Actu
15/11/2005

Conférence de presse : Présentation du bilan 2005 de l’Agence nationale de la recherche

Le groupement d’intérêt public Agence nationale de la recherche (GIP ANR), qui préfigure le futur établissement public, a tenu son premier conseil d’administration il y a tout juste neuf mois.

Aujourd’hui le processus de sélection a abouti pour l’ensemble des 35 appels à projets (AAP) lancés par le GIP ANR et quelque 1 400 projets et 4 500 équipes ou chercheurs individuels vont prochainement bénéficier des crédits dont l’Agence a été dotée pour sa première année de fonctionnement.

Alors que le travail administratif et financier se poursuit activement pour finaliser les décisions attributives d’aides et le mandatement des crédits, il est déjà possible de tirer un bilan préliminaire, avec encore quelques marges d’imprécision, sur l’édition 2005 des programmes du GIP ANR. C’est l’objet du document présenté aujourd’hui qui fournit de nombreuses informations quantitatives sur les réponses et les projets sélectionnés dans le cadre des différents AAP organisés par l’Agence.

Il est également possible de tirer des leçons de nature qualitative de cette expérience initiale de neuf mois. En premier lieu, le dispositif de sélection mis en place en début d’année, impliquant au premier rang les scientifiques, a globalement bien fonctionné, malgré un calendrier contraint. La contribution

des établissements publics et associations qui ont apporté leur support dans l’organisation de ce dispositif a été déterminante. La mobilisation remarquable des communautés de recherche, pour participer à l’évaluation des projets soumis, est un autre point très favorable de ce premier exercice.

Du côté des équipes soumissionnaires, il faut se féliciter de la qualité des projets reçus, dans l’ensemble très satisfaisante, malgré des délais de préparation parfois courts. Cette riche matière première a permis une moisson fructueuse, à la fois par la nouveauté, notamment dans les programmes non thématiques, et par la pertinence par rapport aux objectifs affichés, plus particulièrement dans les programmes finalisés.

 

Ces points positifs ne doivent toutefois pas occulter la nécessité de consolider, de rendre plus intelligible, voire d’améliorer, le dispositif qui a fonctionné cette année. L’année 2006 permettra, dans un calendrier plus serein, de poursuivre cet objectif de qualité et de lisibilité du travail du GIP ANR au service des communautés de recherche.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter