CE37 - Neurosciences intégratives et cognitives

Impacts du stress et des hormones sexuels sur le cerveau de l'adolescent – ADOSTRESS

Résumé de soumission

L'adolescence est considérée comme une période sensible au stress social. Avec le début de la puberté, la réactivité au stress augmente, de même que le risque de développement de diverses maladies neuropsychiatriques, tandis que la récupération face au stress social est plus difficile. Ceci qui suggère un lien entre la neurophysiologie du stress et la maturation sexuelle à l'adolescence. Jusqu'à présent, les réponses neuroendocriniennes au stress social et ses conséquences sur l‘activité cérébrale ont été mal caractérisées au cours de l'adolescence.
Nous examinerons les différences de développement entre l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) et l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique (HPG) dans la réponse au stress de l'adolescent, ainsi que l'inversion potentielle du rôle d'hormones surrénales en réactivité au stress au début de l’adolescence. En combinant des approches comportementales, d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et des mesures hormonales, ce projet déterminera comment un stress aigu interagit avec les hormones gonadiques et influence l'activité cérébrale en début et fin d’adolescence, et comment la contraception module la réactivité au stress chez les adolescentes. En outre, nous examinerons les différences hommes-femmes dans l'adaptation de la réponse neuroendocrinienne en réponse au stress.
Les objectifs de ce projet sont de déterminer:
a) l'association des hormones gonadiques et surrénales avec les différences interindividuelles en réactivité au stress qui se manifestent à la puberté en début et à la fin de l’adolescence;
b) l'influence du stress sur l’apprentissage de la hiérarchie sociale et sur l'apprentissage par renforcement (non social) pendant l'adolescence;
c) l'influence causale de la contraception hormonale, comparée à l’absence de contraception, sur les systèmes cérébraux impliqués dans ces différents types d'apprentissage chez les adolescentes, en relation avec leur réponse au stress;
d) l'influence du développement pubertaire et du niveau de base de testostérone sur la réactivité au stress des garçons et sa relation avec l'activation cérébrale lors de l'apprentissage social et non social (en comparant début vs fin de l'adolescence);
e) l'influence des différences de traits de personnalité (anxiété, dominance..) sur l'activation cérébrale et la réponse au stress à l'adolescence.
Nous testerons 300 adolescents avec un protocole d'IRMf identique : 60 garçons et 60 filles (11-13 ans), 60 adolescents (15-18 ans) et 120 adolescentes (15-18 ans), dont 60 filles recevront une contraception hormonale, tandis que 60 autres seront dans la phase lutéale de leur cycle menstruel. Les participants subiront d'abord un stress (test de stress social de Trier) ou une intervention contrôle sans stress. Ensuite, ils effectueront deux tâches en IRMf: la première tâche évaluera l'apprentissage de la dominance sociale (tâche SDL), un aspect clé des interactions sociales, et la deuxième tâche testera la capacité d'apprentissage par renforcement dans un cadre non social (tâche RL).
Nous évaluerons la réactivité au stress en mesurant le cortisol, l'allopregnanolone, la progestérone et la testostérone ainsi que sa perception subjective. Nous testerons si le stress aigu influence l'apprentissage social ou l’apprentissage par renforcement en général, et comment cette influence peut différer en début et fin d'adolescence. Nous étudierons également les influences des hormones gonadiques et surrénales, et de traits d'anxiété et de dominance sur les systèmes cérébraux identifiés. Ce projet permettra la compréhension des déterminants neuroendocriniens de la réactivité au stress sur l’activation la cérébrale pendant l'adolescence. Nous spécifierons les interactions entre hormones gonadiques et surrénales avec la réponse au stress dans la sensibilité accrue du cerveau adolescent aux facteurs de stress sociaux dans le contexte d'interactions sociales compétitives.

Coordination du projet

Jean-Claude Dreher (Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ISC-MJ Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod
UH Universität Hamburg / AG Neuroendokrinologie

Aide de l'ANR 604 996 euros
Début et durée du projet scientifique : avril 2022 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter