CE15 - Immunologie, Infectiologie et Inflammation

Etude du rôle des vésiles extracellulaire contenant une toxine de M. ulcerans dans le développement de l'ulcère de Buruli – myEVs

Résumé de soumission

L’ulcère de Buruli (UB) est une maladie tropicale négligée et la troisième mycobactériose après la tuberculose et la lèpre. Cette maladie cutanée est causée par Mycobacterium ulcerans (M. ulcerans) et se présente sous la forme d’une hypodermite nécrosante. Les outils pour combattre cette infection sont limités alors qu’il est fondamental de développer de nouvelles approches thérapeutiques afin d’accélérer la cicatrisation et réduire les invalidités. Le principal facteur de virulence de M. ulcerans est une toxine de nature lipidique appelée mycolactone, synthétisée par des polykétides synthases. La capacité du bacille à échapper au système immunitaire est attribué à l’activité cytotoxique et immunosuppresseur de la mycolactone. Mais, dans certaines études, il est suggéré que l’infiltrat inflammatoire présent au niveau des lésions est capable de sécréter de nombreux facteurs solubles, médiateurs de l’inflammation, ou bien encore que les facteurs de susceptibilités génétiques à l’infection à M. ulcerans impliquent les voies cellulaires de l’autophagie. Pour comprendre l’ensemble des mécanismes impliqués dans la physiopathologie de l’UB, nous proposons une stratégie expérimentale basée sur nos récents résultats: (i) l’infiltrat cellulaire sur le site de l’infection n’est pas inactif ; (ii) la mycolactone contenu dans des vésicules extracellulaires de la bactérie est capable d’induire la sécrétion des cytokines de la famille de l’Il1; (iii) nous avons identifié un modèle murin mimant l’ensemble des stades cliniques de la maladie, incluant le stade de cicatrisation. Ces outils expérimentaux seront utilisés pour étudier les mécanismes impliqués dans la pathogénicité. Nous proposons, ici, d’élucider le rôle de la mycolactone en considérant que la mycolactone n’est pas uniquement une molécule cytotoxique et anti-inflammatoire. Le principal objectif sera donc de caractériser précisément les voies cellulaires déclenchées par les vésicules contenant la mycolactone.

Coordination du projet

Estelle Marion (Institut national de la sante et de la recherche medicale)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LISM Centre national de la recherche scientifique
INCIT Institut national de la sante et de la recherche medicale

Aide de l'ANR 331 994 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2022 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter