News
11/27/2020

Technologies quantiques : les projets sélectionnés dans le cadre de l’appel ASTRID thématique lancé par l’ANR et l’AID

De nombreuses ruptures scientifiques et technologiques ont été rendus possibles grâce à la physique quantique. Afin de soutenir des projets de recherche dont les retombées bénéficieront à la fois au domaine civil et à la défense, l’Agence nationale de la recherche (ANR) et l’Agence de l’Innovation de la Défense (AID) ont lancé en juillet 2020 un appel ASTRID ciblé sur les technologies quantiques. Découvrez les objectifs des quatre projets de recherche sélectionnés.

Le programme ASTRID technologies quantiques, intégralement financé par l’AID et opéré par l’ANR, vise à soutenir des recherches à caractère dual et à bas niveau de maturité technologique, dans l’un des trois axes suivants : capteurs, algorithmie, cryptographie – communication.

Quatre projets de recherche d’une durée de 18 à 36 mois ont été sélectionnés pour financement, parmi les neuf projets déposés à l’appel, représentant un budget total de 1,2 M€.

  • Le projet CARDAMONE coordonné par Fabien Bretenaker (Laboratoire Lumière Matière et Interfaces) étudiera les avantages et les limitations d’un point de vue expérimental et théorique, des capteurs à atomes de Rydberg pour la détection et l’imagerie de champs électromagnétiques. Il proposera des solutions optiques basées sur des modulations des champs de sonde et de couplage.
     
  • Le projet CoQuIA coordonné par Franck Pereira (UMR Systèmes de Référence Temps Espace) vise à optimiser l’efficacité et la robustesse, vis-à-vis des variations de l’environnement, des séparatrices lasers dans les interféromètres atomiques, par le développement de nouvelles méthodes de façonnage des impulsions et méthodes de contrôle quantique optimal. Il doit permettre le développement de capteurs atomiques plus à même de répondre aux attentes des utilisateurs d’applications embarquées comme la navigation inertielle.
     
  • Le projet QPEG coordonné par Thomas Ayral (Bull SAS - Atos) vise à développer un nouveau type d’algorithme capable de simuler des centaines de bits quantiques (les simulations d'ordinateurs quantiques étant aujourd’hui limitées à une quarantaine de bits quantiques environ), via des techniques de « compression d’états quantiques ». L’algorithme sera intégré à la plateforme de simulation ATOS et utilisé pour qualifier le potentiel de technologies quantiques.
     
  • Le projet SoLuQS coordonné par Anthony Martin (Institut de Physique de Nice) concerne la mise en connexion de systèmes quantiques pour laquelle le segment spatial représente aujourd’hui la seule voie potentielle en l'absence de répéteurs quantiques fiables. Il vise à développer à l’échelle française les outils spatialisables pour l’établissement d’un lien de communication espace/sol sécurisé, afin d’anticiper les futures réalisations satellitaires.

Consultez la liste des projets sélectionnés sur la page de l’appel

L’appel ASTRID thématique est complémentaire du programme ASTRID, lancé en 2011 par l’ANR et la Direction générale de l’Armement (DGA) pour soutenir des projets de recherche à caractère fortement exploratoire et innovant, et pour favoriser des ruptures scientifiques et technologiques aux applications potentielles pour la défense, la recherche civile et l’industrie.

En savoir plus :

L’essentiel sur les programmes ASTRID et ASTRID Maturation

Sign up for the latest news:
Subscribe to our newsletter