DS0805 -

L'OLDowayen: émergence et évolution d'une culture chez les hominidés anciens d'Afrique orientale – OLD

OLD - L'OLDowayen

Emergence et évolution d'une culture chez les hominidés anciens d'Afrique orientale

Enjeux scientifiques et patrimoniaux

The projet OLD vise à l'étude des dynamiques culturelles et environnementales pour la période s'étendant de 2,8 à 1,8 millions d'années (Ma) en Afrique orientale aux échelles locale et régionale. Cette période, qui a vu l'émergence et les premiers développements de la culture Oldowayenne, est cruciale pour notre compréhension des stades anciens du genre humain, car elle est marquée par un ensemble de changements environnementaux et biologiques majeurs. Les réponses adaptatives des hominidés à ces événements restent à déterminer à l'échelle locale. Cet enjeu sera abordé au moyen d'un programme d'étude intégrée ciblant la Formation de Shungura dans la basse vallée de l'Omo (Ethiopie), combinée à une synthèse sur l'Oldowayen ancien, élargie à l'échelle régionale du Système de Rift Est-Africain. Au-delà des bénéfices scientifiques, le projet a d'importantes implications sociétales et patrimoniales. La basse vallée de l'Omo, qui est classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, est aujourd'hui menacée par des projets d'agriculture intensive. Un des enjeux majeurs du projet est de travailler à l'élaboration de solutions concrètes conciliant l'intérêt des recherches scientifiques et la conservation de ce patrimoine fragile avec le développement économique local. <br />Le projet OLD s'intéresse aux questions d'émergence et d'évolution de l'Oldowayen en Afrique orientale sur la base d'un nombre restreint d'hypothèses à tester, en vue de proposer un nouveau modèle interprétatif construit à partir de robustes données multidisciplinaires. Les hypothèses à tester sont : <br />- le succès de l'Oldowayen résulte de son adaptabilité à des environnements variés ; <br />- l'Oldowayen constitue la première culture cumulative de l'humanité marquée par une dynamique d'évolution interne ; <br />- le bagage technologique oldowayen inclut un ensemble de savoir-faire partagés par des groupes distants à l'échelle macro-régionale.

- Tache 1 : acquisition des données de terrain (resp. J.-R. Boisserie et A. Delagnes), incluant toutes les opérations de terrain essentielles au projet, telles que prospections, inventaire et caractérisation des sites, fouilles, inventaire et caractérisation des paléosources de matières premières, géoréférencement et corrélation stratigraphiques. Le travail de terrain implique une coordination étroite entre archéologues, paléontologues, paléoécologues et géologues.
- Tache 2 : comportements, savoirs et habiletés techniques (resp. A. Delagnes et M. Brenet), portant sur l'étude des ensembles lithiques archéologiques comparés à des séries expérimentales, ainsi qu'à la caractérisation des matières premières utilisées pour la fabrication des outillages en pierre.
- Tache 3 : dynamiques spatiales et environnementales (resp. J.-R. Boisserie et E. Fara), ciblant l'analyse des événements climatiques, volcaniques, tectoniques et biologiques intervenus entre 2,8 Ma et 1,8 Ma dans la Formation de Shungura, en relation avec le registre archéologique à partir de 2,34 Ma. Cette tache est par nature multidisciplinaire, impliquant géologues, archéologues, paléontologues, paléoenvironementalistes et spécialistes des SIG.
- Tache 4 : dynamiques culturelles (resp. A. Delagnes et J.-R. Boisserie), établissant la synthèse des taches 2 et 3 et intégrant les données bioenvironnementales et préhistoriques à plus large échelle spatiale et temporelle, en vue d'établir un nouveau nouveau modèle d'interprétation de l'émergence et de l'évolution de l'Oldowayen est-africain.

Le projet OLD a permis la mise en œuvre d’une véritable synergie d’équipe, qui se traduit par une production scientifique déjà très conséquente, constituée pour majorité de publications et conférences multi-partenaires. La première phase de ce projet a par ailleurs vu l’achèvement de deux travaux universitaires, un mémoire de master2 et une thèse (par T. Maurin) à l’université de Bordeaux, ainsi que le démarrage de deux nouvelles thèses, l’une à l’université de Bordeaux (A. Galland, sujet : analyse fonctionnelle des outillages en quartz de la Formation de Shungura), l’autre à l’université de Poitiers (M. Corbé, sujet : sédimentologie et géochimie de la Formation de Shungura).

Les principaux résultats acquis et d’ores et déjà publiés ont trait à :
- l’analyse des régimes alimentaires et des variations environnementales correspondantes à partir de différents taxons d’herbivores (Blondel et al., Pal-Pal-Pal, 2018 ; Martin et al., Scientific Reports, 2018). Ces travaux confirment la mise en évidence d’un changement d’environnement végétal entre les membres E et F, à 2,32 Ma ;
- la description de nouveaux restes post-crâniens d’Australopithecus boisei découverts à la base du membre G, révélant le maintien d’habitudes arboricoles chez ces hominines bipèdes (Daver et al., Journal of Human Evolution, in press);
- la mise en évidence d’une distribution spatiale et temporelle des sites archéologiques du Membre F indicatrice d’une préférence des hominines pour des habitats proches de la paléo-rivière Omo (Maurin et al, Journal of Human Evolution, 2017).

Cette première phase du projet se traduit en outre par une intense activité des membres du projet en matière de vulgarisation scientifique, tant écrite et verbale. Cet effort se poursuivra en 2019-2020 par l’aide au montage d’une exposition nationale au Musée National de Préhistoire (Les Eyzies-de-Tayac) sur l’Afrique avant le premier « Out of Africa », à laquelle contribuent plusieurs membres du projet.

Les travaux à venir verront la poursuite des recherches engagées dans le cadre des taches 1 à 3 du projet. Ils viseront à démarrer les études relatives à la tache 4 (dynamiques culturelles), en vue desquelles des contacts ont déjà établis et des accords de principe acquis pour le lancement d’analyses comparatives avec les ensembles oldowayens anciens de Gona (Ethiopie), les ensembles oldowayens et acheuléens très anciens de Konso (Ethiopie), voire (accord à confirmer) : les ensembles oldowayens de Fejej (Ethiopie) pour le volet tracéologique.

1. Maurin T., Bertran P., Delagnes A., Boisserie J.-R., 2017. Early hominin landscape use in the Lower Omo Valley, Ethiopia: insights from the taphonomical analysis of Oldowan occurrences in the Shungura Formation (Member F). Journal of Human Evolution 111, 33-53.

2. Maurin T. Implantations humaines, facteurs bio-environnementaux et émergence des cultures matérielles anciennes : interrelations et évolution à partir des ensembles archéologiques de la formation de Shungura (basse-vallée de l'Omo, Ethiopie). 2017. Thèse de Doctorat, spécialité Préhistoire, université de Bordeaux.

3. Blondel C., Rowan J., Merceron G., Bibi F., Negash E., Barr W., Boisserie J.-R., 2018. Feeding ecology of Tragelaphini (Bovidae) from the Shungura Formation, Omo Valley, Ethiopia: contribution of dental wear analyses. Palaeogeography Palaeoclimatology Palaeoecology 496, 103-120.2.

4. Martin F., Plastiras C.A., Merceron G., Souron A., Boisserie J.-R., 2018. Dietary niches of terrestrial cercopithecines from the Plio-Pleistocene Shungura Formation, Ethiopia: evidence from dental microwear texture analysis. Scientific Reports 8: 14052.

5. Daver G., Berillon G., Jacquier C., Ardagna Y., Yadeta M., Maurin T., Souron A., Blondel C., Coppens Y., Boisserie J.-R., in press. New hominin postcranial remains from locality OMO 323, Shungura Formation, Lower Omo Valley, southwestern Ethiopia. Journal of Human Evolution.

6. Rowan J., Martine P., Likius A., Merceron G., Boisserie J.-R., in press. New Pliocene remains of Camelus grattardi (Mammalia, Camelidae) from the Shungura Formation, Lower Omo Valley, Ethiopia and the evolution of African camels. Historical Biology.

+ 20 communications en congrès internationaux, 7 communications en congrès nationaux, 13 conférences «grand public«, 5 articles de vulgarisation, 1 mémoire de master.

The projet OLD vise à l'étude des dynamiques culturelles et environnementales pour la période s'étendant de 2,8 à 1,8 millions d'années (Ma) en Afrique orientale aux échelles locale et régionale. Cette période, qui a vu l'émergence et les premiers développements de la culture Oldowayenne, est cruciale pour notre compréhension des stades anciens du genre humain, car elle est marquée par un ensemble de changements environnementaux et biologiques majeurs. Les réponses adaptatives des hominidés à ces événements restent à déterminer à l'échelle locale. Cet enjeu sera abordé au moyen d'un programme d'étude intégrée ciblant la Formation de Shungura dans la basse vallée de l'Omo (Ethiopie), combinée à une synthèse sur l'Oldowayen ancien, élargie à l'échelle régionale du Système de Rift Est-Africain.

Le projet OLD contribuera à la valorisation internationale de la recherche en préhistoire et en paléontologie par son intérêt pour une région d'étude qui est au devant de la scène pour tout ce qui touche à l'étude des hominidés anciens, et par son action de renforcement d'une thématique de recherche qui souffre d'un fort déclin des forces vives dans le panorama national. Au-delà des bénéfices scientifiques, le projet a d'importantes implications sociétales et patrimoniales. La basse vallée de l'Omo, qui est classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, est aujourd'hui menacée par des projets d'agriculture intensive. Un des enjeux majeurs du projet est de travailler à l'élaboration de solutions concrètes conciliant l'intérêt des recherches scientifiques et la conservation de ce patrimoine fragile avec le développement économique local.

Trois partenaires, fortement investis dans ce domaine de recherche, sont impliqués dans le projet : PACEA (CNRS/université de Bordeaux), iPHEP (CNRS/université de Poitiers) et le CFEE (Centre Français des Etudes Ethiopiennes, Addis Abeba). Les domaines de compétence de ces partenaires sont complémentaires et couvrent tout les besoins analytiques du projet. PACEA apportera ses compétences dans le domaine de l'archéologie, des études lithiques, paléontologiques et géologiques. L'iPHEP sera impliqué dans la paléontologie (vertébrés, y compris hominidés) et les reconstructions environnementales, le CFEE contribuera aux études lithiques. La coordinatrice du projet est Anne Delagnes, qui supervise les recherches archéologiques dans le Formation de Shungura. La gestion scientifique du projet sera partagée par A. Delagnes (PACEA) et J.-R. Boisserie (iPHEP). Le suivi administratif et logistique sera assumé par les trois partenaires, avec un fort investissement du CFEE dans l'organisation des missions vers et depuis l'Ethiopie en relation avec les autorités locales.

Le projet OLD est soumis au "Défi 8 : Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives", axe 5 : Cultures, création, patrimoines" dans le cadre de l'appel à projet générique de l'ANR. Le projet répond aux objectifs de cet axe à la fois par son implication dans l'étude des adaptations comportementales et culturelles des hominidés anciens sur le long terme et par ses enjeux patrimoniaux en lien avec la politique régionale de l'UNESCO. Il est programmé pour une durée de 42 mois. Le projet comprend des archéologues, des géologues, des paléontologues, des paléoanthropologues, et des spécialistes des paléoenvironnements. L'équipe proposée est largement opérationnelle depuis dix ans dans le cadre du programme de terrain OGRE (Omo Group Research Expedition) dirigé par J.-R. Boisserie dans la Formation de Shungura. L'excellente intégration de ce programme dans le contexte scientifique et institutionnel éthiopien garantit l'accès à toutes les ressources documentaires (collections, terrain) nécessaires à la mise en œuvre du projet.

Coordinateur du projet

Madame Anne DELAGNES (De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PACEA De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie
iPHEP Institut de paléoprimatologie, paléontologie, humaine ; évolution et paléoenvironnements
CFEE Centre Français des Etudes Ethiopiennes

Aide de l'ANR 377 514 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2016 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter