Actu
31/03/2016

Vers des outils de détection de la falsification d’images : ouverture du challenge DEFALS

Le poids de l’information, notamment celle véhiculée par les images, n’a jamais été aussi fort dans nos sociétés. La diffusion d’images falsifiées est ainsi un moyen important de décrédibilisation et de désinformation. Afin de soutenir le développement d’outils de détection d’images falsifiées, la Direction Générale de l’Armement (DGA) a souhaité lancer en collaboration avec l’ANR un appel à projets dédié : le challenge DEFALS. Date limite de candidature le 25 mai 2016 13h.

Nos sociétés sont devenues à la fois perméables et dépendantes à l’information qui, notamment grâce à Internet, peut être facilement disséminée. Dans ce contexte, les images sont un vecteur majeur d’information, mais également de désinformation. Les utilisateurs de photographies numériques disposent, en effet, de moyens sophistiqués permettant de les retoucher, voire de les contrefaire, sans en laisser de trace évidente.  Enfin, s’il est relativement aisé de produire une image falsifiée en apparence intègre à partir d’une image d’origine, il devient extrêmement difficile de détecter la ou les retouche(s) apportée(s) sans disposer de la source, d’autant que le domaine  de l’authentification en est encore à ses débuts.

Deux objectifs poursuivis

Dans ce contexte, la DGA a choisi de s’appuyer sur le savoir-faire de l’ANR pour lancer un appel à projets dédié. C’est l’instrument baptisé « Challenge » (voir encadré), qui sera utilisé. L’objectif poursuivi par cette action est double. Il s’agit, d’une part, d’initier et de faire progresser la recherche en analyse d’images à des fins de vérification d’intégrité (détection aveugle de modification dans des images réelles). D’autre part, cet appel à projets cherche à susciter des rapprochements entre les communautés de l’image et de l’optique, les utilisateurs finaux et les industriels.

Les propositions sont à soumettre avant le 25 mai 13h (heure de Paris). Elles feront ensuite l’objet d’une évaluation compétitive par un comité composé de représentants de la DGA et d’experts extérieurs ayant une large expérience en matière de traitement d’images et d’utilisation des images dans des contexte où leur authenticité est une préoccupation majeure. A l’issue de l’appel à projets, les différentes équipes sélectionnées seront financées par la DGA pour une durée de 42 mois.

Une compétition entre les équipes sélectionnées

Pour débuter les travaux, les participants recevront comme données d’entrée une base d’images contenant des images falsifiées,  ainsi que les métadonnées disponibles associées.

Grâce à ces éléments, chaque équipe devra réaliser un système d’analyse permettant la détection automatisée des modifications apportées à des images. Ces logiciels seront ensuite évalués et mis en compétition à travers deux épreuves de difficultés croissante prévus à 21 et 33 mois après le démarrage des projets. Ces épreuves, organisées par la DGA et confiées à organisme indépendant mandaté par la DGA permettront la comparaison des solutions proposées. Les six derniers mois seront consacrés à une phase de diffusion des résultats.

 

Challenge, un instrument de financement spécifique

Créé par l’ANR, ce dispositif vise à encourager plusieurs équipes de chercheurs à travailler simultanément sur une même problématique. Par ce biais, il s’agit de stimuler la créativité et d’inciter les scientifiques à confronter leurs idées, leurs approches, leurs travaux. L’idée étant, à terme, de favoriser l’établissement de  benchmarks, de standards, afin de pouvoir  comparer des travaux scientifiques. Sur une même question scientifique, plusieurs équipes sont ainsi sélectionnées, financées puis mise en compétition à intervalle réguliers. Par le passé, l’agence a plusieurs fois eu recours à cet instrument, notamment pour le compte d’autres opérateurs (DGA, Total, …). Il s’agissait, par exemple, de faire travailler des consortia scientifiques sur le développement de robots avancés destinés à évoluer dans des zones d’exploitation de pétrole et de gaz ou encore le développement d’outils de reconnaissance multimédia de personnes dans des documents télévisuels.

   

Plus d’informations :

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter