DS0304 - Chimie Durable, produits, procédés associés

Nouveaux biopolymères basés sur des synthons renouvellables à partir de la desoxigénation catalytique d'hémicelluloses – CATBIOSE

Résumé de soumission

Les ressources pétrolières représentent actuellement la principale source de matière première utilisée dans la production de produits chimiques, y compris les polymères synthétiques. En plus de la rareté croissante de ces ressources, l'impact nocif sur la santé humaine ainsi que sur l'environnement motive la communauté scientifique à développer des alternatives biosourcées durables. Dans ce contexte, des monomères provenant de la biomasse sont considérées comme des matières premières attrayantes et inépuisables, pourvu que la culture des ressources agro-forestières soit également gérée durablement. Les hémicelluloses, qui représentent 15 % à 35 % de végétaux et du bois et sont les deuxième plus abondants polymères naturels dans le monde végétal après la cellulose peuvent être considérées comme une source très intéressante et sous-exploitée de molécules plateforme pour les industries de la chimie et des polymères. Contrairement à la cellulose, les hémicelluloses sont des polymères à faible degré de polymérisation (50-300) composés de sucres à 5 ou 6 carbones, ont des ramifications présentes dans la chaîne principale et sont essentiellement amorphes. Les classes les plus importantes des hémicelluloses sont les (galacto)-glucomannanes (G-GM) et les arabino-xylanes (AX). Des travaux récents ont été entrepris pour permettre l'extraction des hémicelluloses préalablement à la cuisson Kraft avec un minimum d'endommagement aux fibres utilisées dans la fabrication du papier. Cependant, malgré des efforts importants d’optimisation, une partie importante des fractions extraites est composée de monomères ou d’oligomères de faible masse moléculaire. Des alternatives pour valoriser ces fractions sont donc nécessaires. Dans ce projet, nous proposons le développement de : i) un procédé de récupération efficace pour cette fraction de faible poids moléculaire; ii) la production de polyols par désoxygénation catalytique des sucres ; iii) leur oxydation en acides dicarboxyliques ; iv) leur utilisation comme monomères biosourcés pour la synthèse de polyesters et les polyuréthanes, l'objectif principal étant de remplacer leurs homologues d’origine pétrolière. Sur la base de travaux antérieurs réalisés sur d’autres mono/polysaccharides, le projet se propose d'étudier l'hydrolyse/hydrogénolyse des hémicelluloses/oligomères/monomères solubles en présence de métaux nobles comme catalyseurs pour afin de produire des polyols (C2-C6) ayant différents groupes OH et leur transformation en des acides dicarboxyliques polymérisables, suivant les conditions réactionnelles. Selon le nombre d'atomes de carbone restants dans les polyols (rupture des liaisons C-C), le nombre de groupes de l'OH (désoxygénation) et le degré d'oxydation de OH en groupes COOH, des polymères (polyesters ou polyuréthanes) totalement différents peuvent être obtenues. Les conditions plus prometteuses seront optimisées et reproduites à grande échelle afin de fournir suffisamment de matière pour des essais visant certaines applications spécifiques (composites, isolants, panneaux, cosmétiques, etc.). L'approche sera complétée par des études techniques, environnementales et économiques (simplifiées) par rapport aux polyesters et les polyuréthanes disponibles commercialement. Le projet constitue donc un ensemble cohérent, en proposant une nouvelle façon éco-efficace de produire des biopolymères à partir d’une fraction de ressources renouvelables sous-exploitées. Bien que la recherche fondamentale soit au cœur du projet, le consortium rassemble des partenaires interdisciplinaires : IRCELYON, spécialisée dans la catalyse ; LISTE, spécialisée dans les polymères et science des matériaux et FCBA, centre technique pour les industries forestières, qui est en lien étroit avec l'industrie du bois, des pâtes pour papier et de la chimie. Cela garantira, sans aucun doute, un transfert efficace des connaissances obtenues pendant le projet à l'industrie.

Coordinateur du projet

Monsieur Denilson Da Silva Perez (Institut Technologique FCBA)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LIST Luxembourg Institute of Science and Technology
Institut Technologique FCBA
IRCELYON Institut de Recherche sur la Catalyse et l’Environnement de Lyon

Aide de l'ANR 370 951 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2015 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter