Agrobiosphere - Viabilité et adaptation des écosystèmes productifs, territoires et ressources face aux changements globaux

Outil de simulation cartographique pour l'aide à l'évaluation agro-écologique de scénarios de l'usage des sols en milieu insulaire tropical – DESCARTES (DEfinition, Simulation CARtog

Simulation cartographique de scénarios d'usage des sols à La Réunion

Réalisation d'un outil de simulation cartographique pour tester les «conséquences et cohérences«de différents scénarios d’affectation de l’usage des sols dans un projet de territoire, et ainsi aider à accorder les différentes parties pour aller dans le sens de la production de services écologiques efficients.

Des outils d'apprentissage collectif pour répondre aux enjeux territoriaux

La Réunion, petit espace insulaire de l’Océan Indien, se caractérise par une dynamique démographique et une économie qui, pour se développer, doit composer avec de fortes contraintes d’espace. Ces contraintes se traduisent par des questions d'aménagement du territoire telles que : Comment l’agriculture réunionnaise peut elle concilier les objectifs des différentes filières tout en contribuant au développement durable de l’île ? Quelles conséquences pourraient avoir différents scénarios de politique publique (agricole, environnementale et urbaine) en termes d’usages des sols et de services environnementaux ? <br />Face à ces enjeux, il est nécessaire de construire et promouvoir une vision intégrée de l'agriculture et de ses interactions avec le territoire. Dans ce projet, le choix s'est porté sur l'utilisation d'un modèle de simulation cartographique en tant qu'objet intermédiaire dans des situations de négociation et de construction collective. <br />

Dans le modèle de dynamique d'occupation du sol, le paysage est considéré comme un système où des entités (élément physique ou abstrait du paysage, acteur, etc.) interagissent entre elles au travers de relations de différentes natures (spatiale, fonctionnelle, hiérarchique, etc.). La description des entités, leur mise en relation, et l'établissement des scénarios d’évolution du système sont faits avec le langage Ocelet. Ocelet est accompagné d'une interface de modélisation et d'un environnement d’exécution de simulation.
Les méthodes d'apprentissage collectif mises en œuvre sont structurées autour de trois grands axes : deux axes portant sur les dynamiques d’apprentissage collectif (1. le positionnement individuel des acteurs et son évolution sous l’influence du collectif; 2. les processus d’échange d’information, de médiation et de prise de décision au sein du collectif), et un axe plus réflexif sur les perceptions qu’ont les participants du dispositif de prospective territoriale.

Le développement puis la présentation, en atelier, de différents démonstrateurs ont permis de tester l’outil cartographique comme support d’un processus d’innovation collective entre les parties prenantes (aménageurs, acteurs du monde agricole et gestionnaires de l’environnement), et d’ouvrir de nouveaux champs de recherche sur l’analyse de la démarche par les apprentissages, et la spatialisation et la simulation prospective des services écosystémiques.
Les démonstrateurs développés à ce jour portent sur 1. La consommation des terres agricoles par l’urbain (St Pierre), 2. Le risque de pollution azotée des nappes d’origine agricole (échelle de l’île), et 3. Le risque de pollution azotée des nappes, agricole et urbaine (Bassin d’Alimentation de Captage). D'autres modèles sont en cours de développement.

A ce jour, le collectif scientifique s’est associé avec d’autres équipes de recherches pour répondre à un appel d’offres du TCO (Le Territoire de la Cote Ouest) pour promouvoir la gestion intégrée d’un bassin versant et de l’interface littoral-mer.

Augusseau X., Bégué A., David D., [...], 2013. Simulation cartographique au service de l'innovation collective - Géoprospective territoriale à l'île de la Réunion. SAGEO Conference, Brest (FR), 23-26 septembre 2013, 17 p.
hal.cirad.fr/cirad-0

Le projet DESCARTES vise le développement d’un outil de simulation cartographique pour évaluer différents scénarios d’évolution de l’usage des sols sur une portion de territoire. Il est conçu pour pouvoir prendre en compte les différents points de vue des parties prenantes du territoire (e.g. collectivités, acteurs des filières agricoles) ainsi qu’un ensemble de contraintes (e.g. pression démographique, politique publique, règlementations environnementales). Cet outil sera utilisé pour tester les "conséquences et cohérences", en termes de services (production et services environnementaux), de différents scénarios d’affectation de l’usage des sols dans un projet de territoire, et ainsi aider à accorder les différentes parties pour aller dans le sens de la production de services écologiques efficients. Dans ce projet, l’outil est utilisé comme support de processus d’innovation collective entre les parties prenantes du territoire. Il vise (i) à mettre en œuvre une démarche participative qui intègre les partenaires et la communauté scientifique sur l’ensemble de la mise en œuvre du projet, dans une perspective de développer des apprentissages (ii) développer un modèle de simulation paysagère qui vise à faciliter la démarche choisie (iii) mettre au point une méthode pour spatialiser les services environnementaux de l’agriculture afin d’intégrer ces services dans les simulations.

L’outil est mis en œuvre sur un territoire situé à l’île de la Réunion. Cet espace insulaire est représentatif des problématiques et des enjeux à venir pour l’agriculture : comment se développer sur un foncier limité, intégrer de nouvelles fonctions et composer avec de nouvelles instances de gouvernance ? Le projet traitera deux échelles emboitées, l’île qui a l’intérêt de représenter un système territorial « complet » et une intercommunalité, qui concentre l’ensemble des problématiques territoriales de l’île, et a récemment mis en place une charte paysagère.

La construction de l’outil de simulation cartographique proposé est basée sur des travaux de recherche récents menés par nos équipes, portant sur (i) le développement d’un langage et d’un environnement de modélisation de paysages dynamiques (projet ANR STAMP), et (ii) la constitution d’un système d’information agricole en ligne(plateforme Margouill@). Le projet DESCARTES s’attaque à certains verrous qui contraignent la gestion durable des territoires et des ressources, et notamment au défi de l’interdisciplinarité.

Coordinateur du projet

Madame Agnès BEGUE (CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT - CIRAD - DEPARTEMENT ES) – agnes.begue@cirad.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CIRAD SELMET CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT - CIRAD - DEPARTEMENT ES
CIRAD SCA CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT - CIRAD - DEPARTEMENT PERSYST
IRD INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT - IRD
CIRAD TETIS CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT - CIRAD - DEPARTEMENT ES

Aide de l'ANR 443 552 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2012 - 36 Mois

Liens utiles