CE27 - Culture, création, patrimoine

Histoire ancienne du pavot somnifère en Europe et Asie du Sud-Ouest – POPPY

Résumé de soumission

Le projet POPPY vise à déterminer l'origine et la diffusion précoce du pavot à opium (Papaver somniferum L.), qui pourrait être la seule plante domestiquée pendant la période néolithique en Europe, au moins à partir du milieu du sixième millénaire avant notre ère. Les principaux objectifs du projet sont 1) d'identifier l'origine géographique du pavot, y compris l'emplacement de ses progéniteurs sauvages et de sa domestication, 2) de définir un cadre chrono-culturel pour son processus de domestication et sa dispersion de la Préhistoire à la fin de l'âge du fer (6000-50 cal BC). Le projet POPPY s'appuie sur du matériel archéologique, ainsi que sur un échantillonnage de la biodiversité moderne et historique conservée dans des banques de semences et des herbiers. Il met en œuvre des analyses multidisciplinaires - archéobotanique, techniques de datation, génomique, morphométrie géométrique (GMM), analyses spatiales - pour élucider le rôle du pavot à opium dans le patrimoine naturel et culturel européen.
Le projet (42 mois) s'articule autour de trois tâches complémentaires.
La tâche 1 consistera à construire une base de données intégrant une revue exhaustive des archives archéologiques afin de révéler les trajectoires et le cadre chrono-culturel de la dispersion du pavot du Néolithique ancien (6000 cal BC) à la fin de l'âge du fer (50 cal BC). Sur la base d'une méthodologie déjà validée dans le cadre d'un précédent projet (Fondation Fyssen, 2018), cette tâche produira également une nouvelle série de datations au radiocarbone directement effectuées sur des restes de pavot dans des sites clés situés en Europe (des Balkans aux îles britanniques), en Afrique du Nord (Maghreb et Égypte) et au Proche-Orient. Elle permettra de confirmer et de suivre précisément la dispersion précoce de la plante. Ces résultats seront intégrés et comparés au cadre général du radiocarbone fourni par d'autres matériaux (céréales, ossements, bois, artefacts) sur les sites inventoriés dans la base de données archéologiques.
La tâche 2 consistera en une co-analyse de la diversité génétique et morphométrique d'un ensemble commun d'échantillons de pavots modernes et d'herbiers. L'utilisation de marqueurs moléculaires tels que les SNPs dans les variétés modernes et d’herbiers de Papaver spp. permettra d'identifier leur(s) progéniteur(s) sauvage(s) ainsi que de retracer les marqueurs génétiques de la dispersion géographique de la plante. Le GMM permettra d'analyser la diversité morphométrique au sein et entre les échantillons modernes et plus particulièrement de distinguer les sous-espèces sauvages et cultivées sur la base des différences de taille/forme de leurs graines et du nombre de cellules de leur testa (enveloppe de la graine). La méthodologie a été testée et validée sur un petit ensemble de graines de pavot dans le cadre du projet AgriChange (SNSF, 2018-2021). La production de cette solide base de données de référence moderne ouvrira la voie à une application future de la GMM sur du matériel archéologique pour mieux comprendre le début de la culture du pavot à opium.
La tâche 3 proposera une interprétation interdisciplinaire de l'analyse spatiale de la base de données archéobotanique (tâche 1) et de la base de données génétique/GMM (tâche 2) par des restitutions visuelles inclusives, et la prise en compte de variables multi-sources avec l'outil Système d'Information Géographique (SIG). En testant le potentiel d'intégration interdisciplinaire et les possibilités analytiques géostatistiques du SIG, la tâche 3 pourrait fournir des bases solides pour une future modélisation de l'histoire du pavot à opium. Le projet POPPY va initier des collaborations nouvelles et à long terme avec des chercheurs juniors et seniors en France et en Europe. Il ouvrira la voie à des approches systémiques et interculturelles de l'histoire du pavot à opium.

Coordinateur du projet

Madame Aurélie Salavert (Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

AASPE Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements

Aide de l'ANR 233 968 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2021 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter