NEURO - Neurosciences, neurologie et psychiatrie

Contrôle Moléculaire de la différenciation et de la fonction des cellules de Cajal-Retzius par l' homéoprotéine Dbx1 au cours du développement du cortex cérébral chez la souris – CRDEVO

Résumé de soumission

L'accomplissement de fonctions cognitives requiert la construction de circuits neuronaux complexes dès les stades précoces du développement. La formation de ces réseaux fonctionnels nécessite la génération d'un nombre précis de cellules dans chaque classe selon une hiérarchie spatiale et temporelle, et leur positionnement à des coordonnées spécifiques, souvent via d'importantes migrations. Les cellules de Cajal-Retzius (CR) font partie des premiers neurones générés dans le télencéphale embryonnaire, et disparaissent pendant la vie postnatale sauf en conditions pathologiques. Leur fonction la plus connue est le contrôle de la formation des couches corticales via la sécrétion de la glycoprotéine Reelin. Mais d'autres fonctions ont aussi été proposées. Cependant, en raison d'un manque de marqueurs moléculaires, les mécanismes contrôlant la diversité, la différenciation et la fonction des ces cellules sont peu connus. L'utilisation d'une approche de génétique chez la souris, permettant le traçage des cellules dérivant des progéniteurs Dbx1+ dans le télencéphale, nous a permis de montrer que deux sous populations différentes de cellules de Cajal-Retzius sont générées à partir des progéniteurs Dbx1+ du septum et de la PSB. Elles diffèrent par leur site d'origine, leur moment d'apparition, leur voies de migration, leur destination et l'expression de marqueurs moléculaires. Ces résultats montrent qu'avec l'hem caudo-médian, les CR sont originaires d'au moins trois sites focaux situés aux bords du pallium en développement, et qu'elles sont redistribuées par des migrations tangentielles durant la corticogenèse précoce. Chaque territoire cortical va donc contenir une combinaison spécifique de CR, et cette hétérogénéité est probablement impliquée dans la régionalisation corticale et/ou l'établissement des propriétés spécifiques à chaque aire corticale.
En utilisant une approche de génétique chez la souris, nous allons étudier : (1) le rôle de Dbx1 dans la spécification des sous types de CR ; (2) les signaux impliqués dans la génération des progéniteurs Dbx1+ et les sous classes de CR ; (3) le rôle des sous populations de CR dans l'acquisition des propriétés spécifiques des régions/aires corticales. Ces études seront réalisées en couplant des techniques de génétique permettant le traçage et l'ablation spécifique de sous types cellulaires, à des méthodes d'embryologie classique, de vidéomicroscopie et d'étude de profil d'expression génique par puces ADN.
Ce projet vise à comprendre les mécanismes contrôlant l'identité cellulaire et le positionnement des classes neuronales en couches spécifiques au sein du cortex, ainsi que le contrôle moléculaire de la lamination du cortex cérébral et de l'évolution du néocortex chez les Mammifères. De plus, le système d'ablation conditionnelle que nous avons mis en place chez la souris devrait nous conduire à développer des modèles permettant la compréhension et le diagnostic des maladies développementales chez l'Homme.

Coordination du projet

Alessandra PIERANI (Autre établissement d’enseignement supérieur)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 300 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter