MATETPRO - Matériaux et Procédés pour Produits Performants

Procédés bio-hydrométallurgiques innovants et éco-efficaces pour la récupération des métaux stratégiques et rares: ressources primaires et secondaires – EcoMetals

Résumé de soumission

La France et l'Allemagne sont fortement tributaires des importations de métaux qui jouent un rôle central dans leur développement économique et industriel. En Europe, la plupart des ressources minières à teneur en métaux élevée ou modérée, d’accès aisé et pouvant être traitées par des technologies classiques, sont quasiment épuisées. Les gisements primaires encore disponibles présentent des teneurs plus faibles en métaux ou une minéralisation complexe (polymétallique, riche en carbone). Par ailleurs, les résidus provenant de l'exploitation minière peuvent également contenir des quantités résiduelles de métaux que l’on ne peut plus négliger dans le contexte actuel de rareté des ressources. Leur exploitation nécessite une optimisation de la récupération des métaux (qu'ils soient métaux de base, Cu, Ni, Zn, etc, ou métaux associés Ag, Co, Ni, Ga, Au, PGE, etc), d’une part en améliorant l'efficacité des méthodes actuelles et d’autre part en développant de nouvelles technologies plus innovantes. La sécurisation de l’accès aux métaux, associée à une limitation de l’empreinte environnementale est un enjeu économique, social et scientifique crucial pour la France et l’Allemagne mais également pour l’Union Européenne dans son ensemble. Dans ce contexte, la bio-hydrométallurgie est aujourd’hui considérée comme une alternative viable aux procédés actuels de traitement. La France et l'Allemagne ont une compétence et une expérience largement reconnues dans le domaine du développement de méthodes dédiées au bio-traitement des matières premières. Des travaux de recherche sur des minerais de schistes noirs à cuivre ont déjà été menés lors de projets précédents (FP6 Bioshale et BMBF r2) par les équipes impliquées dans EcoMetals ; ceux-ci ont permis d’identifier des pistes pour améliorer la rentabilité de ce procédé : l’amélioration des étapes de prétraitement, l’optimisation de la dissolution des métaux (cuivre et métaux associés) ainsi que leur récupération en aval de l’étape de biolixiviation. Le projet EcoMetals se propose de relever l’ensemble de ces défis en proposant des avancées technologiques permettant d’améliorer l’ensemble de la chaîne de traitement et de production de valeur. Des minerais et résidus miniers du Kupferschiefer allemand et des dépôts polymétalliques complexes français seront utilisés comme études de cas, pour lever les verrous scientifiques identifiés. Le projet vise notamment à :
- développer des méthodes alternatives de traitement telles que la bio-hydrométallurgie, de l'échelle laboratoire à l'échelle pilote.
- démontrer leur efficacité, leur rentabilité et leur durabilité sur des minerais cuprifères allemands et français contenant des métaux associés stratégiques pour l'industrie de ces deux pays (Ag, Co, Ni, Ga, PGM, etc)
- démontrer le potentiel des bioprocédés pour valoriser les résidus de l'industrie minière
- relever certains défis scientifiques connexes (efficacité énergétique, influence négative de la matière organique sur la flottation, caractère récalcitrant de la chalcopyrite à la biolixiviation, optimisation de la récupération de l’ensemble des métaux),
- développer de nouveaux outils d’analyse environnementale permettant de démontrer l’éco-efficacité des options techniques proposées par rapport aux pratiques actuelles.
Ecometals est un projet ambitieux, qui à travers une approche multidisciplinaire, propose des progrès technologiques dans la gestion durable des minerais et dans la valorisation des résidus. Le projet mènera de front l'intégration des procédés développés et leur analyse environnementale via l’utilisation d’outils dédiés (ACV). En cas de succès, les résultats obtenus dans le cadre franco-allemand seront largement applicables dans d'autres parties du monde, puisque les minerais du Kupferschiefer et les dépôts polymétalliques constituent des ressources en métaux considérables, notamment en Afrique centrale, Asie centrale et Europe.


Coordination du projet

Francoise Bodenan (Bureau de Recherches Géologiques et Minières)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

BRGM Bureau de Recherches Géologiques et Minières
BIO-IS Bio Intelligence Service
GeoRessources UMR 7359 GeoRessources
LATEP Laboratoire de Thermique, Energétique et Procédés, Université de Pau et des Pays de l'Adour
AIR LIQUIDE CTRE RECH C. DELORME
MRM MILTON ROY Mixing

Aide de l'ANR 1 049 807 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2013 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter