Actu
12/07/2019

TREC : un projet de l’Université de la Nouvelle-Calédonie pour favoriser la réussite en licence et faciliter la poursuite d’études

Comment contribuer à la réussite des étudiants de licence en Nouvelle-Calédonie, territoire marqué par un accès inégal à la formation et par un faible taux de passage en seconde année ? Le projet « Trajectoire réussite des étudiants en Calédonie –TREC », porté par l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) et financé par l’ANR dans le cadre des investissements d’avenir, propose une nouvelle organisation de la licence avec deux rythmes d’apprentissage, une revalorisation des savoirs traditionnels et une articulation des calendriers austral et boréal, pour accompagner les étudiants en tout début de parcours et faciliter leur poursuite d’études. Focus sur les spécificités de ce dispositif, suite au kick-off meeting du projet organisé à Nouméa en juin 2019.

En Nouvelle-Calédonie, le taux de passage en seconde année de licence (28% des néo-bacheliers de 2016 inscrits en 2017) est plus faible qu’au niveau national (41%), et le taux d’abandon en première année (43%) est deux fois plus élevé que la moyenne nationale.

L’Université de la Nouvelle-Calédonie, université française, exerce ses missions dans le contexte singulier de l’accord de Nouméa qui prévoit que « l’université devra répondre aux besoins de formation et de recherche propres à la Nouvelle-Calédonie » (article 4.1.1). Elle se démarque de plus par un calendrier universitaire unique et typique de l’hémisphère sud : une rentrée en février et une fin d’année en novembre. Une forte singularité, remarquée par le HCERES qui lui suggérait de « faire du calendrier austral un atout pour la réussite », généralisant le dispositif déjà expérimenté par l’UNC pour sa première année commune aux études de santé. L’université s’est ainsi engagée, dans le cadre de son contrat d’établissement 2017-2022, à la mise en place d’un dispositif d’aide à la réussite de ses étudiants de licence (environ 3000 répartis dans 42 formations en 2019).

Quels sont les leviers clés de réussite ?

Les étudiants de l’UNC, issus de parcours très différents, forment une population particulièrement hétérogène et tandis qu’un petit nombre obtient la licence en 3 ans et pourrait facilement suivre un cursus plus dense, un autre groupe, majoritaire, rencontre de fortes difficultés surtout en première année.

Pour mieux répondre à leurs besoins en matière d’accompagnement, plusieurs pistes ont été identifiées par la communauté universitaire. Il s’agit notamment de l’introduction d’une progressivité dans les apprentissages et les enseignements, l’individualisation des parcours, l’accompagnement dans la transition entre le lycée et l’université, la contextualisation des enseignements en s’appuyant sur les savoirs traditionnels, le développement des usages du numérique, et l’adaptation du calendrier. Ces orientations sont le point de départ du projet d’investissements d’avenir TREC.

Deux rythmes d’apprentissage pour un même diplôme de licence

Déployé depuis février 2019, le dispositif TREC propose à ses étudiants deux rythmes spécifiques pour chacune des licences :

  • Un parcours sur 7 semestres (de février de l’année N à juin N+3) proposant un accompagnement individualisé renforcé, favorisant l’adaptation à l’enseignement supérieur et la réussite en 1ère année ;
  • Un parcours sur 5 semestres (de février de l’année N à juin N+2) sur le format « classes préparatoires », permettant aux étudiants d’obtenir une licence en 2,5 ans.

L’articulation des parcours TREC 7 et TREC 5 permet de les déployer sans dédoublement des enseignements. Les enseignements et les modalités d’évaluation sont ainsi identiques : seuls les rythmes diffèrent. Au terme de leur cursus, les étudiants obtiendront le même diplôme national de licence.

Autre spécificité, le dispositif introduit des enseignements transversaux en partie contextualisés aux problématiques océaniennes (droit et peuples autochtones, socio-économie de la Nouvelle-Calédonie, ou histoire des arts du pacifique par exemple). L’UNC accompagne ses équipes pédagogiques pour appréhender la dimension culturelle de la transmission des codes et des savoirs en Océanie, en s’appuyant sur l’expertise de ses laboratoires de recherche. TREC s’appuiera de plus sur les outils du numériques (formations hybrides, cours en ligne ouverts et massifs produits par l’UNC notamment) et sur des apprentissages collaboratifs.

Réinvestir le calendrier austral et en faire un atout pour la réussite des étudiants

Avant TREC, les étudiants obtenaient leur diplôme de licence entre août et octobre, ce qui compliquait leur poursuite d’études en métropole ou ailleurs. Ces derniers devaient enchaîner deux années universitaires sans interruption et trouver un logement en urgence en septembre. Avec le nouveau calendrier TREC, les étudiants qui souhaitent s’orienter vers un master en septembre à l’UNC ou en Europe, disposent des mêmes conditions que leurs homologues en métropole. 

Lauréat de l’appel à projet « Nouveaux cursus à l’université » du troisième Programme d’investissements d’avenir (PIA 3), le projet TREC, mis en application depuis la rentrée de février 2019, a obtenu un financement de 6 000 000 euros sur dix ans.

 

[1] Source : données de l’Observatoire de la vie étudiante de l’UNC