ORA - Open Research Area

Ambiances du (contre)terrorisme dans les Villes Européennes – ACT-EU (EST0110171)

Résumé de soumission

Le terrorisme est un phénomène profondément urbain. On peut le définir comme des actes de violence à motivation idéologique dirigés contre une large population, cherchant à produire un sentiment diffus de peur qui touche au-delà des victimes directes de ces actes. En comparaison à d'autres régions du monde, l'Europe connait un nombre absolu d'attentats terroristes relativement faible. Cependant, l’aménagement urbain des villes d'Europe se militarise de plus en plus, en réponse à des attaques récentes. Par exemple, les problèmes traditionnellement associés aux frontières des États (contrôle des frontières, surveillance de la mobilité, patrouilles de l'armée) font de plus en plus partie intégrante des discours et des infrastructures de la sécurité urbaine. Cette urbanisation en lien avec le terrorisme implique un changement substantiel dans la manière dont les terroristes opèrent, s'éloignant des attaques très médiatisées contre les espaces sécurisés pour s'attaquer à des "cibles faciles" (espaces quotidiens comme les marchés de Noël, surfaces commerciales, trottoirs, hôtels, restaurants ou cafés) qui sont difficiles, sinon impossibles, à sécuriser. La sécurité de ces cibles ne peut être assurée par une planification urbaine traditionnelle axée sur le renforcement des infrastructures, sans prendre le risque d’altérer aussi l'expérience de l'espace public. En d'autres termes, face au terrorisme, les espaces publics urbains subissent non seulement de profonds changements physiques et matériels, mais aussi des changements d'ambiance, c'est-à-dire dans leur qualité ressentie.
Ainsi, notre hypothèse est que la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans les villes ont des implications plus larges que le renforcement des infrastructures de sécurité, des opérations d'urgence, des perquisitions etc. Et ce projet cherche à examiner comment le contre-terrorisme est en train de changer l'expérience de la ville pour des millions d’habitants et d’usagers. La notion d’ambiance permet de comprendre les expériences urbaines ordinaires, individuelles et collectives, et ce projet se pose les questions suivantes : Que font les ambiances aux lieux et aux corps ? De quoi se composent-elles et quels sont leurs effets ? Quel sont leur pouvoir effectif pour agir et penser ?

Plus spécifiquement, cette recherche se demande :
Comment les menaces terroristes et les mesures de sécurité modifient-elles l’ambiance des espaces publics des villes européennes ?
De quelle manière, l’évolution des ambiances en lien avec lutte contre le terrorisme affecte les interactions sociales dans les espaces publics bondés des villes européennes ?
Comment les expériences de la lutte contre le terrorisme et de la sécurité diffèrent-elles en fonction des territoires et des publics ?
Comment rendre les ambiances opératoires, en tant que focale conceptuelle et outil pratique permettant d'améliorer l'expérience quotidienne de la sécurité et du contre-terrorisme en milieu urbain ?

Ce projet propose une comparaison internationale qualitative et quantitative à grande échelle, de la manière dont la lutte contre le terrorisme et la sécurité urbaine interagissent avec l’expérience quotidienne des villes en Europe. Une enquête par questionnaire, sur l’expérience quotidienne de la menace terroriste, et des réponses associées sera menée auprès d’habitants de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni. Elle sera complétée par des ethnographies sensibles et des enquêtes de terrain dans 5 villes (Berlin, Birmingham, Nice, Paris et Plymouth) ayant des histoires d’attaques, de niveau de menace et de réponses politiques ou aménagistes contrastées. Au-delà de contribuer aux connaissances empiriques et aux débats scientifiques contemporains de la géographie sociale et culturelle et de la géopolitique urbaine, le projet vise à fournir des informations essentielles pour l’action (auprès d’urbanistes, d’agences de sécurité et du grand public).

Coordinateur du projet

Monsieur Damien Masson (CENTRE DE RECHERCHE MOBILITE RESEAUX TERRITOIRE ENVIRONNEMENT - EA 4113)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INST AMENAGEMENT URBAIN REG IDF
University of Birmingham, School of Geography, Earth and Environmental Sciences
MRTE CENTRE DE RECHERCHE MOBILITE RESEAUX TERRITOIRE ENVIRONNEMENT - EA 4113
Friedrich Schiller Universität Jena. Institut für Geographie

Aide de l'ANR 294 440 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2020 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter