COVID-19 - Coronavirus disease 2019

Impact de l'épidémie COVID-19 et du confinement sur la santé mentale et les conduites addictives en population générale – une étude nichée au sein de la cohrote TEMPO. – TEMPO-COVID-19

Résumé de soumission

Une épidemie de maladie infectieuse, telle que celle causée par le virus Covid-19, peut être une source de morbidité et mortalité, mais aussi de perturbations considérables dans la vie des personnes, causant des dommages psychologiques, sociaux et économiques. En termes de santé mentale, les recherches basées sur des épidémies récentes (ex. SRAS, Ebola), ont montré que les niveaux d'anxiété, dépression et psychotraumatisme chez les personnes touchées étaient élevées à court et moyen termes. Il semble également que le risque d'abus d'alcool soit augmenté dans les mois qui suivent l'épidémie. Mais les recherches passées sur les conséquences psychologiques d'épidémies ont porté sur des maladies qui se sont concentrées dans certaines aires géographiques, et lorsque des mesures de quarantaine/confinement ont été appliquées, elles ont concerné des groupes spécifiques (ex. des personnes qui ont développé la maladie, des soignants en contact avec des cas) et ont duré la plupart du temps au maximum 3 semaines. De plus, la plupart des études ont été transversales ou qualitatives, et le rôle de problèmes psychologiques ou de conduites addictives préexistants n'a pas été pleinement exploré. Dans le cas de l'épidémie à Covid-19, les populations de plusieurs pays dont la France ont été confinées de manière préventive alors que le nombre de cas de la maladie au sein de la population était faible et ce pour une durée qui est encore indéterminée. Dans ces circonstances, l'impact de l'épidémie et du confinement, qui durera probablement plusieurs semaines, sur la santé mentale et les conduites addictives des personnes est incertain. En particulier, alors que les recherches passées suggèrent que les jeunes adultes pourraient être particulièrement vulnérables aux effets psychologiques du confinement, le rôle de la composition familiale et de la présence de jeunes enfants au foyer ne sont pas connus. Le projet TEMPO-COVID-19 vise à étudier les conséquences de l'épidémie à Covid-19 et du confinement de la population sur la santé mentale et les conduites addictives (tabac, alcool, cannabis et autres drogues illégales), en prenant en compte les changements en termes de situation professionnelle et financière des personnes, ainsi que des difficultés de santé mentale ou en matière d'addiction préexistantes. A partir du 23 mars 2020, les participants de la cohorte TEMPO, une étude qui a démarré en 2009 parmi des personnes qui avaient précédemment participé à un étude sur leur santé mentale lorsqu'elles avaient entre 4 et 16 ans, seront invitées à compléter un questionnaire hebdomadaire sur leurs conditions de vie, santé mentale et conduites addictives pendant la durée du confinement, puis environ un an plus tard. Ce questionnaire sera comparable à ceux utilisés dans d'autres pays européens, et dans l'étude au sein de multiples cohortes épidémiologiques en France, mais qui ne sera pas hebdomadaire. Les avantages de la cohorte TEMPO sont: a) la santé mentale et les conduites addictives des participants ont été mesurés de manière répétée depuis 10 ans; b) 1200 participants ont fourni leur email et ont précédemment répondu à des questionnaires en-ligne, rendant un contact rapide possible; c) les participants vivent dans toute la France et ont entre 26 et 45 ans, c'est à dire un âge de forte prévalence des difficultés psychologiques et des conduites addictives, où les responsabilités familiales et professionnelles sont importantes et où la vulnérabilité aux effets psychologiques du confinement pourrait être élevée. Les résultats permettront d'éclairer les effets spécifiques de l'épidémie à COVID-19 et du confinement sur la santé mentale et les conduites addictives, aidant à identifier des sous-groupes qui pourraient être particulièrement vulnérable dans ce domaine.

Coordination du projet

Maria Melchior (Institut Pierre Louis d'Epidémiologie et de Santé Publique)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IPLESP Institut Pierre Louis d'Epidémiologie et de Santé Publique

Aide de l'ANR 37 422 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2020 - 18 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter