CE34 - Contaminants, écosystèmes et santé

Perturbation endocrinienne des molécules migrant des contenants alimentaires – les solutions de substitution sont-elles sans danger ? – PoLySafe

Résumé de soumission

La loi EGAliM adoptée en novembre 2018 interdira dès 2025 l’usage de contenants plastiques en restauration collective accueillant des enfants. La réutilisation des contenants en acier inoxydable et en verre utilisés historiquement est remise en cause pour des questions logistiques. Par conséquence, de nombreuses communes ont orienté leurs choix vers des contenants en bioplastique à base de cellulose, légers et jetables. Alors que des normes de migration existent et permettent de vérifier la conformité de la quantité du polymère composant les contenants alimentaires et passant vers son contenu, aucune norme n’oblige à l’évaluation des effets biologiques des molécules composant les barquettes. Ceci est d’autant plus vrai pour les composés néoformés (NIAS) lors des processus de réchauffage des aliments. Leurs effets biologiques, incluant la perturbation hormonale ont occasionnellement été évalués sur des modèles cellulaires, mais uniquement pour leurs propriétés oestrogéno-mimétiques, et seulement à partir de fragments de barquettes dissouts. De plus, cette question n'a jamais été abordée in vivo, ni pour les autres points d'impact potentiels des perturbateurs endocriniens. PoLySafe a pour objet de répondre à la question de l’inertie supposée des contenants alimentaires de substitution en mettant en œuvre une stratégie globale, appliquée et innovante, permettant d’orienter les meilleurs choix futurs. Pour ce faire, des contenants alimentaires en polypropylène, cellulose, acier inoxydable et en verre seront mis en présence de deux types de simulants (acide / lipidique) avec un temps et de contact déterminé et à une température représentative des conditions réelles d'utilisation.
Nous évaluerons l’impact des extraits des produits de migration sur l’activité des récepteurs nucléaires humains, sur le métabolisme hépatique (modèle humain; approche par analyse métabolomique globale et modélisation bio-informatique: biologie des systèmes) ainsi que sur la perturbation des axes oestrogénique, androgénique et thyroïdiens, à l’aide de modèles compatibles avec la règle des 3R (Réduire, Remplacer, Raffiner). Ce projet transdisciplinaire a la particularité de réunir cinq partenaires français aux expertises complémentaires, analystes et spécialistes de la thématique des perturbateurs endocriniens et métaboliques. Le LNE assurera la réalisation des extraits et l’identification des molécules présentes, susceptibles de migrer vers l'aliment. L’INSERM utilisera des modèles in vitro pour évaluer les effets, au niveau transcriptionnel, de ces extraits. INRAE étudiera les effets métaboliques à l’aide de la lignée cellulaire HepaRG in vitro, identifiée comme un excellent modèle humain pour les études toxicologiques (Tox21 USA, OCDE, UE H2020 Goliath). Enfin le CNRS et le laboratoire WatchFrog utiliseront des tests sur larves aquatiques, validés ou en cours de validation par l’OCDE. Ainsi, PoLySafe fournira les informations essentielles requises par les régulateurs en un seul projet.
L'objectif de PoLySafe est de générer de manière pragmatique et impartiale les éléments factuels permettant la prise de décision par rapport à une question de santé publique urgente et essentielle (données d’activité biologique et d'impact sur quatre axes endocriniens majeurs des contenants alimentaires). Dans PoLySafe, l'identification des produits chimiques migrants, leur fractionnement et le raffinement des substances actives sont indépendants des travaux sur l'activité des extraits. Cette complémentarité minimise grandement le risque d’échec, et permettra de développer de nouvelles stratégies pour tester les récipients alimentaires nouvellement formulés. Les résultats de ce projet ont pour vocation de contribuer à l'émergence de normes optimisées préalables à la commercialisation. Nous prévoyons également un fort impact médiatique des résultats générés au cours du projet, répondant ainsi à un questionnement légitime du public.

Coordinateur du projet

Monsieur Jean-Baptiste FINI (Physiologie Moléculaire et Adaptation)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PhyMA Physiologie Moléculaire et Adaptation
INRAE TOXALIM - MEX Institut National de recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement
IRCM Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier
LNE LABO NAT DE METROLOGIE ET ESSAIS
WATCHFROG

Aide de l'ANR 423 705 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2020 - 42 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter