FLASH JAPON - Great Tohoku Earthquake

Evacuation de crise et perception des risques en démocratie – DEVAST

Analyser les impacts sociaux de la catastrophe du 11 mars 2011 au Japon

Le projet vise à étudier la chaîne d’impacts qui été déclenchée par la catastrophe du 11 mars 2011, depuis l’évacuation des populations touchées par le tsunami et l’accident nucléaire jusqu’à l’évolution de la perception des risques, à la fois dans la société japonaise et à l’étranger.

Comprendre comment les catastrophes extrêmes affectent les démocraties

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre de magnitude 9.0 a touché la côte de Tohoku, au nord-est de l’île de Honshu. Le tremblement a déclenché un tsunami dont la hauteur des vagues a atteint 40 mètres à certains endroits. Le bilan humain s’élève à 22 000 victimes et plus de 5 000 blessés, avec plus de 200 000 bâtiments endommagés ou détruits. Le projet DEVAST est un projet de recherche empirique fondamentale qui cherche à collecter des données de terrain sur la catastrophe. <br /> <br />En particulier, le projet s’attache à étudier la chaîne d’impacts qui a été déclenchée par la catastrophe à travers l’ensemble de la société japonaise, depuis la gestion immédiate de l’urgence jusqu’à la perception des risques à long-terme. Un élément essentiel du projet est qu’il cherche non seulement à analyser la réponse immédiate à la catastrophe, mais aussi ses impacts de long-terme dans la société japonaise et à l’étranger. Ces impacts sont donc considérés non seulement au niveau local, mais aussi au niveau international, notamment au moyen d’une comparaison avec la France. <br /> <br />Le projet est organisé autour de deux thèmes centraux : d’abord, il cherche à analyser la réponse à la catastrophe, en se concentrant en particulier sur l’organisation de l’évacuation des populations touchées et leurs perspectives de retour. Ensuite, le projet s’attache à analyser l’évolution de la perception des risques, notamment dans une comparaison avec la France. Cette comparaison permettra de mieux comprendre comment les démocraties gèrent les catastrophes extrêmes, et comment elles sont touchées par celles-ci. <br />

Le projet repose essentiellement sur une recherche de terrain intensive, conduite dans les régions affectées par le tsunami et par l’accident nucléaire. Cette recherche de terrain inclut des entretiens en profondeurs conduits avec les populations déplacées suite à la catastrophe, mais également avec les autorités locales en charge de l’évacuation. Ces entretiens permettront de mieux comprendre la manière dont a été conduite l’évacuation dans différentes zones, ainsi que les perspectives de retour des différentes populations.

Par ailleurs, la recherche cherche également à analyser l’évolution de la perception du risque dans la société japonaise. Cette recherche s’effectuera à la fois au moyen d’entretiens avec des décideurs et des membres de la société civile, mais également grâce à la collecte de matériaux de recherche secondaires. Enfin, une méthodologie similaire sera également appliquée en France, dans une perspective comparative.

L’ensemble des matériaux empiriques collectés seront mis à la disposition du public et des chercheurs sur le site internet du projet.

Le projet débouchera sur plusieurs résultats, qui s’adresseront à la fois à la communauté académique, aux décideurs et au grand public. Tout d’abord, tous les matériaux empiriques seront rassemblés en une base de données publique sur le site internet du projet, www.devast-project.org. Trois articles scientifiques seront également produits, et publiés dans des revues scientifiques de premier rang : l’un portera sur la réponse à la catastrophe, le deuxième sur l’évolution de la perception des risques dans la société japonaise, et le troisième sur la comparaison entre le Japon et la France. Ces articles formeront l’ossature d’un volume collectif qui sera édité au terme du projet, et en présentera les principaux résultats. Différentes notes de recommandations politiques seront également adressées aux décideurs, avec les recommandations-clés du projet. Enfin, un essai photographique sera également publié à destination du grand public.

Plusieurs événements seront également organisés pour valoriser les résultats du projet : le 8 mars 2012, un séminaire public a été organisé à l’Université de Waseda, à Tokyo, à l’occasion du premier anniversaire de la catastrophe. Entre le 17 et 19 septembre 2012, un événement public sera également organisé à Paris à l’occasion de la venue en France des équipes japonaises. Enfin, une conférence finale de clôture du projet sera organisée en janvier 2013 à Tokyo, à l’occasion de la conférence générale du Earth System Governance Project.

Au-delà de l’analyse de la seule réponse à la catastrophe du 11 mars 2011, le projet cherche à comprendre comment des démocraties sont affectées par des catastrophes extrêmes, et comment elles peuvent répondre à celles-ci. Le projet devrait donc permettre de tirer plusieurs enseignements pour l’avenir, à la fois pour l’organisation de l’évacuation des populations et la prévention des risques extrêmes.

Par ailleurs, la mise à disposition des matériaux empiriques bruts via le site web du projet (www.devast-project.org) devrait permettre à la communauté des chercheurs d’exploiter également ces matériaux sous d’autres formats.

Les productions scientifiques du projet sont attendues à partir de juin 2012.

Le projet vise à comprendre la chaîne d'impacts qui a résulté du tremeblement de Tohoku, au travers de deux aspects: la gestion de crise et la perception des risques, dans une perspective comparative franco-japonaise.

Coordinateur du projet

Monsieur François GEMENNE (FONDATION INST RECH DEVELOP DURABLE ET RELAT INTERNAT (IDDRI)) – francois.gemenne@sciences-po.org

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IDDRI FONDATION INST RECH DEVELOP DURABLE ET RELAT INTERNAT (IDDRI)

Aide de l'ANR 97 550 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2011 - 18 Mois

Liens utiles