INOV - Sociétés innovantes : innovation, économie, modes de vie

COllaborations SCIences-ENtreprises pour la production de questions sCientifiques dans le domaine Environnemental : analyse des innovationS scientifiques, sociales et structurelles. – CO-SCIENCES

Analyse des innovations lors de rencontres sciences-entreprises et expérimentation de débats

Le postulat selon lequel la proximité, le dialogue organisé, le partage d’expériences entre entrepreneurs et scientifiques seraient facteurs d’innovation demeure une idée couramment admise. Le projet va consister à étudier des relations existantes et à en expérimenter de nouvelles afin d’analyser les modalités de l’échange, les productions et d’identifier les éventuelles innovations.

Analyse des innovations lors de trois types de rencontres sciences-entreprises.

Les analyses sur les mutations des relations sciences-société ont pointé l’implication des acteurs <br />« non scientifiques » dans la production de la connaissance et dans la définition des <br />questionnements scientifiques. Grâce notamment à leurs méthodologies, les sciences humaines et <br />sociales peuvent accompagner ces échanges (Callon et al. 2001). Ainsi, l’objectif de notre recherche <br />est de construire et d’expérimenter un espace de débats entre laboratoires de recherche et <br />entreprises. L’objet des débats porte sur deux sujets choisis pour leur transversalité scientifique, <br />pour l’intérêt qu’y portent nos partenaires que sont le pôle Mer Bretagne, le Technopôle et le Club <br />des Entreprises développement durable ; il s’agit de l’aquaculture et des énergies marines <br />renouvelables. Pour permettre les comparaisons, il est proposé de mener une analyse <br />anthropologique des relations existantes entre chercheurs et représentants d’entreprises à partir <br />de deux expériences. La première sera une étude de cas, focalisée sur une entreprise innovante, <br />France Haliotis, première écloserie en Europe à pouvoir proposer des juvéniles de coquillages, des <br />ormeaux, de qualité en grande quantité. La deuxième portera sur deux réseaux existants dans le <br />domaine de l’ingénierie écologique (REVER et AgéBio). Les analyses porteront sur les logiques <br />sous-jacentes des différents acteurs, sur les dynamiques d’adaptation mutuelles et l’analyse des <br />éventuelles innovations. Notre méthodologie de débat pourrait être réutilisée dans des <br />configurations d’échanges sciences-entreprises, afin de permettre l’émergence de <br />questionnements techniques et scientifiques.

L’ambition méthodologique de ce projet est la co-construction scientifique d’un espace de débats
sciences-entreprises, entre des chercheurs issus de différentes disciplines et des acteurs engagés
dans des structures d’appui aux entreprises. Synchroniquement l’expérience de travail en
transdisciplinarité et transectorialité fait l’objet d’une analyse ; toutes les réunions du comité de
pilotage sont enregistrées et des entretiens avec chaque partenaire du projet sont menés. Enfin,
nous étudierons toujours dans un cadre transdisciplinaire et réflexif, les productions des relations
sciences-entreprises que ce soit dans le cadre des débats créés ou à partir des exemples de
coopérations. Appréhender l’innovation scientifique et technique comme processus de
Référence du formulaire : ANR-FORM-110425-01-01 3/5
construction sociale et structurelle soulève un ensemble de questions relatives aux représentations de cette innovation par les acteurs concernés. Nous souhaitons permettre l’appropriation du cadre d’analyse des innovations par l’ensemble des partenaires et ainsi les évaluer.

Pour la construction de l’espace des débats, nous avons choisi d’utiliser une méthode de modélisation de système complexe (méthode Acteurs Réseaux Dynamiques Interactions). Cette méthodologie pourra être réutilisée par les structures d’appui aux entreprises partenaires du projet (pôle de compétitivité Mer Bretagne, Technopôle, et Club des entreprises développement durable).
Les recherches anthropologiques menées sur les liens entre un laboratoire et une entreprise et sur les réseaux d’acteurs dans le cadre de l’ingénierie écologique permettront d’enrichir les connaissances sur les modalités d’échanges et leurs contenus.
Analyse transdisciplinaire et transectorielle des innovations produites lors des rapprochements sciences-entreprises

Les débats sciences-entreprises organisés permettront éventuellement la mise à jour de nouvelles questions de recherche, de verrous qu’ils soient scientifiques, technologiques, économiques, juridiques… sur les thèmes de la diversité aquacole et des énergies marines renouvelables.
Ce projet souhaite contribuer à réinterroger le terme d’innovation par une contribution transdisciplinaire et transectorielle.
Plus largement cette recherche participe d’un renouvèlement des relations entre sciences et société, impliquant davantage cette dernière dans la production de la connaissance y compris dans la définition des questionnements scientifiques.

Une proposition de communication intitulée «Expérimentation de débats sciences-entreprises«, (titre provisoire) a été soumise, dans le cadre du congrès de l’Association Française de Sciences Politiques et de la section thématique 21 : l'activité scientifique au prisme de l'impératif délibératif.
Une proposition de communication intitulée « Le goût de l'ormeau ou comment le gastéropode est devenu noble » (titre provisoire) a été soumise, dans le cadre du Congrès des sociétés
Référence du formulaire : ANR-FORM-110425-01-01 4/5
historiques et savantes, sur le thème « Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires ».

Plusieurs études ont analysé les transferts de connaissances entre les laboratoires de recherche et les entreprises, elles ont notamment identifié l’importance de la proximité et de la constitution de réseaux dans la production d’innovations, le plus souvent techniques. Les politiques publiques se sont appropriées ces analyses en créant les conditions de cette proximité et en insistant (dès les années 1970) sur la création de technopôles, puis de pôles de compétitivité permettant de rapprocher le monde de la recherche et le monde de l’entreprise. Par ailleurs, aux Etats-Unis (Gibbons et al, 1994) ou en France (Callon et al, 2001), différents auteurs ont jeté les bases d’un renouvèlement des relations entre sciences et société, impliquant davantage cette dernière dans la production de la connaissance y compris dans la définition des questionnements scientifiques. Ces discussions se poursuivent aujourd’hui au sein de différents cénacles politiques et scientifiques et la gouvernance de la recherche se modifie dans certains contextes. Alors que des chercheurs et des entreprises se rencontrent quotidiennement dans le cadre d’un échange bilatéral, ou peuvent être conviés à échanger lors de débats, quels sont les questionnements scientifiques discutés et comment évaluer les innovations produites, qu’elles soient bien sûr scientifiques mais aussi structurelles et sociales. Ces interrogations imposent à la fois d’identifier ou de concevoir les dispositifs de débats sciences-entreprises, mais également d’analyser les mises en relation.

Notre projet est double : d’une part, il s’agit de concevoir et d’expérimenter un espace délibératif composé de scientifiques issus de plusieurs disciplines et de chefs d’entreprises ou de leurs représentants ; d’autre part, nous analyserons les questionnements scientifiques produits lors de ces débats ouverts, dans le cadre de couples entreprise-laboratoire et au sein de réseaux thématiques constitués afin d’enrichir les comparaisons. L’objet d’étude sera centré sur les questions environnementales car elles traversent l’ensemble de la société, sont complexes et nourrissent les débats (top-down ou bottom-up). Le terrain d’étude est celui de l’Ouest Bretagne. Il permet de s’inscrire dans une proximité géographique et le nombre de chercheurs concernés par les questions environnementales sur ce territoire relativement restreint est conséquent. Par ailleurs, une démarche de plate-forme collaborative science-société a été initiée depuis 2010.

Les procédures de mise en débats des questionnements environnementaux seront discutées et éprouvées (tâche 1). Afin de nourrir les comparaisons, deux configurations des relations scientifiques–entreprises seront minutieusement observées et analysées : des débats spécifiquement conçus dans le cadre de cette recherche (tâche 2) et des expériences associant une entreprise et un ou plusieurs laboratoires de recherche (tâche 3). L’analyse des innovations (tâche 4) sera menée de manière pluridisciplinaire et réflexive, c’est-à-dire associant l’ensemble des participants qu’ils soient scientifiques ou issus du monde de l’entreprise.

Par ces différents aspects que l’on se propose de développer, le projet relève à la fois d’une recherche fondamentale (acquisition de connaissances) et d’une recherche appliquée (porter à connaissance et contribution à l’expérimentation de collaborations sciences-entreprises, en dépassant les aspects idéologiques et normatifs).


Coordinateur du projet

Madame Frederique CHLOUS-DUCHARME (Institut de Géoarchitecture) – frederique.chlous-ducharme@univ-brest.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CFV Université de Bretagne Occidentale
Pole Mer Pole de Compétitivité Mer Bretagne
PREFICS (EA3207) Laboratoire PREFICS : Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones - Information, Communication, Sociolinguistique
TBI Technopole Brest Iroise
Club Entreprises Association Club d'Entreprises Développement Durable, Finistère
CRPCC (EA1285) Centre de Recherches en Psychologie, Cognition et Communication
Géoarchitecture Institut de Géoarchitecture
LEMAR (UMR6539) Laboratoire Sciences de l'Environnement Marin
CRBC (EA4451) Centre de Recherche Bretonne et Celtique

Aide de l'ANR 419 941 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2012 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter