associatif et majoritairement bénévole, les actions de «?l’aller vers?». Un rapport produit à ce sujet développe des analyses les pratiques de l’«?aller vers?».

- réalisation d'une cartographie interactive (webmapping) à destination du secteur médical et médico-social
- organisation de deux journées d'étude
- organisation d'une restitution finale et grand public de la recherche
- circulation de l'exposition «Trajectoires«

1. HOYEZ, BERGEON, GASQUET-BLANCHARD (2019) (sous presse). « Health System and Immigrants? A focus on urban France », in G. de Verteuil Handbook of Global Urban Health, Taylor and Francis Groups.
2. PIAN, HOYEZ, TERSIGNI 2019 (sous presse) « L’interprétariat en santé mentale : division sociale, morale et spatiale du travail dans les soins aux migrants ». Revue Européenne des Migrations Internationales. (N° spécial sur l’interprétariat, coordonné par V Petit, S. Wang, G. Pizzolato).
3. HOYEZ, JARNO, PIAN, LEPETIT (2016) et (2018) « L’interprétariat médico-social: un métier à la croisée de mobilités sociales et spatiales ». Poster présenté dans le cadre du colloque « Interprétariat en santé : traduire et passer les frontières » à l’Université de Bordeaux (décembre 2016) et au colloque « Journées de la géographie de la santé » à l’Université Lyon 3. Obtention d’un prix pour le poster à Bordeaux.
4. HOYEZ, BERGEON, VIELLOT-TOMIC, « L'accueil des migrants, une question de volonté politique ». Tribune de presse. Libé Idées.
5. TRAJECTOIRES. HABITER L’ÉPHÉMÈRE. DU «?SQUAT DE MIGRANT·E·S?» AUX «?JARDINS DE LA POTERIE?». Exposition photographique. Mostrations en février 2018 à la BU de l’Université Rennes 2, en avril 2018 à la Fondation Abbé Pierre Bretagne (Rennes), en mai 2018 à ASKORIA (Rennes), en décembre 2018 à la BU de l’Université de Brest.
6. « ANR MIGSAN : Migrations et santé. Expériences de la santé et trajectoires de soin des populations primo-arrivantes en France ». Communication institutionnelle (CNRS). Lettre INSHS du CNRS. Rubrique « Outils de la recherche ».
7. LIGI, PIAN, HOYEZ (2018). Les actions de l’ « aller vers » de Médecins du Monde – Strasbourg. Rapport de terrain halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01905233 .

Le projet traite des inégalités sociales en se focalisant sur celles qui concernent la santé et l’accès aux soins des primo-arrivants et sur les dynamiques sociales et spatiales en jeu dans le continuum des soins. Il entre donc en résonnance avec l’actualité nationale et internationale tout en s’inscrivant dans une démarche collaborative et pluridisciplinaire menée depuis plusieurs années par les participant.e.s au programme. Il articule des réflexions sur les expériences des primo-arrivants et leurs trajectoires de soins, avec l’analyse des pratiques des professionnels.
Le projet étudiera, dans différentes scènes locales (et les réseaux multi-échelles dans lesquels elles s’inscrivent), les inégalités sociales et spatiales de santé telles qu’elles se présentent pour les individus (et leurs familles), et telles qu’elles sont prises en charge par le secteur médical et social. Il se déploiera sur les villes de Nantes, Poitiers, Rennes et Strasbourg et les régions administratives correspondantes.
Le projet, organisé en trois axes de recherche, propose de produire une série d’études de cas complémentaires, ciblés sur les possibilités d’accéder aux soins et de circuler dans le soin, et sur les adaptations et les innovations dans le domaine du secteur médical et social. Le premier axe permettra d’aborder les trajectoires de soin du point de vue des primo-arrivants et des expériences vécues lors des épisodes de maladie, des conditions de logement et des changements dans la cellule familiale. Celui-ci sera complété par un deuxième axe qui analysera les contextes d’exercice des professionnels du secteur social, sanitaire et/ou associatif qui interviennent auprès des primo-arrivants. Un troisième axe apportera un éclairage sur les dynamiques des structures et des équipes porteuses d’actions innovantes dans le domaine du soin et de la santé.
La méthodologie de recherche est qualitative. Elle consiste en un recueil de données basé sur la réalisation d’entretiens formels auprès de patients et de professionnels suivant des grilles élaborées et partagées par toute l’équipe (dans les axes 1 et 2) ou d’entretiens informels (dans le cas de l’axe 1, tâche 2), des grilles d’observations dans les lieux de vie et les lieux de soin (axes 1 et 2), un recensement et la mise en place d’une base de données pour la cartographie (axe 3).
En faisant varier les échelles d’analyse (micro-locale, c'est-à-dire les lieux et quartiers de vie ; locale; régionale), les lieux d’investigation (espaces domestiques, services de santé), nous cherchons plus précisément à mieux connaître et comprendre les différents mécanismes et facteurs qui entrent en ligne de compte dans les variations de l’accès aux soins chez les populations migrantes. Nos entrées privilégiées touchent donc à la fois aux recours aux soins (incluant l’accès, les trajectoires ou les parcours de soins), aux ressources mobilisées par les populations pour leur santé (ressources économiques, sociales, spatiales), aux ruptures/continuités/renégociations qui interviennent au cours de la vie des populations (âges de la vie, changement de la cellule familiale).
L’identité scientifique du projet est marquée par une volonté de proposer des études qualitatives sur les expériences des primo-arrivants, discuter et critiquer les concepts-clés utilisés à la croisée des champs de la santé et des migrations au sein du système public de santé français, en impliquant fortement les professionnels.

Coordinateur du projet

Madame Anne-Cécile Hoyez (ESO)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UMR6590 ESO

Aide de l'ANR 222 880 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2016 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter