ANR-FQRSC-SHS - Programme de collaboration France-Québec en SHS

Immigration: l’Adaptation des Groupes majoritaires face aux politiques d’intégration en France et au Québec – IMAG

IMAG

Ce projet porte sur l’adaptation des groupes majoritaires au changement social qui représente l’un des plus grands défis de l’humanité au XXIe siècle : les mouvements migratoires. Si les modèles d’intégration développés pour y faire face sont souvent jugés défaillants, on dispose en réalité de bien peu de connaissances scientifiques concernant les conditions sous lesquelles ils sont efficaces pour assurer des relations intergroupes harmonieuses et le bien-être de la population.

Une nouvelle perspective théorique

A partir d’une perspective théorique inédite axée sur le rôle des normes culturelles d’intégration, ce projet propose un programme de recherche visant à combler les lacunes actuelles dans nos connaissances. En combinant des études réalisées en France et au Québec, deux milieux culturels distincts où le français est la seule langue officielle, il vise à mettre en évidence non seulement les principes généraux et potentiellement universels qui sont sous-jacents aux comportements individuels, mais aussi à préciser le rôle des facteurs culturels qui sont spécifiques à chaque pays. Une des contributions théoriques majeures visée par ce projet est de mettre en évidence comment, la prise en compte de facteurs culturels, liés aux politiques d’immigration et aux modèles d’intégration nationaux, combinés à des facteurs potentiellement universels, permet d’améliorer notre compréhension des attitudes et des comportements individuels.

Ainsi, un modèle théorique original sera testé au Québec et en France. Celui-ci explique par quels mécanismes psychologiques les normes culturelles, véhiculées par le modèle dominant d’intégration des immigrants, s’intègrent à l’identité personnelle des membres du groupe majoritaire et influencent ainsi leurs attitudes personnelles à l’égard de cette politique. Le modèle stipule que l’interaction de la clarté et de la cohérence des normes culturelles influencera leur intégration à l’identité personnelle. De plus, il prévoit un effet de ces attitudes envers le modèle d’intégration sur les comportements intergroupes (i.e. le biais intergroupe) et sur les sentiments de bien-être des membres de groupes majoritaires. Il précise enfin que les activités de régulation sociale face aux déviances par rapport au modèle d’intégration renforceront la clarté et la cohérence des normes culturelles véhiculées par le modèle politique.

Sur le plan méthodologique, ce projet propose de combiner des études expérimentales et deux enquêtes réalisées auprès d’échantillons représentatifs des populations françaises et québécoises respectivement.
Le traitement des résultats des plus récentes études menées à ce jour est en cours.

Les membres de l’équipe de recherche, composée de trois chercheurs québécois et de trois chercheurs français ont des compétences scientifiques reconnues et attestées par des publications internationales sur tous les aspects théoriques et méthodologiques du présent projet. Grâce à des collaborations antérieures à ce projet, ils possèdent les connaissances approfondies de la France et du Québec nécessaires à la réalisation de ce projet.

Publications

Kamiejski, R, & Guimond, S., De Oliveira, P., Er-Rafiy, A., & Brauer, M. (2012). Le modèle républicain d’intégration : Implications pour la psychologie des relations entre groupes. L’Année Psychologique, 112, 51-85.
<br

Ce projet de collaboration franco-québécois porte sur l’adaptation des groupes majoritaires au changement social qui représente l’un des plus grands défis de l’humanité au XXIe siècle : les mouvements migratoires.
La diversité des cultures, des langues et des religions est une caractéristique de fait des sociétés contemporaines qui suscite des débats passionnés. Si les modèles d’intégration développés pour y faire face sont souvent jugés défaillants, on dispose en réalité de bien peu de connaissances scientifiques sur les caractéristiques de ces modèles d’intégration, l’impact qu’ils peuvent avoir sur les comportements, et les conditions sous lesquelles ils sont efficaces pour assurer des relations intergroupes harmonieuses et le bien-être de la population. A partir d’une perspective théorique inédite, ce projet propose un programme de recherche visant à combler les lacunes actuelles dans nos connaissances. En combinant des études réalisées en France et au Québec, deux milieux culturels distincts où le français est la seule langue officielle, il vise à mettre en évidence non seulement les principes généraux et potentiellement universels qui sont sous-jacents aux comportements individuels, mais aussi à préciser le rôle des facteurs culturels qui sont spécifiques à chaque pays. Une des contributions théoriques majeures visée par ce projet est de mettre en évidence comment, la prise en compte de facteurs culturels, liés aux politiques d’immigration et aux modèles d’intégration nationaux, permet d’améliorer notre compréhension des attitudes et des comportements individuels. Ainsi, deux objectifs sont proposés. Le premier objectif vise à tester un modèle théorique original au Québec et en France. Celui-ci explique par quels mécanismes psychologiques les normes culturelles, véhiculées par le modèle dominant d’intégration des immigrants, s’intègrent à l’identité personnelle des membres du groupe majoritaire et influencent ainsi leurs attitudes personnelles à l’égard de cette politique. Le modèle stipule que l’interaction de la clarté et de la cohérence des normes culturelles influencera leur intégration à l’identité personnelle. De plus, il prévoit un effet de ces attitudes envers le modèle d’intégration sur les comportements intergroupes (i.e. le biais intergroupe) et sur les sentiments de bien-être des membres de groupes majoritaires. Le deuxième objectif vise à préciser les activités de régulation sociale face aux déviances par rapport au modèle d’intégration et leur impact sur la clarté et la cohérence des normes culturelles véhiculées par un modèle politique.
Sur le plan méthodologique, ce projet propose de combiner une série de huit études expérimentales et deux enquêtes réalisées auprès d’échantillons représentatifs des populations françaises et québécoises respectivement. Les membres de l’équipe de recherche, composée de trois chercheurs québécois et de trois chercheurs français ont des compétences scientifiques reconnues et attestées par des publications internationales sur tous les aspects théoriques et méthodologiques du présent projet. Grâce à des collaborations antérieures à ce projet, ils possèdent les connaissances approfondies de la France et du Québec nécessaires à la réalisation de ce projet.


Coordinateur du projet

UNIVERSITE BLAISE PASCAL - CLERMONT-FERRAND II (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UNIVERSITE BLAISE PASCAL - CLERMONT-FERRAND II

Aide de l'ANR 150 000 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2012 - 36 Mois

Liens utiles