CE03 - Interactions Humains-Environnement

Espaces Verts : Interrogations sur l’exposition et la SAnté – EVISA

Résumé de soumission

S'il est désormais unanimement admis que les pesticides sont responsables d'effets sur la santé humaine, de nombreuses questions restent sans réponse concernant des pesticides spécifiques, certains effets de santé, les populations sensibles, etc. Par exemple, les effets des néonicotinoïdes, du glyphosate et des SDHI ont été interrogés ces dernières années, de même que l'impact spécifique sur les enfants ou les individus vivant près de champs traités. De nouvelles questions surgiront sans doute dans les années à venir concernant les centaines de substances enregistrées en France depuis 1950. Une connaissance précise de chaque molécule ou situation apparaît donc nécessaire pour répondre aux questions de santé publique, proposer des mesures de prévention adaptées, orienter des solutions alternatives et proposer des mesures de reconnaissance en maladie professionnelle. La plupart des connaissances acquises au cours des dernières décennies sur les effets des pesticides proviennent d'études chez les agriculteurs, mais l'agriculture ne couvre pas toutes les situations d'exposition, ni toutes les molécules auxquelles la population peut être exposée.En France, le règlement «Labbé» limite aujourd'hui l'utilisation des pesticides de synthèse dans les zones non agricoles. Si l'utilisation de pesticides conventionnels a été pratiquement interdite en milieu urbain et pour les particuliers, elle reste utilisée par les professionnels dans de nombreux cas (par exemple, sur les terrains de sport, les infrastructures de transport, et par les horticulteurs et les ouvriers des pépinières). Enfin, les effets des expositions passées ne sont pas connus et des alternatives - telles que les dérivés du pyrèthre, d'autres biopesticides ou même des nanopesticides - doivent également être étudiés.
Notre principale hypothèse de recherche est que les pesticides - y compris les biopesticides - utilisés dans les espaces verts aujourd'hui et / ou dans le passé peuvent avoir un impact chronique sur la santé des travailleurs et de la population en général lié à leur composition et à leurs pratiques d'utilisation.
L'objectif principal d'EVISA est de fournir de nouvelles informations sur les expositions passées et présentes aux pesticides dans les espaces verts et leurs effets potentiels sur la santé, en s'appuyant sur des données réelles.
Multidisciplinaire, associant épidémiologie, expologie, chimie et ergonomie, EVISA comporte 3 axes:
1)identification des usages de pesticides. Il s'agira de construire une matrice tâche-exposition donnant la correspondance entre les différentes tâches réalisées par les travailleurs des espaces verts (désherbage, traitement des plantes ornementales…) et les substances qu'ils ont pu manipuler au cours de leur carrière.
2)caractérisation des expositions. Cet axe permettra, à l'aide d'études de terrain, de déterminer les niveaux d'exposition aux pesticides chez les travailleurs des espaces verts lors des traitements et les jours suivants en contact avec des plantes et des surfaces, et d'identifier les déterminants de ces niveaux.
3) analyse de la santé au sein de la cohorte AGRICAN. Il s'agira d'étudier l'association entre les paramètres d'exposition aux pesticides et la survenue de diverses maladies (cancer en général et certains sous-types: prostate, poumon, vessie, côlon-rectum, système nerveux central; maladies neurodégénératives: maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer; maladie respiratoire: asthme , bronchite chronique…) dans un sous-groupe de 6247 professionnels des espaces verts.
Les 3 équipes de recherche réunies composent un consortium multidisciplinaire qui dispose d'une expérience de travail en commun depuis plusieurs années.Le projet fournira de nouvelles données sur l'exposition et les effets sur la santé des pesticides en général et du glyphosate en particulier. Les résultats obtenus seront très utiles en termes de prévention en permettant de mieux comprendre les déterminants de l'exposition professionnelle.

Coordination du projet

Isabelle BALDI (Bordeaux Population Health Research Center)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

BPH Bordeaux Population Health Research Center
EPOC Environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux
ANTICIPE Unité de recherche interdisciplinaire pour la prévention et le traitement des cancers

Aide de l'ANR 477 055 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2021 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter