RPDOC - Retour Post-Doctorants

Rôle de l'Action dans l'Organisation des connaissances Sémantiques sur les Objets – RAOSO

Rôle de l'action dans l'organisation des connaissances sémantiques sur les objets

Le projet pose la question des liens entre perception, action et cognition. Nos connaissances sur les objets seraient intimement liées à nos expériences perceptives et motrices.

Evaluation d'un modèle d'organisation des representations d'objets et d'actions

Le projet vise à tester un modèle d’organisation des connaissances sémantiques fondé sur les représentations d’actions. Ce modèle est évalué aux niveaux cognitif, développemental et cérébral afin de fournir des réponses complémentaires à la question de l’organisation des connaissances sur les objets fabriqués manipulables. Grâce à cette approche complémentaire, les résultats ont des enjeux à la fois théoriques et appliquées (modèles de mémoire, pédagogie, rééducation neuropsychologie).

Le modèle est évalué à l'aide de méthodes innovantes qui garantissent une mesure extrêmement fine et temporelle des processus cognitifs quelle que soit la population étudiée (adultes, enfants, patients). Ces méthodes incluent l’analyse des mouvements oculaires au cours de tâches cognitives, l’électroencéphalographie (EEG) et l’analyse des relations lésion-comportement chez les patients cérébro-lésés.

Une étude développementale montre que les connaissances sur les objets qui reposent plus directement sur l'expérience sensori-motrice (connaissance thématiques et fonctionnelles spécifiques) sont automatiquement réactivées lors de l'identification d'objets dès 6 ans tandis que l'activation des connaissances les moins directement liée à l'action (connaissances fonctionnelles générales) se développe progressivement entre 6 et 10 ans.
Une étude en neuroimagerie (EEG) indique que la perception d’actions dirigées vers les objets est caractérisée par des marqueurs temporels sémantiques qui reflètent la récupération des connaissances sur l'objet et son utilisation lors de la perception d'un mouvement de manipulation.

Une série d'études futures testera l'effet de la vision de mouvements de manipulation d'objets sur l'activation des connaissances thématiques et fonctionnelles au cours de l'identification d'objets chez l'adulte et chez l'enfant.
Une autre série d'études évaluera dans quelle mesure le traitement des connaissances thématiques et fonctionnelles au niveau cérébral recrute les mêmes marqueurs temporels que ceux impliquée dans la perception d'actions dirigées vers les objets.
Enfin, l'accès aux connaissances thématiques et fonctionnelles sera évalué chez le patient cérébro-lésé afin de mettre en relation les déficits observés au niveau de ces connaissances avec les autres déficits cognitifs et d'action présentés par ces patients.

Les résultats des études réalisées ont été présentés à la conférence internationale CAOs (Concepts, Actions, Objects) en Italie en mai 2013.

Le projet proposé pose la question de recherche fondamentale des liens entre perception, action et cognition. Les dernières années ont témoigné d’un intérêt grandissant pour les relations entre les processus perceptifs et moteurs de bas niveau et les comportements intelligents complexes dans des domaines de recherche variés tels que la philosophie, la psychologie, la linguistique, la robotique, ou les neurosciences. Cet intérêt a fusionné en une approche regroupée sous le terme de cognition incarnée. Selon cette approche, nos connaissances sur le monde, reflétée par notre capacité à penser, parler, se souvenir ou interagir avec les objets ou avec d’autres individus, est intimement liée à notre expérience perceptive et motrice.

Dans la continuité des travaux sur la cognition incarnée, le projet vise à tester un modèle d’organisation des connaissances sémantiques fondé sur les représentations d’actions. Ce modèle sera évalué aux niveaux cognitif, développemental et cérébral à l’aide de méthodes innovantes qui garantissent une mesure extrêmement fine et temporelle des processus cognitifs quelle que soit la population étudiée (adultes, enfants, patients). Ces méthodes incluent l’analyse des mouvements oculaires au cours de tâches cognitives, l’électroencéphalographie (EEG) et l’analyse des relations lésion-comportement chez les patients cérébro-lésés. Les résultats obtenus à partir de l’articulation de plusieurs perspectives (psychologie cognitive, psychologie développementale, neuropsychologie et neurosciences) fourniront des réponses complémentaires à la question de l’organisation des connaissances sur les objets fabriqués manipulables. En outre, grâce à cette approche complémentaire, la réalisation du projet a des enjeux à la fois théoriques et appliquées. L’approche cognitive aura un impact théorique sur les modèles de mémoire sémantique en permettant une meilleures compréhension de l’organisation des connaissances sur les objets manipulables en mémoire. L’approche développementale aura des implications dans le domaine pédagogique avec le développement d’exercices scolaires intégrant l’action avec les objets pour faciliter l’acquisition des concepts chez l’enfant. L’approche neuropsychologique aura une portée importante dans le domaine de la rééducation neuropsychologique avec le développement de nouvelles stratégies pour compenser les déficits cognitifs des patients cérébro-lésés.
Plus précisément, le projet évaluera trois prédictions importantes dérivées de notre modèle théorique :
1) Nous testerons si la manipulation des objets dans divers contextes peut faciliter l’accès à différents niveaux de connaissances sémantiques sur les objets du quotidien chez l’adulte sain.
2) Nous examinerons si la manipulation des objets en contexte peut aider le développement des connaissances sémantiques sur les objets chez l’enfant. Nous préciserons l’ordre d’acquisition de plusieurs sortes de connaissances sémantiques et déterminerons dans quelle mesure la manipulation des objets peut aider les enfants à comprendre les niveaux de connaissances sémantiques qui sont le plus lents à développer.
3) Nous étudierons les substrats neuronaux de différents niveaux de connaissances sémantiques et déterminerons dans quelle mesure ils recoupent ceux impliqués dans les connaissances sur les actions.

Dans l’ensemble, la mise à l’épreuve d’un modèle d’organisation sémantique des objets fondé sur l’action permettra une meilleure compréhension du rôle de l’action dans la structure des connaissances sémantiques et, par conséquent, aidera à préciser les approches de la cognition incarnée. En outre, les résultats obtenus ouvriront de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine de l’éducation et de la rééducation neuropsychologique.

Coordinateur du projet

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE NORD-PAS-DE-CALAIS ET PICARDIE (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE NORD-PAS-DE-CALAIS ET PICARDIE

Aide de l'ANR 450 800 euros
Début et durée du projet scientifique : novembre 2011 - 36 Mois

Liens utiles