Blanc SHS 3 - Blanc - SHS 3 - Cultures, arts, civilisations

La Dépréciation de l'Argent Monétaire et les relations INternationales – DAMIN

DAMIN

La Dépréciation de l'Argent Monétaire et les relations Internationales

Comprendre la crise monétaire mondiale du 19e siècle

Le rapport entre l'or et l'argent est resté stable au cours des siècles à environ 1/15,5. Mais au milieu du 19ème siècle, l'exploitation de nouvelles mines mit sur le marché une quantité énorme d'argent et de la relation entre les deux métaux ont diminué jusqu'à 1/30 à la fin du siècle. La conséquence de ce changement fut la fin du système monétaire bimétallique. Pendant des années, l'Europe et les États-Unis, imaginèrent que la création d'une économie basée sur nouveau système monétaire utilisant l'argent en Asie pourrait être la solution à la crise, mais cela a échoué. Nous avons l'intention de comprendre le développement et l'échec de cette mondialisation monétaire.

Le phénomène de la crise de l'argent a été principalement étudié à travers une très petite partie de la documentation européenne. La démarche est d'abord de recueillir le maximum de données, aux États-Unis, en Europe et en Asie et de les rendre disponible. Au même moment, nous analysons cette documentation et confrontons les analyses au cours des Tables Rondes. La première table ronde a eu lieu à l'École Normale Supérieure en Janvier 2012. Comme la question monétaire était une question concernant le monde entier, toutes les vidéos de présentation ont été enregistrées et sont visibles sur le site. Quatre autres tables rondes sont prévues. La Table Ronde de Janvier 2012 était la réunion de lancement avec des comparaisons sur différentes approches de la question. Après cette réunion, tous les participants se sont réunis en mai 2013 à Paris, puis également mai 2013 au Madrid, en avril 2014 à Osaka. La prochaine réunion est prévue en mai 2015 à Copenhague. En attendant, plusieurs réunions bilatérales ont été organisées pour promouvoir le programme et y inclure de nouveaux participants et coopération. 40 volumes sont déjà publiés et des vidéos présentations de documents sont en ligne. Des PDF sont également disponibles.

Les recherches sont toujours en cours, mais de nombreux volumes ont été publiés. 4 tables rondes ont été organisées par le programme et le programme a également soutenu d'autres conférences organisées par les participants. Tous les résultats, les vidéos des conférences, la liste des documents et les volumes sont sur le site www.anr-damin.net.

Le plan est de rééditer et d'analyser simultanément les documents indispensables pour à nourrir les analyses et de réflexions. En mai 2013, deux table-rondes ont été organisées à Paris et à Madrid, puis en 2014 à Osaka et une est prévue en 2015 à Copenhague. Environ 20,000 cours de l'or et l'argent ont été recueillis et analysés (bourses de Londres et de Shanghai). La table ronde de Madrid a organisé une confrontation avec les historiens de l'Amérique latine et des États-Unis où l'argent a été extrait, avec le soutien de la Casa de Velazquez. Les collègues du Japon (qui ont organisé la réunion d'Osaka en avril 2014) travaillent sur la question de l'adoption du système monétaire d'argent en 1871, puis le passage à l'or en 1898 qui était l'une des raisons de l'augmentation de la crise. De nouveaux documents japonais ont été publiés.

Une quarantaine volumes publiés dans la collection Documents and Studies on 19th c. Monetary History inaugurée pour le programme DAMIN. Les présentations lors des conférences de Paris, Madrid et Osaka, sont enregistrées et visibles sur www.anr-damin.net. Tous les documents de base sont publiés dans la collection Moneta www.moneta.be.

L'axe du travail est l'étude de la dépréciation de l'argent métal dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle et de ses conséquences dans les pays développés. Nous étudierons plus spécialement les évolutions différenciées entre ces pays développés et le Japon.
Le Japon, après avoir connu une période caractérisée par une fragmentation politique et monétaire, a adopté lors de la restauration Meiji un mode de gouvernance et un système monétaire inspirés des modèles occidentaux, que les responsables politiques avaient pu étudier lors de voyages en Europe et aux Etats-Unis.
L'empereur décida en même temps de créer une nouvelle monnaie et d'en centraliser la frappe, réformant ainsi non seulement le système monétaire, mais également le système fiscal et financier. La nouvelle unité de compte, le yen, frappé en argent, rattachait le Japon à un monométallisme argent de fait au moment où la surproduction dévalorisait la valeur de l'argent. Cette dépréciation fut utile au Japon qui récupérait là d'abondantes quantités de métal pour constituer un stock monétaire à la hauteur de ses besoins. La frappe de ces millions de monnaies fut effectuée grâce à l'achat de l'atelier monétaire de Hongkong dont la direction fut laissée à l'ancien maître de monnaie anglais.
Après une période d'inflation liée aux troubles des premières années de la période Meiji, l'arrivée au gouvernement de Masayoshi Matsukata se traduisit par une stabilisation monétaire, la création de la Banque du Japon (1882), inspirée des banques de France et de Belgique, puis après la guerre contre la Chine par l'adoption de l'étalon or (1897).
L'histoire du Japon est donc un condensé de l'histoire monétaire européenne : unification, adoption d'une monnaie en argent, passage à l'étalon or.
Pour l'ensemble de cette période, nous disposons des ouvrages rédigés régulièrement par Masayoshi Matsukata qui décrivent (en anglais) en détail les phases des réformes monétaires. Nous disposons aussi des documents préparés à destination des gouvernements et des acteurs économiques occidentaux et japonais. Enfin, nous disposons des textes japonais officiels ou des documents locaux publiés tant en japonais qu'en anglais par et pour les étrangers commerçant en Orient.
Ces divers éclairages, les justifications et commentaires, la possibilité de comparer avec les situations en Europe, font de ce sujet un excellent terrain d'étude comparée.

Nous nous proposons ici de réunir la documentation, d'en assurer l'étude et la publication (sous forme papier ou électronique).

Coordinateur du projet

Monsieur Georges DEPEYROT (CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE SECTEUR PARIS B) – georges.depeyrot@orange.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

AOROC CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE SECTEUR PARIS B

Aide de l'ANR 225 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter