Résilience - COVID-19 - Résilience - Coronavirus disease 2019

Epidémie à Coronavirus : Etude de L’Impact et des Profils à risque Suicidaire en population Etudiante – ECLIPSE

ECLIPSE : Epidémie à Coronavirus : Etude de L’Impact et des Profils à risque Suicidaire en population Etudiante.

L’objectif général du projet est d’évaluer l’impact de l’épidémie de COVID-19 et du confinement sur le risque suicidaire chez les étudiants afin de proposer des pistes de stratégies de prévention.

Peu de données sont disponibles sur l'impact de l'épidémie et du confinement sur le risque suicidaire chez les étudiants, que ce soit au niveau international ou en France. Par ailleurs, peu d'études se sont intéressées plus spécifiquement aux étudiants en santé, qui représentent une sous-population probablement encore plus à risque puisque beaucoup d'entre eux sont, ont été ou seront mobilisés pendant l'épidémie. Au cours de cette mobilisation, ils ont été directement ou indirectement en contact avec des patients positifs au COVID-19, où les mesures sanitaires étaient difficiles à mettre en œuvre. Ils ont également pu assister à des situations de fin de vie difficiles, y compris chez de jeunes patients. Les épidémies précédentes ont montré que les professionnels de la santé sont particulièrement exposés au risque d'épuisement professionnel et au syndrome de stress post-traumatique. Il est donc important de documenter et de mesurer ce sur-risque suicidaire potentiel chez tous les étudiants et particulièrement chez les étudiants en santé qui ont été largement mobilisés pendant l'épidémie.<br />Les objectifs spécifiques sont : (1) décrire l’impact de l’épidémie et du confinement sur la santé mentale des étudiants et particulièrement les pensées suicidaires et leur évolution ; (2) identifier des profils à risque suicidaire dans ce contexte ; (3) analyser spécifiquement l’impact psychique de l’épidémie sur le risque suicidaire des étudiants en santé par une approche mixte ; (4) décrire les fluctuations des pensées suicidaires et leur association avec la variabilité émotionnelle, par la méthode d’échantillonnage par l’experience (ESM= experience sampling method).<br />Le projet ECLIPSE explorera l'impact de l'épidémie et des confinements à court et long terme sur les étudiants, une population vulnérable au risque suicidaire, avec un focus particulier sur les étudiants en santé. Les données déjà collectées et les nouvelles données recueillies au cours du projet nous permettront d'identifier les profils d’étudiants à risque suicidaire, de définir les facteurs de risque de suicide, et in fine de définir les éléments d'une stratégie de prévention du suicide. Identifier les profils des individus les plus vulnérables et à risque permettra d'intervenir en amont de la crise suicidaire et devrait être une des clés de la réussite d'une véritable politique de prévention du suicide. D'autre part, à travers l'étude de la variabilité à court terme des pensées suicidaires et de leurs facteurs déclenchants, nous espérons également faire progresser les connaissances sur ces questions plus fondamentales, ce qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de compréhension et de prévention du risque suicidaire.

Population d’étude et recueil de données
• Données existantes issues de la cohorte CONFINS (www.confins.org) : données d’inclusion recueillies depuis Avril 2020, données de suivi mensuel depuis Juin 2020. La cohorte CONFINS présente l’avantage d’inclure des étudiants et des non-étudiants qui constitue un comparateur particulièrement pertinent, notamment en termes d’indicateurs de santé mentale. Le recrutement dans la cohorte CONFINS s’est fait sur la base du volontariat via les réseaux sociaux et du mailing. Les pensées suicidaires sont mesurées à l’inclusion et à chaque suivi. De nombreux paramètres sont mesurés dans CONFINS et nous permettront d’identifier les profils d’étudiants à risque de pensées suicidaires.
• Nouvelles données recueillies dans le cadre du projet ECLIPSE :
-Questionnaire spécifique à destination des étudiants en santé (types de mission, contacts avec patients COVID, conditions de formation et d’encadrement, échelle IES (Impact of Event Scale) pour évaluer le stress post-traumatique...).
-Enquête qualitative auprès des étudiants en santé. Ces entretiens seront réalisés et enregistrés par un.e sociologue avec retranscription et analyse en triangulation du texte. Ces entretiens semi-directifs permettront de faire émerger des variables d’intérêt qui mériteraient d’être prises en compte dans les modèles et qui compléteront le profilage des étudiants. Une vingtaine d’entretiens seront réalisés pour arriver à saturation des données.
-Données relatives à l’étude par ESM recueillies sur une période de 14 jours. Les volontaires qui acceptent de participer spécifiquement à l’étude ESM recevront un dédommagement par carte cadeau. Des notifications invitant le participant à remplir son questionnaire seront envoyées 5 fois par jour via l’application pendant 14 jours entre 9h et 21h selon un design semi-aléatoire. Les questionnaires ESM permettront de collecter les informations suivantes en vie réelle : variables contextuelles (lieu, interactions sociales, activités), émotions négatives (tristesse, anxiété, colère) et positives (bonheur, calme, énergie), estime de soi, stress, consommations (cannabis, alcool), sommeil.
Analyses statistiques
L’identification des profils à risque reposera sur la modélisation des caractéristiques initiales de l’individu et de leur évolution. Des modèles de prédiction des conduites suicidaires seront développés, en particulier des méthodes d’apprentissage automatique (machine learning) comme les forêts aléatoires, permettant d’inclure un grand nombre de prédicteurs et de prendre en compte leurs interactions. Pour les données recueillies par ESM, les analyses seront basées sur la création de modèles mixtes et multiniveaux adaptés aux données longitudinales intensives qui sont fortement auto-corrélées. Elles porteront sur les estimations des changements intra- et inter-individuels, les changements temporels, les analyses de causalité et de médiation.

Association entre le statut étudiant et les indicateurs de santé mentale
Nous présenterons ici les résultats des analyses qui avaient pour but de mesurer l’association entre le statut étudiant et les indicateurs de santé mentale au cours des périodes clés de l’épidémie de COVID-19 (article publié).
Parmi les 3 783 participants inclus, nous avons montré que les étudiants étaient plus susceptibles que les non-étudiants de présenter des symptômes modérés à sévères de dépression ([RCa : 1,59 ; IC à 95% : 1,22-2,08] au premier confinement ; et [RCa : 1,80 ; IC à 95% : 1,04-3,12] au deuxième confinement) et d'anxiété ([RCa : 1,63 ; IC à 95% : 1,22-2,18] au premier confinement et [RCa : 2,25 ; IC à 95% : 1,24-4,10] au deuxième confinement). En revanche, nous n’avons pas observé de différences statistiquement significatives concernant la période hors confinement. Il n’y a pas non plus de différences entre les deux groupes concernant les pensées suicidaires, quelle que soit la période.
Sentiment de solitude perçue et pensées suicidaires chez les étudiants
Un article est en cours de préparation avec pour objectif de mesurer la contribution de la solitude perçue dans l'idéation suicidaire chez les étudiants pendant la pandémie COVID-19 et d’investiguer le rôle des symptômes de dépression dans cette relation.
Parmi les 1913 étudiants inclus, 27% déclarent un sentiment de solitude. Les étudiants qui ont déclaré un sentiment de solitude ont signalé des fréquence plus élevées de pensées suicidaires (27,2% contre 19,8%) et de symptômes de dépression (61,1% contre 46,5%) que les non-étudiants ayant également déclaré un sentiment de solitude. Dans tous les modèles, nous avons trouvé une forte association entre la solitude perçue et les pensées suicidaires chez les étudiants. Ainsi, la solitude perçue était associée à un risque quatre fois plus élevé de pensées suicidaires parmi les étudiants (RCa=4,28 ; IC 95% : 3,14-5,85) après ajustement sur l'âge, le genre, la période d'inclusion, les interactions téléphoniques, les interactions sur les réseaux sociaux, le statut familial et les antécédents de maladies psychiatriques. Dans les analyses stratifiées sur les symptômes de dépression, les estimations restent élevées dans tous les modèles, et dans les mêmes proportions que les participants déclarent des symptômes de dépression ou non.

Premiers descriptifs de la santé mentale des étudiants en santé
Sur les 2201 étudiants inscrits dans CONFINS, 44% (n=976) sont des étudiants en santé. Les étudiants en santé présentent de meilleurs indicateurs de santé mentale que les étudiants non santé. Près de la moitié des étudiants en santé de la cohorte ont rempli le questionnaire complémentaire (n=432). Parmi eux, on observe 4.4% de symptômes modérés de PTSD, et 2.1% de sévères (échelle IES).

Analyses des données
-Développement d’un modèle de prédiction des pensées suicidaires mesurées au suivi à partir des données déclarées à l’inclusion par des méthodes de forêts aléatoires (en cours).
-Finalisation de l’exploitation des données quantitatives issues des questionnaires spécifiques aux étudiants en santé (en cours).
Enquête qualitative étudiants santé
Recrutement sociologue pour la conduite des entretiens semi-directifs (en cours).
Etude ESM
- Lancement de l’étude fin Janvier 2022
? L’application smartphone CONFINS qui permettra le recueil des données sera publiée sur les stores début janvier 2022.
? Les listes de sollicitations, les documents relatifs à l’étude, les questionnaires et le protocole ont été mis à jour.
? Les modalités de dédommagement par carte cadeau sont disponibles.

Un article a été publié dans la revue Scientific Reports et a fait l’objet d’un communiqué de presse Inserm (https://presse.inserm.fr/covid-19-le-lourd-impact-de-lepidemie-sur-la-sante-mentale-des-etudiants-notamment-pendant-les-periodes-de-confinements/44052/).
Citation : Macalli, M., Texier, N., Schück, S. et al. A repeated cross-sectional analysis assessing mental health conditions of adults as per student status during key periods of the COVID-19 epidemic in France. Sci Rep 11, 21455 (2021). doi:10.1038/s41598-021-00471-8.
- L’Article « Contribution of perceived loneliness to suicidal thoughts during the COVID-19 pandemic: the role of depression symptoms » est en cours de préparation.

Les étudiants, déjà vulnérables au risque suicidaire, se trouvent considérablement fragilisés par l’épidémie de COVID-19 du fait de leur isolement, des inquiétudes sur le déroulement de leurs études et sur leurs ressources financières. L’objectif du projet ECLIPSE est d’évaluer l’impact de l’épidémie sur le risque suicidaire chez les étudiants et spécifiquement : (1) décrire les conséquences de l’épidémie et du confinement sur la santé mentale des étudiants et particulièrement les pensées suicidaires et leur évolution ; (2) identifier des profils à risque suicidaire dans ce contexte ; (3) analyser spécifiquement l’impact psychique de l’épidémie chez les étudiants en santé par une méthodologie mixte ;(4) décrire les fluctuations des pensées suicidaires et leur association avec des facteurs de risque de court terme, en particulier la variabilité émotionnelle. Dans ce projet, notre équipe pluridisciplinaire, va déployer des méthodes complémentaires : analyse longitudinale de questionnaires existants, entretiens semi-dirigés, experience sampling method. Notre but final est d'identifier les profils d’étudiants à risque, ce qui permettra d'intervenir en amont de la crise suicidaire et favoriser la réussite d'une réelle politique de prévention du suicide.

Coordinateur du projet

Monsieur Christophe TZOURIO (Bordeaux Population Health Research Center)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

BPH Bordeaux Population Health Research Center

Aide de l'ANR 79 744 euros
Début et durée du projet scientifique : avril 2021 - 12 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter