Résilience - COVID-19 - Résilience - Coronavirus disease 2019

Fardeau économique lié au COVID-19 long après une hospitalisation – BLOC

Fardeau économique lié au COVID-19 long après une hospitalisation

Les patients atteints de COVID-19 peuvent présenter le syndrome du « COVID long «, c'est-à-dire un ensemble de symptômes persistants >4 semaines après la phase initiale de la maladie. Les patients hospitalisés pour COVID-19 pourraient présenter un risque plus élevé de développer un COVID long que les patients non hospitalisés. Le projet étudie la consommation de soins et les coûts chez les patients hospitalisés et sortis de l'hôpital pour COVID-19 après 4 semaines suivant la sortie.

Pourquoi étudier la consommation de soins dans le COVID long?

Il n’existe pas de définition consensuelle du syndrome post-COVID. La Haute Autorité de Santé (HAS) considère comme « COVID long « les patients dont les symptômes persistent pendant au moins 4 semaines. Elle a publié des recommandations spécifiques pour la prise en charge des patients présentant des formes longues de COVID. Cependant, le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) britannique définit le terme «COVID long« comme «des signes et des symptômes qui se développent pendant ou après une infection par le COVID-19, qui persistent pendant plus de 12 semaine ». Le syndrome post-COVID-19 peut être envisagé avant 12 semaines alors que la possibilité d'une autre maladie sous-jacente est également évaluée«. <br />Plusieurs études ont décrit l'épidémiologie du COVID long parmi les patients hospitalisés pour le COVID-19. Elles rapportent des symptômes variés, persistant des semaines ou des mois après la sortie de l'hospitalisation, de la fatigue (symptôme le plus souvent cité) à diverses altérations des fonctions physiques, cognitives et/ou de la santé émotionnelle. En France, l'étude en cours «COMPARE COVID-long« a identifié jusqu'à 50 symptômes de 10 domaines (PROM- Patients Reported Outcome Measurement) persistant plus de 3 semaines après la convalescence COVID-19. En combinaison avec divers symptômes douloureux tels que des myalgies diffuses, des arthralgies, des douleurs abdominales, des maux de tête et des douleurs thoraciques, la symptomatologie du COVID-long évoque l'encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC). Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, on peut s'attendre à ce qu'un nombre considérablement élevé de patients développent un syndrome post-COVID de type ME/CFS, dont il a été démontré qu'il était associé à une charge économique substantielle.<br />Prises dans leur ensemble, les conséquences du long syndrome de COVID sont susceptibles d'accroître le fardeau à long terme des soins liés au COVID-19, en particulier pour les maladies chroniques non transmissibles, la santé mentale, les arrêts maladie prolongés, l'incapacité fonctionnelle et la douleur chronique. Toutes les conditions identifiées comme étant associées au syndrome COVID-19 sont associées à une utilisation élevée des ressources médicales et à un fardeay économique important, qui peut être évalué en utilisant l'identification d'un taux élevé des demandes de remboursement. Il est donc urgent d'évaluer la consommation de soins à long terme et le fardeau économique associé pour les patients ayant un COVID long, ainsi que les facteurs de risque pour de développer un COVID long.<br /><br />Objectifs de l’étude : <br />(1) investiguer les différents modèles de consommation de soins suite à une hospitalisation pour COVID long<br />(2) évaluer la consommation de soins et les coûts associés des patients COVID long, et les comparer à ceux des patients non COVID long<br />(3) d'identifier les variables prédictives du développement d’un COVID long.

Source des données : Système National des Données de Santé (SNDS)
Design : Etude de cohorte rétrospective
Population: patients hospitalisés pour COVID-19, sortis vivants entre le 01 février et 30 juin 2020.
Critères d'inclusion :
- Être âgé de 18 ans ou plus
- Patients hospitalisés entre le 01/02/2020 et le 30/.06/2020 pour COVID-19 comme diagnostic principal, avec les codes CIM-10 de sortie suivants : U07.10, U07.11, U07.14, U07.15
- Patients vivants à la date de sortie
Date index : date de sortie d'hospitalisation pour COVID-19 pendant la période d'inclusion.
Durée du suivi : jusqu'au 31 décembre 2020, avec une durée maximale de suivi de 6 mois.
Identification des patients atteints de COVID-19 :
En se basant sur les symptômes les plus courants du COVID long décrits par la HAS, nous développerons des algorithmes spécifiques pour identifier les patients présentant un COVID long sur la période de suivi. Ils seront basés sur l'utilisation de traitements et de consommations de soins spécifiques. Pour prendre en compte leur caractère exploratoire, nous distinguerons les patients présentant un COVID long «probable«, de ceux présentant un COVID long «possible« et ceux «peu susceptibles de présenter un COVID long«.

Outcomes
Outcomes principaux :
- description de la consommation de soins et des coûts associés au cours des 6 mois suivant la date de sortie : médicaments, visites médicales, aux urgences, paramédicales, médicaments spécifiques, actes médicaux, biologiques, nouvelles hospitalisations (toutes causes), arrêts maladie, transports
- typologies de consommation de soins COVID selon le statut COVID long
- caractéristiques sociodémographiques et cliniques des patients sélectionnés : âge à l'admission à l'hôpital, sexe, maladie chronique et statut CMU-c, type d'hospitalisation (conventionnelle ou en unité de soins intensifs).
Résultats secondaires : facteurs de risque identifiés pour développer un COVID long.

A partir des patients sélectionnés, nous créerons deux sous-cohortes : 1) les patients présentant un COVID long et 2) les patients ne présentant pas un COVID long.

Analyses statistiques. Nous comparerons :
- La consommation de soins et les coûts entre les patients COVID longs et les patients non COVID longs, après appariement par score de propension sur âge, sexe, statut CMU-c, région de résidence, comorbidités, séjours en soins intensifs, assistance respiratoire.
- La consommation de soins et les coûts entre des périodes similaires en 2019 et 2020, distinctement chez les patients COVID longs et chez les patients non COVID long.
Nous comparerons les coûts de la consommation de soins toutes causes confondues entre les patients en utilisant des modèles linéaires généralisés avec une distribution gamma et une fonction de lien logarithmique. Les modèles gamma étant définis pour des valeurs positives uniquement, des modèles à deux parties seront utilisés pour les éléments dont les coûts ne sont pas strictement positifs.

Pas de résultats disponibles à ce jour

Cette partie sera compléter une fois les résultats disponibles.

Pas de production scientifique à ce jour

Depuis mars 2020, 3.5 millions de personnes ont été infectées par le virus SRAS-COV2 en France, et environ 250000 patients ont été hospitalisés et sont retournés à domicile. Dans la majorité des cas, l'évolution de la maladie est bonne, mais à la fois les patients hospitalisés et les patients avec des formes modérées de la maladie peuvent développer le syndrome dit du "COVID long", un terme créé par les patients qui décrit les effets de la COVID-19 qui perdurent pendant des semaines ou des mois après les premiers symptômes. Il y a donc un besoin important d'évaluer la consommation de soins et les coûts à long terme des patients avec un COVID long, ainsi que d'identifier les facteurs de risque de développer un COVID long.

Les objectifs de notre projet sont les suivants:
(1) évaluer la consommation de soins et les coûts des patients présentant un COVID long, et de les comparer à ceux de patients sans symptômes persistants de COVID,
(2) identifier les déterminants du développement d'un COVID long,
(3) explorer l'existence de différents schémas de consommations de soins dans le COVID long.

Nous utiliserons les données du SNDS pour extraire et analyser les données nécessaires à l'atteinte de ces objectifs. En effet, la base de données du SNDS fournit des informations individuelles anonymes sur les soins primaires et secondaires, et couvre actuellement plus de 98% de la population française. Nous inclurons tous les patients hospitalisés pour COVID19 entre le 1er février et le 30 juin 2020, et nous les suivrons durant 6 mois. Nous développerons un algorithme permettant de distinguer les patients développant une forme longue de la maladie de ceux n'en développant pas; celui-ci sera basé sur l'utilisation de ressources et de traitements spécifiques.

Notre étude fournira pour la première fois une estimation de la consommation de soins et des coûts qui lui sont associés, des patients hospitalisés pour COVID19. Elle fournira également une estimation du taux de formes de COVID long développées chez les patients hospitalisées pour COVID19, ainsi qu'une description détaillée de leur consommation de soins et coûts comparés aux patients qui ne développent pas de forme longue de la maladie.

Coordination du projet

Manon Belhassen (PELyon)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PELyon
HCL Hospices Civils de Lyon

Aide de l'ANR 77 598 euros
Début et durée du projet scientifique : mai 2021 - 12 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter