CE17 - Recherche translationnelle en santé

Décrypter les mécanismes immunorégulateurs nouvellement découverts des cellules MAIT humaines pour une immunothérapie adoptive en contexte allogénique – MAITREG

Résumé de soumission

L’immunothérapie cellulaire adoptive s’est imposée comme une approche prometteuse pour prévenir et/ou limiter la maladie du greffon contre l’hôte (GVHD), l’une des principales causes de morbidité et mortalité après allogreffe. Cependant, la population de cellules régulatrices la plus efficace reste encore à définir. Les MAIT (mucosal-associated invariant T cells) humaines sont des lymphocytes T non conventionnels, très abondants dans le sang et les tissus cibles de la GVHD, qui expriment un TCR semi-invariant reconnaissant des dérivés microbiens, présentés par la molécule MR1. Les MAITs présentent de puissantes fonctions effectrices dépendantes et indépendantes du TCR, en réponse aux perturbations homéostatiques. Des études ont révélé les capacités de réparation tissulaire et régulatrices des MAITs, mais les mécanismes impliqués dans ces nouvelles fonctions sont encore mal décrits. Nous avons récemment montré que les MAITs étaient dépourvues de potentiel alloréactif et ne participaient pas aux lésions tissulaires de la GVHD, nous incitant à exploiter leur potentiel régulateur pour la thérapie cellulaire adoptive allogénique. Notre projet a trois objectifs spécifiques : 1/ caractériser les mécanismes des fonctions régulatrices des MAITs in vitro dans un modèle de réaction lymphocytaire mixte, par transcriptomique, phénotypage avancé et microscopie sur cellules vivantes ; 2/ confirmer les mécanismes régulant le rôle protecteur des MAITs humaines in vivo dans un modèle de GVHD xénogénique ; et 3/ valider les molécules identifiées avec des antagonistes spécifiques ou des MAITs génétiquement modifiées. Le défi principal de notre projet sera de déterminer si les MAITs remplissent leur doubles fonctions effectrices et régulatrices en fonction du contexte inflammatoire. Nos résultats devraient permettre d’envisager les MAITs humaines comme des outils thérapeutiques universels et prêts à l’emploi, pour contrôler la GVHD ou d’autres maladies inflammatoires des muqueuses.

Coordination du projet

Sophie Caillat (Human Immunology, Pathophysiology and Immunotherapy / Immunologie humaine, physiopathologie & immunithérapie)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IMMUNITE ET CANCER IMMUNITE ET CANCER
HIPI Human Immunology, Pathophysiology and Immunotherapy / Immunologie humaine, physiopathologie & immunithérapie

Aide de l'ANR 534 548 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2022 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter