PEPR Exploratoire FairCarboN Le carbone dans les écosystèmes continentaux: léviers et trajectoires

Carbon sink or methane source – local to global scale assesment of lentic waters’ role in the climate system

DEEP-C

Mots-clés : Land to ocean aquatic continuum, lentic waters, lakes and reservoirs, C stocks and fluxes, Soil erosion and C-exports, CO2-CH4 emissions, C accumulation in sediments, Model-data integration, Land surface models, Global estimates, Regional synthesis, Local

Résumé

Les eaux lentiques, telles que les lacs et les étangs, sont des acteurs essentiels dans le cycle du carbone mondial, en tant que réacteurs biogéochimiques, absorbant du carbone (C) issu de la biosphère terrestre et aqutique, qui est ensuite piégé dans les sédiments ou rejeté dans l'atmosphère sous forme de CO2 et de CH4, des gaz à effet de serre (GES) majeurs. Cependant, la compréhension de ces flux est limitée par le manque d'observations, en particulier pour les émissions de GES lacustres, dont les mesures sont sporadiques et peu représentatives de leur variabilité spatiale et temporelle. Les modèles biogéochimiques couplant synstèmes lacustres et leurs bassins versants sont nécessaires pour extrapoler les observations, évaluer l'impact humain et reconstituer les changements à long terme. Cependant, le développement de ces modèles nécessite une adaptation pour les reconstitutions long-termes, impliquant notamment l'utilisation de données géologiques pour contraindre et valider les modèles. Les sédiments lacustres fournissent des archives précieuses pour reconstituer l'évolution du cycle du carbone sur des centaines et des millers d'années, mais aussi des changements d'occupation du sol et l'érosion due au changement climatique et aux activités humaines. Le consortium multidisciplinaire DEEP-C a lancé en 2023 un programme national d'observations à long terme sur 40 sites pilotes et de synthèses de données existantes, visant à éclairer l'impact anthropique sur le cycle du carbone depuis 150 ans mais aussi durant l'Holocène. Le projet utilisera à partir de fin 2024 le modèle ORCHIDEE C-lateral pour évaluer le cycle du C dans la biosphère terrestre et les lacs, ainsi qu'un nouveau modèle de lac C couplé à ORCHIDEE au cours de 2025-26 pour simuler les émissions de GES en réponse au climat et aux processus du bassin versant. Ces efforts permettront de mieux contraindre les émissions de GES lacustres à grande échelle et de distinguer les contributions anthropiques des flux naturels. Les résultats, y compris une base de données nationale open-source, seront valorisés au-delà du projet. Des partenariats internationaux sont prévus pour étendre les simulations à l'échelle mondiale.

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Informations générales

Acronyme projet : DEEP-C
Référence projet : 22-PEXF-0009
Région du projet : Auvergne-Rhône-Alpes
Discipline : 4 - Agro Eco
Aide PIA : 1 496 074 €
Début projet : août 2023
Fin projet : août 2028

Coordination du projet : Jean-Philippe JENNY
Email : jean-philippe.jenny@inrae.fr

Consortium du projet

Etablissement coordinateur : INRAE centre Lyon Grenoble Auvergne Rhône Alpes
Partenaire(s) : CNRS Centre Est (Vandoeuvre), Institut de Physique du Globe de Paris, Université de Savoie Mont-Blanc, Université d'Orléans, Université de Lyon I (Claude Bernard), Université de Montpellier III (Paul Valery), Université de Franche Comté

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter