CE45 - Interfaces: mathématiques, sciences du numérique –biologie, santé

Estimation de la structure des réseaux neuronaux par simulations contrainte par des séquences de potentiels d'action observées – SIMBADNESTICOST

Résumé de soumission

Les neurophysiologistes peuvent, en combinant enregistrements extracellulaires multiples et méthodes de traitement des données appropriées, observer les séquences de potentiels d'action d'un grand nombre de neurones. Mais ce « grand nombre » ne représente toujours qu'une toute petite fraction des neurones effectivement présents dans la zone enregistrée. Avec des statistiques d'association comme l'estimation des fonctions de corrélation croisée, ils essaient de reconstruire la structure du réseau formé par les neurones enregistrés. Mais cette estimation souffre du sous-échantillonage drastique de la population neuronale, ainsi que d'erreurs dans la reconstruction des séquences de potentiels d'action. Le résultat est une « image du réseau », désignée par « réseau fonctionnel », dont les caractéristiques dépendent des conditions d'enregistrement (présence ou absence d'une stimulation). Nous pensons que la reconstruction du réseau formé par les quelques neurones enregistrés constitue un problème (techniquement) mal posé et nous proposons de nous intéresser à la place à la « loi générative » du réseau : quelle est la probabilité pour qu'un neurone de type A forme une synapse sur un neurone de type B ? La probabilité pour que le neurone Y de type B forme une synapse sur le neurone X de type A est-elle dépendante de la présence d'une synapse de X sur Y ? Notre idée est de simuler le réseau complet, en employant une dynamique simplifiée pour les neurones / nœuds de celui-ci, suivant différentes lois (paramétrées) avant de comparer les statistiques d'association simulées à celles observées. Ce type de stratégie est maintenant communément employée et est désignée par « estimation bayésienne approchée » (« Approximate Bayesian Computation ») ou « inférence basée sur simulations » selon les domaines. Nous pourrons ainsi aborder l'importante question de la sur-représentation des connexions réciproques à partir de données du premier relais olfactif d'un insecte.

Coordination du projet

Christophe Pouzat (Université Strasbourg)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IRMA Université Strasbourg

Aide de l'ANR 159 330 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2022 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter