INEG - Métamorphoses des sociétés. Inégalité - Inégalités.

Equité dans les environnements économiques intertemporels risqués – EquiRisk

Equité dans les environnements économiques intertemporels risqués

Développer des outils d'évaluation permettant de rendre compte des toutes les dimensions du bien-être dans un environnement intertemporel risqué afin de pouvoir juger de l'équité des situations individuelles.

Développer des outils d'évaluation permettant de rendre compte des toutes les dimensions du bien-être.

L'équité est un concept multidimensionnel qui met en jeu la comparaison de différents aspects du bien-être. Cela est encore plus vrai dans nos « sociétés du risque », où l'équité doit être évaluée dans différents scénarios possibles ou probables, et sur de longues périodes. L'enjeu du projet EquiRisk est de développer des méthodes et des outils d'évaluation qui agrègent de façon cohérente différentes dimensions du bien-être dans des environnements économiques risqués afin de pouvoir juger de l'équité des situations individuelles.

nous utiliserons le cadre proposé par la théorie du choix social équitable qui propose de fonder l'agrégation de différentes dimensions du bien-être sur les préférences individuelles. Il s'agira tout d'abord d'en approfondir les fondements en appliquant la méthode sur des données et en comprenant mieux la formation et l'évolution des préférences.

Il s'agira ensuite de répondre aux problèmes propres des situations mettant en jeu des risques. La question est de savoir quelles préférences prendre en compte alors et comment les agréger entre différents « états du monde ».

Une fois ce problème résolu à un niveau général, notre projet étudiera deux problèmes plus particuliers : le changement climatique et la longévité, qui mettent tous deux en jeu risque et aspect temporel. Le changement climatique pose la question de l'équité entre générations alors que le nombre même de générations futures est inconnu et que des catastrophes peuvent injustement frapper celles-ci. La longévité pose la question de savoir si les inégalités de revenu ou de statut social se cumulent avec des inégalités sur la durée de vie. Dans les deux cas, le projet aura à coeur d'étudier les politiques publiques qui peuvent être mises en place pour réduire les différentes sources d'injustice.

Le projet a pour objectif une meilleure compréhension des inégalités. Il se veut une contribution méthodologique à l'évaluation des inégalités et une contribution aux discussions éthiques qui entourent la notion d'équité.

Du point de vue méthodologique, les résultats attendus sont l'élaboration d'un certain nombre d'outils pour évaluer les inégalités. Du point de vue éthique, le projet essaiera de mettre en avant l'intérêt de la prise en compte des préférences individuelles pour la définition des inégalités.

Notre objectif est d'élaborer des méthodes prenant en compte toutes les dimensions du bien-être, sans se borner aux risques monétaires, en prenant en compte notamment la santé et la qualité environnementale. Nous pourront ainsi proposer des façons cohérentes de développer des indicateurs composites comparables à l'Indice de Développement Humain utilisé par la Banque Mondiale, mais en insistant sur la dimension individuelle et sur le respect des préférences. L'incorporation des dimensions de risque et de temps est également fondamentale pour avoir une vision plus complète du bien-être et de l'équité.

Nous espérons que ce projet pourra avoir un impact sur les décideurs politiques et économiques et sur la société civile en proposant des mesures plus complète du bien-être et de l'équité.

Ce projet permet la mise en place au sein du Collège d'Etudes Mondiales (FMSH) d'un groupe en choix social fortement ouvert à l'international et travaillant sur des problématiques par nature multi-disciplinaires. Ce projet sera l'occasion pour ce groupe de se développer, d'étoffer ses collaborations avec des chercheurs étrangers (notamment par une politique d'invitation et l'existence d'un comité scientifique international) et de mettre en place des collaborations interdisciplinaires.

A terme, le projet pourrait déboucher sur l'élaboration d'un nouveau projet incluant le groupe initial mais en élargissant et approfondissant ses thématiques par une plus grande ouverture disciplinaire et internationale.

Ce projet donnera lieu à la production de plusieurs documents scientifiques sous la forme de documents de travail accessibles en ligne. Ces documents auront vocation à être publié dans des revues scientifiques internationales et dans des ouvrages scientifiques.

Le projet donnera lieu également à plusieurs séances d'un séminaire international sur les questions d'équité et de risque, séminaire ouvert à l'ensemble de la communauté scientifique. Une conférence internationale sera également organisée au terme du projet.

L'équité est un concept multidimensionnel qui met en jeu la comparaison de différents aspects du bien-être. Cela est encore plus vrai dans nos « sociétés du risque », où l'équité doit être évaluée dans différents scénarios possibles ou probables, et sur de longues périodes. L'enjeu du projet EquiRisk est de développer des méthodes et des outils d'évaluation qui agrègent de façon cohérente différentes dimensions du bien-être dans des environnements économiques risqués afin de pouvoir juger de l'équité des situations individuelles.

Pour cela nous utiliserons le cadre proposé par la théorie du choix social équitable qui propose de fonder l'agrégation de différentes dimensions du bien-être sur les préférences individuelles. Il s'agira tout d'abord d'en approfondir les fondements en appliquant la méthode sur des données et en comprenant mieux la formation et l'évolution des préférences.

Il s'agira ensuite de répondre aux problèmes propres des situations mettant en jeu des risques. La question est de savoir quelles préférences prendre en compte alors et comment les agréger entre différents « états du monde ».

Une fois ce problème résolu à un niveau général, notre projet étudiera deux problèmes plus particuliers : le changement climatique et la longévité, qui mettent tous deux en jeu risque et aspect temporel. Le changement climatique pose la question de l'équité entre générations alors que le nombre même de générations futures est inconnu et que des catastrophes peuvent injustement frapper celles-ci. La longévité pose la question de savoir si les inégalités de revenu ou de statut social se cumulent avec des inégalités sur la durée de vie. Dans les deux cas, le projet aura à cœur d'étudier les politiques publiques qui peuvent être mises en place pour réduire les différentes sources d'injustice.

Les résultats du projet EquiRisk nourriront une plateforme internet et des publications au fur et à mesure de l’avancement du projet. Un séminaire sera également mis en place pour discuter avec des chercheurs venant de différentes disciplines de l'aspect multidimensionnel de la notion d'équité et des questions particulières posées par l'existence de risques. Une synthèse finale sera opérée lors d’un colloque international de clôture du projet regroupant des spécialistes de différentes sciences humaines et sociales. Une communication des résultats du projet EquiRisk en direction des responsables publics et des agences internationales sera développée, à travers notamment la participation d'un des membres du groupe à la rédaction du prochain rapport du GIEC.

Coordinateur du projet

Monsieur Stéphane ZUBER (Fondation Maison des Sciences de l'Homme) – stephane.zuber@parisdescartes.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

FMSH-CEM Fondation Maison des Sciences de l'Homme

Aide de l'ANR 189 998 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2012 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter