Conservation, Protection et usages - Conservation, Protection et usages

Protection et conservation du patrimoine aéronautique – PROCRAFT

PROCRAFT: Protection et Conservation du patrimoine aéronautique

Protection et Conservation du patrimoine aéronautique provenant de la seconde guerre mondiale<br />étude du patrimoine aéronautique sur toute la chaine opératoire de la découverte de l'épave à sa valorisation

étude du patrimoine aéronautique sur toute la chaine opératoire de la découverte de l'épave à sa valorisation

La Seconde Guerre mondiale est souvent considérée comme l'âge d'or de l'aviation militaire, mais cette guerre aérienne a laissé un grand nombre de vestiges sur le sol européen et dans la mer : cet engagement massif a causé des pertes humaines et matérielles considérables.<br /><br />Même si le patrimoine aéronautique de la Seconde Guerre mondiale a une valeur historique et émotionnelle indéniable pour les Européens, ce n'est que récemment que ces vestiges sont officiellement entrés dans le domaine de l'archéologie et de la conservation du patrimoine culturel. Leur présence dans les musées nationaux est limitée. Ils sont souvent pris en charge par de nombreux bénévoles et associations.<br /><br />La découverte d'une épave d'avion est un défi à plusieurs points de vue :<br />- sa composition et ses matériaux,<br />- son histoire,<br />- ses statuts juridiques,<br />- sa taille et son état.<br /><br />Après avoir été sollicité à plusieurs reprises pour la conservation d’épaves aéronautiques, le laboratoire Arc’Antique a initié un projet de recherche sur la conservation des alliages aluminium dès 2013 car les connaissances sur ce patrimoine culturel sont actuellement très limitées. Ce projet nécessite la collaboration d’autres experts nationaux et internationaux qui ont pu être rassemblés dans le cadre du projet européen JPI-CH « PROCRAFT ».<br /><br /><br />Les objectifs :<br />Ce projet relèvera les défis liés à la conservation d’épaves aéronautiques en reliant les multiples acteurs de la chaîne opérationnelle, de la fouille à l'exposition.<br /><br />Nos objectifs sont de créer des procédures et des solutions innovantes pour chaque étape clé de la conservation des avions : <br />- des techniques de conservation-restauration sur mesure, <br />- des revêtements innovants pour la protection extérieure respectant les exigences de la sauvegarde du patrimoine culturel,<br />- de nouvelles solutions pour la conservation préventive dans des environnements confinés ou semi-confinés,<br />- des lignes directrices pour la restauration et la conservation des alliages Aluminium pour les acteurs non professionnels. <br /><br />Les résultats attendus :<br />Les résultats de ce projet seront :<br />- d’améliorer et de partager les connaissances sur les avions de la Seconde Guerre mondiale<br />- de contribuer à sa préservation en se concentrant particulièrement sur la conservation des composants en alliage d'aluminium (Al),<br />- de promouvoir sa diffusion et sa présentation au public,<br />- de renforcer nos collaborations avec nos partenaires nationaux et internationaux.

Ce projet européen est coordonné par le laboratoire Arc’Antique. Des scientifiques et des partenaires associés (musées, associations, conservateurs, représentants de l'État, médiateurs), venus d'Italie, de République tchèque et de France et représentant tous les acteurs de cette chaîne du patrimoine, se rassembleront pour mettre en commun et bénéficier de leurs compétences et de leurs capacités communes sur les 4 années que durera le projet (voir Annexe 1 pour la liste des partenaires principaux et secondaires).

Les bénéficiaires de ce projet sont multiples :
- En premier lieu, les 5 principaux contributeurs du projet (Arc’Antique (GPLA, Nantes), le laboratoire du CEMES (CNRS, Toulouse), les Universités de Bologne (UNIBO) et de Ferrare (UNIFE) (Italie) et l’Université technique de Prague (CTU) (République tchèque), qui augmenteront leurs compétences et leur expertise sur la conservation de ce patrimoine culturel,
- En second lieu, les 19 contributeurs secondaires du projet (appelés partenaires associés dans le projet européen JPI-CH), qui rassemblent des structures d’état en charge de la gestion de ce patrimoine (DRAC, DRASSM), des musées et des associations conservant ce patrimoine, et des professionnels de la restauration-conservation,
- Et enfin, le grand public qui, de part une meilleure conservation de ces épaves, pourra avoir accès à ce patrimoine culturel.

Nos citoyens sont particulièrement intéressés par la période 1939-1945. Il y a plusieurs raisons à cela :
- le rôle des vestiges de guerre dans la (re)construction de la mémoire,
- le caractère familier, voire familial, de cette période historique, car chacun a dans sa généalogie des parents qui ont vécu ces «années noires«,
- l'impact local et mondial de la guerre sur l'identité individuelle et nationale.

La participation citoyenne est donc une composante essentielle de ce projet, en tant qu’acteurs et en tant que bénéficiaires.

Les associations locales ou nationales en charge de ce patrimoine aéronautique sont intégrées en tant que partenaires associés. EIles collaborent à la construction des problématiques de recherche et bénéficient des résultats apportés. Elles participeront à la diffusion des résultats publiés dans la lettre d’information annuelle auprès du grand public.

Les étudiants et les collégiens sont aussi intégrés au projet avec :
- au moins un séminaire pour les étudiants en archéologie mis en place,
- un projet EAC à destination des collégiens en collaboration avec les associations locales
- la création d’une exposition itinérante sous forme de panneaux sur les épaves d'avions de la Seconde Guerre mondiale en plusieurs langues (anglais, français, italien et tchèque) à réutiliser par toutes les parties prenantes.

La Seconde Guerre mondiale est souvent considérée comme l'âge d'or de l'aviation militaire, mais cette épopée aérienne a causé des pertes humaines et matérielles considérables en laissant un grand nombre d'épaves sur le sol européen et dans la mer.

Même si le patrimoine aéronautique de la Seconde Guerre mondiale a une valeur historique et émotionnelle indéniable pour les européens, ce n'est que récemment que ces vestiges sont officiellement entrés dans le domaine de l'archéologie et de la conservation du patrimoine culturel. Ils sont majoritairement pris en charge par les associations et les bénévoles, et leur présence dans les musées nationaux est limitée.

Cependant, la découverte d'une épave d'avion est un défi à plusieurs points de vue :
-sa taille,
- sa composition (multi-matériaux),
- son histoire,
- ses statuts juridiques,
- son état et sa conservation.

PROCRAFT relèvera ces défis en reliant les multiples acteurs de la chaîne opérationnelle, de la découverte de l'épave à l'exposition. Des scientifiques et des partenaires associés (musées, associations, conservateurs, représentants de l’État, médiateurs) d'Italie, de République tchèque et de France, mettront en commun leur expertise et leurs compétences.

Notre objectif est de créer des procédures et des solutions novatrices pour chaque étape clé de la conservation de ces avions :
- des techniques de conservation-restauration adaptées au patrimoine aéronautique archéologique,
- des revêtements novateurs pour la protection extérieure dans le respect des exigences de la préservation du patrimoine culturel,
- des solutions innovantes pour la conservation préventive en milieu confiné ou semi confiné,
- des lignes directrices pour la restauration et la conservation des alliages d'aluminium pour les acteurs non professionnels.

Les résultats de ce projet permettront :
- d'améliorer et partager les connaissances sur la conservation des avions de la Seconde Guerre mondiale, en mettant particulièrement l'accent sur la conservation des composants en alliage d'aluminium (Al),
- de contribuer à la préservation de ce patrimoine,
- de promouvoir sa diffusion et sa présentation au public.

Coordination du projet

Elodie Guilminot (Grand Patrimoine de Loire- Atlantique - Arc'Antique)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CEMES CENTRE D'ELABORATION DE MATERIAUX ET D'ETUDES STRUCTURALES
UNIFE Università degli Studi di Ferrara
UNIBO Università di Bologna
GPLA-Arc'Antique Grand Patrimoine de Loire- Atlantique - Arc'Antique
CTU CESKE VYSOKE UCENI TECHNICKE V PRAZE

Aide de l'ANR 258 445 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2020 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter