EMCO - Emotion(s), cognition, comportement

Comment l’évaluation de la pertinence pour soi affecte la lecture de l’émotion : une approche multidisciplinaire. – SELFREADEMO

Communication sociale et pertinence pour le soi.

Ce projet a pour but d'identifier les facteurs et mécanismes principaux qui influencent la lecture des émotions d'autrui, capacité au cœur de la vie sociale. Nous défendons l'idée que l’évaluation de la pertinence pour soi affecte la lecture des émotions et rend compte de la flexibilité de cette capacité dans l'espèce humaine.

Les dimensions qui affectent l’évaluation de la pertinence pour le soi

L’évaluation de la pertinence pour soi semble dépendre d'au moins 4 dimensions: l'expression émotionnelle spécifique de l'émetteur, la direction de son attention, les caractéristiques individuelles de l'observateur, le contexte social au sein duquel émetteur et observateur interagissent. En manipulant un certain nombre de ces facteurs et en adoptant une approche méthodologique multi-niveaux en psychologie du développement et en neurosciences sociales, nous proposons de clarifier: (i) Comment la lecture des émotions varie en fonction des caractéristiques visuelles pertinentes pour soi et quels sont les mécanismes qui sous-tendent les corrélats corporels (activité faciale musculaire et neurovégétative) et subjectifs?; (ii) Comment la lecture des émotions et les mécanismes sous-jacents varient en fonction des caractéristiques individuelles (genre, niveau d'empathie et d'anxiété) et du contexte social (intimité entre émetteur et observateur, appartenance à un groupe social)?; (iii) Quand et où l’évaluation de la pertinence pour soi affecte-t-elle les corrélats neuronaux de la lecture des émotions?; (iv) Quand l’évaluation de la pertinence pour soi au cours de la lecture des émotions émerge-t-elle au cours du développement et affecte-elle le traitement cognitif et affectif des événements de l'environnement de l'observateur?

Nous manipulerons 1) trois niveaux d’information : les caractéristiques de l’émetteur (son expression émotionnelle, la direction de son regard / attention et son genre) ; les caractéristiques de l’observateur (son genre et son niveau d’anxiété) ; et le contexte dans lequel ces deux personnes « interagissent » (appartenance de groupe) ; 2) trois niveaux de description : Comportemental (évaluations subjectives, temps de réactions, performances ; FACS ; mouvements des yeux) ; Physiologique (conductance cutanée, fréquence cardiaque, électromyographie faciale), et Cérébral (EEG et IRMf) ; 3) Populations étudiées (Adultes et enfants).

Nos données indiquent que les réactions faciales enregistrées pendant l’observation des expressions faciales d’une autre personne ne peuvent être le résultat d’un processus de mimétisme moteur pur, mais impliquent un traitement émotionnel qui dépend de la pertinence du signal social pour l’observateur et de ses caractéristiques individuelles (genre)(Soussignan et al. 2013; Grèzes et al. 2013). De plus, nous avons expérimentalement mis en évidence qu’une émotion pouvait effectivement se transmettre au-delà de la dyade (Dezecache et al. 2013).

L’étude des mécanismes sous-tendant l’évaluation de la pertinence pour soi au cours de la lecture des émotions d'autrui, et donc de la communication sociale, à l’aide de marqueurs neuraux, somatiques, végétatifs et comportementaux, est d’une grande pertinence sociétale et pourrait apporter de nouveaux éléments intéressants à notre compréhension de la nature humaine. Ce travail pourrait de plus permettre une meilleure identification des différents mécanismes déficitaires associés aux difficultés de lecture émotionnelle qui sont au centre de nombreux troubles cliniques (Autisme, Anxiété, etc...), indispensable à une approche thérapeutique efficace.

1. Soussignan, R., Chadwick, M., Leonor, P., Conty, L., Dezecache, G., & Grèzes, J. (2013). Self-relevance appraisal of gaze direction and dynamic facial expressions: Effects on facial electromyographic and autonomic reactions. Emotion, 13, 330-337.
2. Grèzes J., Philip, L., Chadwick, M., Dezecache, G., Soussignan, R., Conty, L. (2013) Self-relevance appraisal influences facial reactions to emotional body expressions. PLoS ONE, 8(2), e55885.
3. Dezecache, G., Conty, L., Philip, L., Soussignan, R., Sperber, D., and Grezes, J., (2013) Evidence for unintentional emotional contagion beyond dyads, PLoS ONE, 8(6), e67371.

Ce projet a pour objectif d'identifier les facteurs et mécanismes principaux qui influencent la lecture des émotions d'autrui, capacité indispensable à une vie sociale adaptée. Nous défendons l'idée que l’évaluation de la pertinence pour soi affecte la lecture des émotions et rend compte de la flexibilité de cette capacité dans l'espèce humaine. L’évaluation de la pertinence pour soi semble s’articuler autour de 4 dimensions principales: la nature de l’expression émotionnelle de l'émetteur, la direction de son attention, les caractéristiques individuelles de l'observateur, et le contexte social au sein duquel émetteur et observateur interagissent. En manipulant un certain nombre de ces facteurs et en adoptant une approche méthodologique multi-niveaux en psychologie du développement et en neurosciences sociales, nous proposons de clarifier: (i) Comment la lecture des émotions varie en fonction des caractéristiques visuelles pertinentes pour soi et quels sont les mécanismes qui sous-tendent les corrélats corporels (activité faciale musculaire et autonomique) et subjectifs associés; (ii) Comment la lecture des émotions et les mécanismes sous-jacents varient en fonction des caractéristiques individuelles (genre, niveau d'empathie et d'anxiété) et du contexte social (intimité entre émetteur et observateur, appartenance à un groupe social); (iii) Quand et où l’évaluation de la pertinence pour soi affecte les corrélats neuronaux de la lecture des émotions; (iv) Quand l’évaluation de la pertinence pour soi au cours de la lecture des émotions émerge-t-elle au cours du développement et comment elle affecte le traitement cognitif et affectif des événements de l'environnement de l'observateur? La compréhension des mécanismes impliqués dans l’évaluation de la pertinence pour soi au cours de la lecture des émotions d'autrui (et donc la communication), ainsi que l’identification des marqueurs neuraux, somatiques, autonomiques et comportementaux qui leur sont associés est d’une grande pertinence sociétale et pourrait apporter de nouveaux éléments intéressants pour notre compréhension de la nature humaine. De plus, ce travail permettrait une meilleure identification des différents mécanismes déficitaires associés aux difficultés de lecture émotionnelle qui sont au centre de nombreux troubles cliniques (Autisme, Anxiété, etc...). Ce travail s’avère indispensable pour construire une approche thérapeutique efficace.

Coordinateur du projet

Madame Julie Grezes (Laboratoire de Neurosciences Cognitives) – julie.grezes@ens.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LNC Laboratoire de Neurosciences Cognitives
CSGA Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation

Aide de l'ANR 199 885 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2011 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter