Actu
15/12/2014

E-Rare-3 : Ouverture d’un nouvel appel à projets internationaux sur les maladies rares

L'Agence Nationale de la Recherche lance, en collaboration avec ses partenaires européens et canadiens, un nouvel appel à projets internationaux pour promouvoir la recherche sur les maladies rares. Cet appel intervient dans le cadre du programme Cofund "E-Rare-3", cinquième ERA-NET coordonné par l'ANR. La date limite de soumission des projets est fixée au 18 février 2015

Les maladies dites "rares" sont des affections qui touchent un nombre restreint de personnes. On en dénombre entre 5 000 et 7 000 dans le monde. La plupart sont des maladies génétiques souvent graves et chroniques dont les traitements et outils diagnostiques font pour la majorité défaut. Bien que rares, elles représentent un véritable problème de santé publique, prises dans leur ensemble elles touchent en effet près de 30 millions d'Européens. La fragmentation des ressources et des connaissances sur ces maladies, ainsi que le faible nombre de patients touchés dans chaque pays rendent indispensables la coopération internationale et les approches pluridisciplinaires.

Dans ce contexte, le programme E-Rare a été mis en place en 2006. En facilitant les collaborations multidisciplinaires et transnationales en Europe et au-delà, ce programme a pour objectif d'accélérer l'acquisition des connaissances permettant le développement d'outils de diagnostic et de traitements pour les maladies rares. Renouvelé pour une troisième phase dans le cadre de l'instrument ERA-NET Cofund de la Commission européenne, E-Rare lance aujourd'hui son septième appel à projets.

Soutenir des projets de recherche collaborative et internationale sur les maladies rares

Cet appel spécifique vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille.

Les projets doivent porter sur l'une des trois approches suivantes :

  • recherches collaboratives utilisant des bases de données de patients et des collections de matériels biologiques qui ne seraient pas possibles au niveau national et démontrant un potentiel pour les applications cliniques ;
  • recherches sur les maladies rares, incluant des études génétiques, épigénétiques et pathophysiologiques, utilisant des ressources, technologies et expertises conjointes et innovantes ;
  • recherches sur le développement d'applications pour le diagnostic et le traitement des maladies rares.

L'impact sur la santé et la valeur ajoutée de la collaboration internationale seront à démontrer : par exemple en rassemblant une masse critique de patients et d'échantillons biologiques, via le partage des ressources (modèles, bases de données, diagnostic), l'harmonisation des données, ou encore le partage de savoir-faire et d'innovations technologiques.

Dix-sept pays participent à cet appel : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Canada (et le Québec), l'Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, Israël, l'Italie, la Lettonie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Suisse et la Turquie.

Les partenaires académiques, cliniques et les entreprises de ces pays peuvent soumettre une proposition. Seuls les projets transnationaux seront financés : ainsi, chaque consortium devra inclure entre trois et six équipes provenant d'au moins trois pays différents participant à l'appel (maximum de deux équipes par pays). Les collaborations avec les pays d'Europe de l'Est sont vivement encouragées. Dans le cas de la participation de ces pays, le nombre maximal d'équipes dans un projet peut s'élever à huit.

Chaque agence financera ses équipes nationales, les candidats doivent donc veiller à respecter les règles d'éligibilité de leur agence respective. Ainsi, l'ANR financera uniquement les équipes françaises. La soumission et la sélection des projets se dérouleront de façon intégrée avec les autres pays dans le cadre d'un processus d'évaluation par les pairs en deux temps : les pré-propositions doivent être soumises d'ici le 18 février 2015. Seules les pré-propositions sélectionnées à l'issue d'une première évaluation pourront soumettre une proposition complète.

En savoir plus :

 

E-Rare : L'ANR participe aux efforts mondiaux sur les maladies rares

Les recherches sur les maladies rares sont non seulement limitées, mais aussi dispersées dans les différents laboratoires européens. La rareté des expertises se traduit par des diagnostics différés, des produits médicaux en faible quantité et un accès difficile aux soins. Par ailleurs, très peu de pays européens disposent de programmes de financement spécifiques dédiés à ces maladies. Elles constituent par là même un exemple de domaine de recherche bénéficiant de la coordination à l'échelle européenne et internationale.

L'ERA-NET sur les maladies rares, intitulé "E-Rare", a été lancé en 2006. Conçu comme un outil permettant d'initier et de coordonner des actions collaboratives entre financeurs de la recherche, il vise à surmonter la fragmentation et le cloisonnement de la recherche sur ce thème en Europe et au delà. Son principal objectif est la création d'un programme international de financement de la recherche sur ces maladies. Cela passe notamment par le lancement d'appels à projets transnationaux, l'évaluation et la dissémination des résultats des projets financés, ainsi que des activités stratégiques portant sur l'expansion du programme et sa pérennité. Six appels ont ainsi été lancés depuis 2007 sur un large éventail de sujets et d'approches liés aux maladies rares. 79 projets européens ont été cofinancés pour un montant total de 55 M€, dont 53 projets incluant des équipes françaises cofinancés par l'ANR.

E-Rare entre maintenant dans sa troisième phase de mise en œuvre, au travers du nouvel instrument de la Commission européenne, l'ERA-NET Cofund. C'est le 5ème ERA-NET que coordonne l'ANR : pendant cinq ans, l'agence va animer et coordonner le réseau de 25 partenaires, comprenant également trois membres canadiens. A travers cette nouvelle dimension internationale, E-Rare renforce aussi sa collaboration avec IRDiRC, Consortium international de recherche sur les maladies rares.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter