SYSTERRA - Ecosystèmes, territoires, ressources vivantes et agricultures

Durabilité des Agricultures Urbaines en Méditerranée – DAUME

DAUME

VILLES ET AGRICULTURES EN MEDITERRANEE : DE LA COUPURE A L’INTEGRATION ?

Comprendre les agricultures urbaines méditerranéennes et leur insertion dans les territoires

L’urbanisation du monde est une tendance globale qui transforme la place de l'agriculture dans les sociétés contemporaines. En Méditerranée, cet enjeu s’exprime avec force car la pression urbaine se<br />concentre sur des plaines littorales où elle fait reculer les terres agricoles les plus productives.<br />L’objectif du projet DAUME est de produire des connaissances sur ces transformations de l’agriculture urbaine, définie comme l’activité d’une diversité de « pratiquants agricoles » pour produire des denrées alimentaires (ou ornementales, médicinales, …) liées à la ville, qu’elle soit pratiquée en son sein ou dans le périurbain. Il s’agit de caractériser ces agricultures dans le contexte méditerranéen. Il s’agit aussi de comprendre comment elles évoluent au contact de la ville et<br />comment elles sont prises en compte par les acteurs locaux. Le projet DAUME a fait le choix de penser la durabilité de ces agricultures comme un processus de construction sociale, observable aussi bien<br />dans les stratégies individuelles des pratiquants agricoles pour s’adapter à l’urbain, que dans l’analyse des initiatives, projets et politiques publiques qui renforcent les liens ville-agriculture.

Le dispositif de recherche de DAUME permet de comparer cinq villes méditerranéennes aux profils contrastés, en Algérie, France, Italie, Maroc et Portugal. La démarche articule travaux monographiques locaux et comparaisons thématiques internationales, production de connaissances fondamentales et recherche collaborative avec les acteurs de terrain. Le projet DAUME a proposé le concept de système agri-urbain comme outil d’exploration des relations ville-agriculture à différentes échelles. Il s’agit d’un concept méthodologique pour organiser l’interdisciplinarité entre des chercheurs spécialistes de l’agriculture et des chercheurs spécialistes de l’urbain. Le système agriurbain désigne l’ensemble des relations que les espaces et les activités agricoles d’une aire métropolitaine tissent avec l’urbain. Ces relations s’inscrivent dans des dynamiques spatiales, agricoles et foncières. Elles relèvent aussi des politiques publiques, des systèmes d’acteurs et des modes de gouvernance qui définissent et gèrent les relations ville-agriculture.

Les résultats montrent qu’au-delà du recul généralisé des terres agricoles face à l’étalement urbain, des transformations agricoles l’opèrent sous l’influence des villes. En Méditerranée, les liens ville-agriculture évoluent ou se recomposent suivant trois configurations idéal-typiques : la coupure ville-agriculture (observée à Constantine et Meknès), la réappropriation de l’agriculture par des citadins via la crise urbaine (observée dans des grandes métropoles comme Lisbonne et Athènes), l’intégration progressive de l’agriculture dans des initiatives et politiques urbaines (observée à Montpellier et Pise).

-

Le projet a donné lieu à 88 présentations nationales et internationales, orientées parfois vers un public scientifique élargi. 52 publications sont parues ou à paraître. Des publications de synthèse sont en cours dans un ouvrage à paraître chez Springer en 2016 et dans 4 numéros spéciaux de revues : Cahiers Agriculture (2013), Cahiers de géographie du Québec, RERU, Vertigo.

Le projet DAUME analyse les nouvelles formes de gestion et de gouvernance des territoires périurbains dans la perspective du développement durable. Cet enjeu est particulièrement vif en Méditerranée où les plaines littorales concentrent la pression urbaine sur des espaces agricoles rares, fragiles et pourtant indispensables à la vie des habitants, sur le plan alimentaire, sécuritaire (inondations, incendies), sanitaire (rejets urbains, pollutions des nappes), et pour la préservation des ressources naturelles. Bien que les enjeux soient différents au Nord et au Sud, la question du maintien et des transformations des agricultures urbaines et périurbaines se pose du point de vue du rôle sociétal qu’elles peuvent jouer pour la durabilité de systèmes urbains en recomposition. Relever ces défis nécessite d’articuler l’agriculture et le développement urbain dans des pratiques, des organisations et des projets politiques pensés sur le long terme. Ces enjeux supposent d’apporter un double regard : inter-disciplinaire et international.

Au plan scientifique, le projet DAUME se positionne à l’interface de deux champs de recherche rarement articulés : la recherche urbaine d’un côté, agronomique et rurale de l’autre. Du point de vue de l’urbain, l’approche de la durabilité porte sur l’intégration des espaces ouverts dans le projet urbain. Du point de vue agricole, l’approche de la durabilité porte sur la multi-fonctionnalité des systèmes agricoles périurbains. En proposant un regard symétrique, DAUME invite à mesurer l’importance de réhabiliter la question agricole dans les cadres théorique de l’urbain. Le projet croise ces deux regards à l’aide du concept de système agro-urbain durable. Il /permet ainsi une analyse de la durabilité des agricultures urbaines définie dans des projets intégrateurs mis en œuvre par des acteurs privés et publics pour orienter certaines dynamiques villes-agricultures. Cette orientation de recherche inscrit le projet DAUME à la suite de recherches récentes qui proposent la gouvernance comme le « 4ème pilier » du développement durable.

Au plan international, le projet DAUME crée un réseau de recherche travaillant au Nord et au Sud de la partie ouest du bassin méditerranéen. Il réunit cinq équipes françaises du Cirad, de l’Inra et du Cnrs, associées à quatre équipes d’autres pays de la Méditerranée (Algérie, Italie, Maroc, Portugal). L’intérêt de ce réseau est de mettre à l’épreuve l’analyse de la durabilité des agricultures urbaines, dans des contextes sociétaux, agroécologiques, économiques et politiques très contrastés. Sur la rive Sud, l’explosion urbaine menace l’autonomie agricole de pays déjà fortement importateurs de denrées agro-alimentaires, et c’est autour des enjeux de sécurité alimentaire, de réduction de la pauvreté et de ménagement des ressources, que se pose la durabilité des agricultures périurbaines. Sur la rive Nord, le phénomène de périurbanisation et le « désir de campagne » des sociétés urbanisées conduisent à l’invention de nouvelles relations entre villes et agricultures. Ici, l’agriculture périurbaine est sollicitée pour des fonctions sociales, au-delà de la seule fonction productive.
Le programme scientifique permet une exploration inter-disciplinaire et comparée de la notion de système agro-urbain durable. Il comporte quatre modules permettant : (i) production de référentiels scientifiques et méthodologiques ; (ii) analyse des dynamiques agri-urbaines ; (iii) analyse de la gouvernance de projets intégrateurs ; (iv) construction de scénarios de prospective territoriale. En appui aux travaux menés par les chercheurs, le projet sera un lieu de formation pour des étudiants en master recherche et en doctorat. Les résultats attendus sont des publications et manifestations scientifiques, un ouvrage de synthèse « Que deviendront les agricultures périurbaines en Méditerranée en 2030 ? », et des plaquettes de restitution grand public.

Coordinateur du projet

Monsieur SOULARD Christophe (INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE MONTPELLIER) – soulard@supagro.inra.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ADES CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION AQUITAINE LIMOUSIN
Ecodev INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE- CENTRE DE RECHERCHE D'AVIGNON
Innovation INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE MONTPELLIER
Metafort INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE CLERMONT FERRAND THEIX
TETIS CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT - CIRAD -

Aide de l'ANR 802 320 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter