DS0402 - Améliorer la Santé par la médecine personnalisée, le diagnostic, la prévention et la thérapie, les stratégies palliatives, en concevant le vivant dans son environnement

Une étude pluridisciplinaire de l'émergence des maladies: le regard des sciences humaines sur les relations hommes-singes en Afrique équatoriale – SHAPES

Les humains, les primates non-humains et les maladies émergentes en Afrique centrale

Cette étude pluridisciplinaire a examiné les changements du contact entre les humains et les primates non-humains en Afrique équatoriale, ainsi que les conséquences pour la santé humaine. Notre étude SHAPES nous a permis de développer une approche pluridisciplinaire pour mieux comprendre les dynamiques des émergences passes et donc mieux appréhender les émergences futures. Nous avons développé de nouvelles recommandation à intégrer dans la surveillance des maladies infectieuses émergentes.

Repenser le contact entre humains et primates non-humains

Cette étude pluridisciplinaire a examiné les changements du contact entre les humains et les primates non-humains (PNHs) en Afrique équatoriale, ainsi que les conséquences pour la santé humaine. Notre étude SHAPES nous a permis de développer une approche pluridisciplinaire pour mieux comprendre les dynamiques des émergences passes et donc mieux appréhender les émergences futures. Nous avons analysé les changements d’interactions entre humains et PNHs dans trois zones de la forêt équatoriale africaine : la forêt de Lobéké au Sud Est Cameroun et les Provinces du Tshuapa et du Maï-Ndombe en République Démocratique du Congo. Par notre approche, nous avons développé de nouvelles recommandation qui devraient être intégrées dans la surveillance des maladies infectieuses émergentes en Afrique Centrale.

Nous avons mis en place une approche innovatrice et pluridisciplinaire pour atteindre ces objectifs, dont la base reposait sur les méthodes anthropologiques et historiques. Ces outils ont fortement influencé une approche quantitative -- un questionnaire, mais plus important, une approche innovatrice et participative, au cours de laquelle des volontaires ont noté leurs activités dans la forêt pendant 13 mois, ainsi que leurs contacts (géolocalisés) avec neuf espèces de PNHs. En outre, nous avons recueilli des échantillons de selles chez les personnes habitant au sud-est Cameroun et chez des gorilles et des chimpanzés vivant dans la même forêt. Nous avons évalué les écologies microbiennes de ces échantillons. Nous avons comparé non seulement ces écologies microbiennes avec celles de gorilles et de chimpanzés en captivité (dans un zoo européen), ainsi que leurs soigneurs humains, mais nous avons également mobilisé nos analyses en sciences sociales pour élaborer des interprétations plus robustes concernant les résultats de ces écologies microbiennes.

Le projet SHAPES a mené une analyse multidisciplinaire du concept de “contact” humain-animal, un driver de l’émergences des maladies animales dans les populations humaines. Ce projet a été le premier a examiné du point de vue historique les dynamiques de l’émergence du VIH au Cameroun. Nous avons également évalué les dynamiques complexe des changements de la couverture forestière à la lisière de la forêt équatoriale en République Démocratique du Congo. Ce projet a contribué à un nouveau projet, financé par la Commission Européenne pour un réseau global des centres de sciences sociales pour la préparation et la réponse aux menaces infectieuses et la résistance antimicrobienne. Ce réseau global sera coordonné par Tamara Giles-Vernick (Institut Pasteur) et va démarrer en janvier 2019. Lys Alcayna-Stevens a contribué, par son expertise liée au projet SHAPES, à la riposte de l’épidémie Ebola en province Equateur, RDC.

Nous continuerons à approfondir notre compréhensions des maladies zoonotiques. Financée au titre de l'appel à projets interdisciplinaires d'INCEPTION, l'étude MICROTONE met en lumière l'émergence de maladies zoonotiques en examinant les voies sociales et écologiques facilitant les échanges microbiens et viraux entre les humains et les animaux. Nous effectuons des analyses métagénomiques comparatives du virome et du microbiome intestinal chez des personnes et des animaux sauvages et domestiques selon un gradient de changement écologique dans une mosaïque forêt-savane en République démocratique du Congo, un épicentre de l'apparition de maladies zoonotiques.
Nous avons également reçu un financement Horizon 2020 de la Commission européenne pour coordonner SoNAR-Global, un réseau mondial de sciences sociales chargé de la préparation et de la riposte aux menaces infectieuses et à la résistance antimicrobienne. SoNAR-Global, coordonné par Tamara Giles-Vernick, réunira onze partenaires dans des institutions en sciences sociales dans le monde. Ce projet débutera en 2019.

Le projet SHAPES a publié plusieurs articles, et d’autres manuscrits sont en cours de finalisation pour soumission. Nous avec publié deux articles dans la revue EcoHealth, le premier sur les débuts du VIH, et le deuxième qui repense la notion de contact e

Cette étude multidisciplinaire examine l’évolution et les différents contextes des types de contacts entre humains et primates nonhumains en Afrique équatoriale ainsi que les conséquences sanitaires de ces contacts. Si ces contacts ont été abordés par les recherches biomédicales, les sciences sociales se sont peu penchées sur la question. Nous proposons de réunir des analyses anthropologiques, historiques, géographiques et biologiques pour mieux comprendre comment ces différents contacts ont évolué au court du temps et comment ils ont influencé la santé humaine. Ce projet de sciences humaines vise à prendre en compte la complexité et la variabilité des pratiques humaines et des processus spatio-temporels de la transmission zoonotique et d'apparition des maladies. Cette étude offrira un socle multi-disciplinaire au sein duquel les sciences sociales offriront un éclairage sur les dynamiques actuelles et passées d’émergence des maladies. Nous mènerons également une étude pilote metagénomique des enterotypes présents à la fois chez les grands singes et chez les humains qui sont un élément clé pour comprendre l’origine des pathogènes pouvant coloniser le corps humain.

Coordinateur du projet

Unité d'Epidémiologie des Maladies Emergentes, Institut Pasteur (Fondation de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Maladies Infectieuses et Vecteurs:écologie, génétique, évolution et contrôle
Service de Microbiologie
Department of Anthroplogy
Université Rennes 2
Department of Virology
SPHERE - Sciences, Philosophie, Histoire – UMR 7219
Departments of Laboratory Medicine & Medicine (Infectious Diseases)
Department of Anthropology
Unité d'Epidémiologie des Maladies Emergentes, Institut Pasteur
Unité d'Epidémiologie et Physiopathologie des Virus Oncogènes, Institut Pasteur

Aide de l'ANR 498 962 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2014 - 36 Mois

Liens utiles