CE50 - Sciences de base pour l’énergie

Réaction de l’évolution de l’oxygène: la clé pour une oxydation photocatalytique de l'eau optimale – OERKOP

Résumé de soumission

Les réactions électrochimiques se produisant pendant la réaction de photoélectrolyse de l’eau impliquent des transformations physico-chimiques des photoelectrodes dues au transfert de charges à l’interface avec l'électrolyte. La réaction qui décrit l’évolution de l’oxygène (OER) au niveau de la photoanode est le principal obstacle pour un rendement efficace pour la production d’hydrogène par la photoélectrolyse de l’eau. OERKOP vise à comprendre les mécanismes de l’OER, au-delà de l’état de l’art, pour les photoanodes à base des oxydes métalliques :Fe2O3 et BiVO4 activées catalytiquement avec des films catalytiques oxyhydroxydes (M-OOH, avec M = Fe, Ni, Co, Cu, Zn). D’une part, l’augmentation de l’électronégativité (de Fe à Zn) permettra de varier les sites actifs impliqués dans l’OER et, par conséquent, les produits intermédiaires de la réaction et la cinétique de surface. D’autre part, Fe2O3 et BiVO4 présentent des valeurs significativement différentes du libre parcours moyen des trous, ce qui nous permettra de confronter la conduction électrique en volume à la cinétique de surface pendant l’OER. À cette fin, on propose une approche operando corrélative combinant des techniques de microscopie multi-échelles et multi-sélectives – la microscopie de rayons X en transmission (STXM) et la microscopie électronique en transmission (STEM). Ces techniques vont utiliser une cellule photoélectrochimique commune dédiée. Le STXM permettra de mesurer la composition et la coordination chimique à une échelle nanométrique des interfaces oxyde métallique/catalyseur oxyhydroxyde et photoanode/électrolyte. La microscopie STEM complémentera la limite de résolution du STXM (~50 nm) et permettra de quantifier la structure et la morphologie à l’échelle de 10 nm. Les calculs DFT permettront de discerner les réactions en fonction de différents sites photocatalytiques. Le projet est articulé autour de huit axes, couvrant la totalité des aspects scientifiques du projet, de la croissance de photoanodes jusqu’à la mise en place de la méthodologie d’analyse de données. Chaque tâche sera coordonnée par un responsable identifié. Plusieurs risques ont été identifiés et des solutions alternatives sont proposées à chaque fois si possible à ce stade. OERKOP vise finalement le succès d'une économie circulaire basée sur des technologies « bas carbone », utilisant des matériaux abondants, respectueux de l’environnement et recyclables. OERKOP sera le tremplin pour la mise à jour et le développement des méthodes d’ingénierie appropriées visant l’amélioration des photoanodes pour une réaction de photoélectrolyse optimale.

Coordination du projet

Dana Stanescu (Service de physique de l'état condensé)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IPCMS Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (UMR 7504)
SOLEIL Synchrotron SOLEIL
SPEC Service de physique de l'état condensé

Aide de l'ANR 540 185 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2023 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter