Ouvert – 2021

Compétences et Métiers d’Avenir (CMA) – Appel à manifestation d’intérêt – 2021-2025

Engagé depuis 10 ans, le programme d’investissements d’avenir (PIA) finance des projets innovants, contribuant à la transformation du pays, à une croissance durable et à la création des emplois de demain. De l’émergence d’une idée jusqu’à la diffusion d’un produit ou service nouveau, le PIA soutient tout le cycle de vie de l’innovation, entre secteurs public et privé aux côtés de partenaires économiques, académiques, territoriaux et européens. Ces investissements reposent sur une doctrine exigeante, sur des procédures sélectives ouvertes et sur des principes de cofinancement ou de retours sur investissement pour l’État.

Pour permettre au pays de s’engager dans une période de profondes transformations à l’issue de la crise sanitaire, France 2030, le plan annoncé par le Président de la République le 12 octobre 2021, répond à un objectif clair : préparer la France de demain par des choix d’investissements stratégiques majeurs, au service de nos concitoyens et d’une ambition écologique forte, pour mieux produire, mieux vivre et mieux comprendre notre monde. Il s’agit à la fois de rattraper notre retard dans certains secteurs historiques et de donner un temps d’avance à la France en créant de nouvelles filières industrielles et technologiques pour accompagner les transitions écologiques et numériques.

France 2030, conçu à la suite de consultations très larges, consacrera 34 Mds€ dans les cinq prochaines années à cette ambition et s’articule autour de 10 objectifs, qui amplifient et accélèrent les investissements portés par les programmes d’investissements d’avenir :

  • favoriser l’émergence d’une offre française de petits réacteurs nucléaires (small modular reactors, SMR) d’ici 2035 ;
  • devenir le leader de l’hydrogène décarboné et développer des technologies d’ENR à la pointe ;
  • décarboner notre industrie ;
  • produire en France, à l’horizon 2030, près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides ;
  • produire en France, d’ici 2030, le premier avion bas-carbone ;
  • investir dans une alimentation saine, durable et traçable afin d’accélérer la révolution agricole et alimentaire sur laquelle la France est un pays leader ;
  • produire en France au minimum 20 biomédicaments, en particulier contre les cancers, les maladies chroniques dont celles liées à l’âge et créer les dispositifs médicaux de demain ;
  • placer la France en tête de la production des contenus culturels et créatifs ;
  • prendre toute notre part dans l’aventure spatiale ;
  • investir dans le champ des fonds marins.

L’atteinte de ces objectifs dépend de 5 conditions, qui bénéficient également de ces investissements. Notamment, un des enjeux majeurs est celui de soutenir l’émergence de talents et d’accélérer l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des métiers d’avenir.

L’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et métiers d’avenir » s’inscrit dans ce cadre et vise à répondre aux besoins des entreprises en matière de formation et de compétences nouvelles pour les métiers d’avenir. L’ingénierie de formation sur des métiers en tension pourra également renforcer notre capacité à atteindre les objectifs de France 2030. Il peut s’agir de i) réaliser si nécessaire les diagnostics de besoins en compétences et en formations, et identifier les initiatives et projets en rapport avec une stratégie ou plusieurs stratégies nationales, ii) financer les projets les plus adaptés qui auront été sélectionnés par une procédure exigeante. Les décisions prises dans le cadre de cet AMI tiendront compte notamment des autres initiatives du programme d’investissements d’avenir et du plan de relance.

Le présent AMI renvoie pour plus de détails au site internet du Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) où sont présentées les priorités de France 2030 et qui précise, lorsque ces informations sont disponibles, le diagnostic, les besoins en compétences et les budgets mobilisables. Ce site (https://gouvernement.fr/appel-a-manifestations-d-interet-competences-et-metiers-d-avenir) l’objet d’une mise à jour régulière. Les candidats à l’AMI sont invités à le consulter et à préciser, lors du dépôt de leur dossier, pour quelle(s) priorité(s) du plan France 2030 ils soumettent leur candidature.

L’ambition de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et métiers d’avenir » est d’anticiper autant que possible et de contribuer à satisfaire les besoins en emploi ou en compétences, que ceux-ci soient sanctionnés par des titres, des certifications ou des diplômes. Il s’agit aussi d’accélérer la mise en œuvre de formations y préparant, ainsi que leur accès en matière d’information, d’attractivité et d’inscription tant en cursus de formation initiale qu’en formation continue quel que soit le statut de l’actif (salarié, demandeur d’emploi, indépendant, libéral ou entrepreneur). La demande des entreprises porte fréquemment sur le manque de personnel formé et adapté à un marché du travail qui change sans cesse. Au-delà des attentes propres à chacune des entreprises, les besoins d’un territoire ou de la filière concernés par la stratégie, s’ils ne sont pas satisfaits, peuvent être sources de faiblesse dans la mise en œuvre de chaque priorité de France 2030. C’est pourquoi, il est indispensable de pouvoir y répondre, en s’appuyant soit sur des dispositifs existants qui ont fait leurs preuves – par exemple les campus des métiers et qualifications d’excellence (CMQe), l’ingénierie de formation professionnelle et d’offre d’accompagnement innovant (IFPAI), les initiatives d’excellence en formations innovantes (IDEFI), les nouveaux cursus à l’université (NCU) ou encore les écoles universitaires de recherche (EUR) pour les plus hauts niveaux de diplomation – mais aussi d’inventer des solutions nouvelles permettant de répondre aux enjeux d’attractivité, de vocations, d’adaptation, de transformation, de massification et d’élévation des compétences ou d’attractivité de certains métiers ou filières, par exemple en adressant les questions de communication, d’inclusion et de diversité ou en intégrant des technologies digitales et immersives dans la formation. La mise en réseau de dispositifs existants, par exemple les Campus des métiers et des qualifications, peut également être soutenue pour apporter une réponse coordonnée à une problématique de filière.

Pour certaines priorités, les moyens attribués pour des actions de formation ont été déterminés. Dans ce cas, ils sont affichés sur le site internet de référence : https://gouvernement.fr/appel-a-manifestations-d-interet-competences-et-metiers-d-avenir. Pour les priorités France 2030 pour lesquelles ce n’est pas le cas, un diagnostic devra être posé au préalable. Il s’agira de définir le périmètre des métiers concernés et d’impliquer les acteurs pouvant poser ce diagnostic exhaustif, sur lequel des propositions de formations viendront ensuite s’adosser.

Les dossiers de réponse à cet AMI feront l’objet de levées organisées régulièrement. La première de ces levées est prévue pour le 24 févier 2022.

L’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Caisse des dépôts et consignations sont les opérateurs de l’AMI et seront désignés comme les interlocuteurs des porteurs de projets en fonction de la nature des projets.

Ouvert
Clos
Ouverture : 16/12/2021 à 14h00 CET
Levée vague 1 des dossiers : 24/02/2022 à 11h00 CET
Levée vague 2 des dossiers : 05/07/2022 à 11h00 CEST

Catégories de projet – modalités de soumission

L’AMI CMA distingue deux catégories de projet appelées dans la suite « Diagnostic » d’une part et « Dispositifs de formation » d’autre part. Les modalités et documents de soumission sont différents selon la catégorie : merci de veiller à remplir le bon dossier. Les « Dispositifs de formation » sont eux-mêmes divisés en deux sous-catégories administratives (ceci ne doit pas contraindre le projet, mais orientera vers certains documents de soumission, en particulier l’annexe administrative et financière – se référer au règlement financier pour le détail).

Précisément :

  1. Catégorie Diagnostic
  2. Catégorie Dispositifs de formation :
    À l’intérieur de cette catégorie, deux sous-catégories sont distinguées, uniquement d’un point de vue administratif, selon si le projet concerne d’avantage l’enseignement supérieur, ou d’avantage l’enseignement scolaire ou la formation continue :
    a)    Sous-catégorie « Enseignement supérieur » : pour les projets présentant majoritairement les critères suivants :
    •    le chef de file est un établissement public de recherche et/ou établissement public d’enseignement supérieur, ou un regroupement de ces établissements ;
    •    le projet répond aux caractéristiques des Écoles Universitaires de Recherche (EUR), des Initiatives d’Excellence en Formation Innovante (IDEFI), des Nouveaux Cursus à l’Université (NCU).
    b)    Sous-catégorie « Enseignement scolaire ou formation continue » : pour les projets présentant majoritairement les critères suivants :
    •    le chef de file est un établissement public local d’enseignement (EPLE ou EPLEFPA), un Centre de Formation pour Apprentis (CFA), un organisme de formation continue, une association représentant un secteur professionnel (organisations professionnelles, filières économiques, entreprises, etc.) ;
    •    le projet porte significativement sur des actions de formation initiale de l’enseignement scolaire et / ou de formation tout au long de la vie ;
    •    le projet répond aux caractéristiques des Campus des Métiers et Qualifications d’Excellence (CMQe), des appels à projets Ingénierie de Formation Professionnelle et d’Offres d’Accompagnement Innovantes (IFPAI) et Partenariat pour la Formation Professionnelle et l’Emploi (PFPE).

Le chef de file proposera de classer son projet dans la sous-catégorie qui lui semble la plus adaptée. Le traitement du dossier diffèrera selon la sous-catégorie, mais le contenu du projet ne doit pas être contraint par cette distinction administrative. Au cours du processus de sélection ou de contractualisation, le Comité de pilotage peut décider de modifier la sous-catégorie retenue par le Chef de file. Celui-ci devra alors fournir sous quinze jours l’annexe financière idoine.

Documents de références et site de soumission :

Texte de l’appel à manifestation d’intérêt CMA

Règlement financier

Site de soumission CMA

Documents de soumission – projet de catégorie "Diagnostic"

Trame du document scientifique CMA "Diagnostic"

Trame du document administratif et financier CMA « Diagnostic »

Document de soumission – projet de catégorie "Dispositif de formation"

Trame du document scientifique CMA "Dispositif de formation" en français

Trame du document scientifique CMA "Dispositif de formation" en anglais (si bac+5/+8)

Trame des lettres d’engagement CMA "Dispositif de formation" (Établissement à coût marginal)

Trame des lettres d’engagement CMA "Dispositif de formation" (Établissement à coût complet)

Selon la sous-catégorie choisie, l’annexe administrative et financière est différente. Merci de veiller à choisir le modèle le plus adapté pour l’intégralité du projet :

Si vous classez votre projet "Dispositif de formation" comme majoritairement "Enseignement supérieur" :

Trame du document administratif et financier CMA sous-cat "Supérieur"

Si vous classez votre projet "Dispositif de formation" comme majoritairement "Enseignement scolaire ou formation continue" :

Trame du document administratif et financier CMA sous-cat "Scolaire-FC"

Webinaire et FAQ

Foire aux questions (version du 31/01/2022)

Dates importantes

  • Prochaine relève le 5 juillet 2022

Contacts

CMA(at)anr.fr ou PIA4CMA(at)caissedesdepots.fr 

Sélection

Les projets lauréats - vague 1

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter