PRECODD - Ecotechnologies et Développement Durable

Contribution française aux projets de l'ERA-Net AMPERA. Amélioration des méthodologies d'évaluation des risques et de l'impact des pollutions marines accidentelles – AMPERA France

Résumé de soumission

Le projet AMPERA-FRANCE concerne la participation française à 4 des 6 projets multinationaux qui ont été sélectionnés par le réseau ERA-Net AMPERA, mis en place en 2005 suite aux marées noires de l' ERIKA et du PRESTIGE afin d'améliorer la lutte contre les pollutions marines accidentelles dans les eaux européennes par une meilleure coordination de la recherche européenne et la mise en place de projets conjoints. AMPERA-FRANCE implique 3 partenaires français, le Cedre, l'Ifremer et GLADYS (Université de
Montpellier), parmi les 17 partenaires européens, de 5 pays et d'une région. L'aide demandée est de 205 775 Euros à rapporter au budget total de 1 193.000 Euros pour les 4 projets: DRIFTER, ECORAID, OILDEBEACH et TOXPROF. Le projet intègre des recherches prénormatives et méthodologiques, ainsi que le développement d'outils et de services. Ce projet de recherche appliquée rentre dans le champ de la recherche industrielle. Le regroupement des implications françaises dans ces 4 sous-projets au sein d'un
projet unique, AMPERA-FRANCE, coordonné par le Cedre, centre technique français spécialisé sur les pollutions accidentelles des eaux, facilitera l'exploitation opérationnelle par les utilisateurs finaux des résultats du projet, car le Cedre agit
en tant que conseiller des autorités et de l'industrie. Le projet DRIFTER vise à améliorer la localisation et le suivi de nappes en mer et à optimiser la modélisation pour mieux prédire leur dérive. De fait, même si on a pu démontrer lors de
pollutions récentes l'efficacité de certaines technologies de localisation et de suivi de nappes, la fiabilité des données fournies est encore insuffisante, et elle justifie des efforts complémentaires en matière de méthodologies et d'outils adaptés. Le partenaire français du projet (Cedre) est plus particulièrement en charge d'expérimentations en laboratoire et in situ sur l'utilisation de bouées de dérives et de traceurs pour assurer le suivi de nappes. Le projet ECORAID étudie comment incorporer les biomarqueurs connus ou nouveaux dans les méthodologies d'évaluation de l'impact de déversements accidentels de produits chimiques. Pour y répondre, les trois partenaires, dont le Cedre pour la France, exploiteront et feront une synthèse opérationnelle des résultats obtenus dans le cadre de 3 projets européens, notamment en termes de performance techniques et d'adéquation au besoin des méthodes expérimentées. Le principal produit de ce projet sera une méthodologie pour l'établissement d'une stratégie de suivi de l'impact environnemental d'une pollution marine accidentelle. Le projet intègre la dissémination de ces recommandations vers la communauté scientifique et celle des utilisateurs finaux, par des publications et des présentations. Associant l'Université de Montpellier, le projet OILDEBEACH étudie les mécanismes qui controlent l'évolution et la dégradation du pétrole enfoui profondément dans les plages lors d'une pollution, en fonction de son état physique (nappe ou boulettes dispersées), et du comportement orphodynamique
des plages. Il a pour objectif d'étendre l'applicabilité d' un modèle développé après le Prestige pour évaluer l'état des plages immédiatement après un accident, , qui a montré l'importance des processus hydrodynamiques impliqués et des différentes voies de
dégradation du pétrole du point de vue macroscopique. Il apportera des données d'évolution et de dégradation du pétrole enfoui, y compris par des méthodes de bioremédiation ou de nettoyage mécanique. Le principal objectif du projet TOXPROF est d'
établir le profil toxicologique des cinq types principaux de petroles transportés dans les eaux européennes, en s'appuyant sur une suite de bioessais et de biomarqueurs recommandés par le comité européen ICES WGBEC. Le projet évaluera l'applicabilité des
techniques de mesures d'effets biologiques (bioessais et biomarqueurs) pour l'évaluation et la gestion du risque de chacun de ces 5 profils, et la stratégie d'intervention en cas d'accident. L' Ifremer, assisté de deux laboratoires sous-contractants (Institut Pasteur de Lille etISM de l'Université de Bordeaux) est en charge des tests d'embryotoxicité sur les larves d'huîtres, les analyses de métabolites de PAH dans les poissons, et des PAH bioaccumulés dans les moules.

Coordinateur du projet

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 0 euros
Début et durée du projet scientifique : - 0 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter