CE01 - Terre solide et enveloppes fluides

Processus physiques de transport de microplastiques en estuaires macrotidaux – PLASTINEST

Résumé de soumission

La pollution par les microplastiques (MPs) est devenue un problème anthropique critique, menaçant la structure, les fonctions, les services et la valeur des écosystèmes. À l’interface terre-océan, les estuaires sont le passage obligatoire des déchets plastiques issus des fleuves. Les estuaires macrotidaux sont caractérisés par des mécanismes de transport vers l’amont qui, comme pour les sédiments fins, peuvent piéger des MPs formant des régions d'accumulation privilégiées. Les estuaires macrotidaux peuvent ainsi devenir un puits majeur de ce polluant émergent. Cependant, les mécanismes physiques de transfert et de piégeage des MPs dans le continuum fleuve-estuaire-mer restent méconnus. Par rapport aux sédiments, les MPs couvrent un spectre plus large de propriétés physiques (densité, taille et forme) qui peuvent varier dans le temps en raison des processus d'encrassement biologique, fragmentation et dégradation. PLASTINEST vise à avancer dans la compréhension du transport, du piégeage et de la dispersion des MPs dans les estuaires dominés par les marées, depuis le fleuve tidal jusqu’au champ proche du panache. A cette fin, le projet combinera des expériences de laboratoire, des mesures in-situ adaptées et de la modélisation numérique avancée, et utilisera l'estuaire de la Gironde (SO France) comme laboratoire naturel. Le projet bénéficiera de l'expérience pionnière de mon groupe de recherche sur le développement de TrackMPD, un modèle numérique lagrangien innovant pour le transport 3D des MPs qui inclut leur mouvement vertical, des processus de transport côtier et le comportement des MPs en fonction de leurs propriétés dynamiques, et des états d'encrassement biologique et de dégradation. PLASTINEST apportera un éclairage nouveau sur les processus physiques régissant le transport des différents types de particules en fonction des forçages environnementaux et de leur variabilité, contribuant à quantifier la distribution et le budget des MPs à l'interface terre-océan.

Coordination du projet

Isabel Jalon-Rojas (Université de Bordeaux)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

EPOC Université de Bordeaux

Aide de l'ANR 285 149 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2022 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter