CE41 - Inégalités, discriminations, migrations

Compter en situation coloniale. L'Afrique française (1830-1962) – COCOLE

Résumé de soumission

Compter en situation coloniale.
Croisant les approches disciplinaires et les échelles d’analyse, le projet étudie la production des statistiques dans les territoires africains de l’empire français, du début du XIXe siècle aux indépendances des années 1960. Il informe à la fois sur la gouvernance coloniale et ses transformations et sur les rapports de force et les inégalités qu’elle véhicule ; il éclaire le jeu des acteurs, publics et privés, colonisateurs et colonisés, qui, en métropole et dans les territoires utilisent ces indicateurs, participent à leur production ou bien refusent d’y contribuer. Plus largement, et même si elle s’arrête aux statistiques économiques (activité, production, prix, travail), l’enquête éclaire à la fois l’empire des chiffres en colonie et l’impact de l’expérience coloniale sur la production des statistiques. En reconstituant l’histoire institutionnelle, sociale et intellectuelle de leur production, en s’arrêtant aux matériaux bruts, aux coulisses des enquêtes et à la construction des catégories statistiques nous entendons montrer combien le chiffre est structurant, comment il fait lien et comment, en classant, il hiérarchise et exclut. Il s’agit ainsi de préciser en quoi le fait de compter, de tenir des comptes si l’on est producteur ou de fabriquer des statistiques si l’on est administrateur, est une manifestation du pouvoir.
L’enquête informera plus avant sur les spécificités du gouvernement en situation coloniale, en soulignant les formes d’autonomie des acteurs présents sur le terrain, les tensions qui les opposent, et en précisant si – et comment – les statistiques ont pu constituer une « technologie de la distance ». Nos travaux interrogeront également les inévitables approximations, dissimulées sous la rigueur du nombre, qui entretiennent l’illusion d’un savoir-pouvoir chez les administrateurs et dans les milieux économiques coloniaux, participant au « colonial gaze », au prisme déformant et déformé que les administrations ont des territoires colonisés, et plus largement de leur propre pouvoir. Au bout du compte, l’enquête permettra de mieux comprendre ce que compter veut dire, d’interpréter les conventions statistiques et comptables en situation coloniale, et de montrer comment et en quoi l’empire des nombres éclaire le processus de colonisation.

Coordinateur du projet

Madame Béatrice TOUCHELAY (UMR 8529 - Institut de Recherches Historiques du Septentrion)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Université de Genève Université de Genève / Unité d'histoire contemporaine
CESSMA CESSMA UMR 245 Université de Paris/INALCO/IRD
TELEMMe Temps, espaces, langages europe méridionale méditerranée
Université de Cocody Université de Cocody, département d'histoire
CESDIP CESDIP UMR 8183 Univ. Versailles St-Quentin/ Ministère de la Justice/ CY Cergy Paris Univ.
IDHE.s Paris Nanterre Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie et de la Société
IRHiS UMR 8529 - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
IDHE.s Panthéon Sorbonne Paris 1 Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie et de la Société
Freie Universität Berlin Freie Universität Berlin Centre Marc Bloch Berlin USR 3130/Pacte (Grenoble) UMR 5194
CLERSÉ CLERSÉ UMR 8019
IMAF IMAF UMR 8171 Aix-en-Provence
DRM DRM UMR 7088 Univ. Paris Dauphine

Aide de l'ANR 386 263 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2021 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter