CE27 - Culture, créations, patrimoine

Réinterpréter les interactions Chupicuaro - Cuicuilco à la lumière des technologies céramiques (période préclassique, Mésoamérique). – CHUPICERAM

Résumé de soumission

Ce projet s’intéresse aux interactions entre deux aires culturelles qui ont joué un rôle prépondérant dans certains processus sociopolitiques des Hautes Terres mésoaméricaines: l’Ouest mexicain et le bassin de Mexico.
L’étude des relations sociales inter-régionales est un sujet abondamment exploré par l’archéologie mésoaméricaine qui s'appuie traditionnellement sur les similitudes entre les productions matérielles concernées, en particulier la poterie. Depuis la mise en évidence dans le bassin de Mexico d’un Tertium Quid associé à une tradition céramique originaire de l’Ouest, au cours du Préclassique ancien (1000 - 800 av.J.-C), ce thème fait l’objet de débats récurrents. En effet, pour cette période,la nature des liens entre les deux régions reste mal comprise car les interprétations se fondent sur des correspondances stylistiques. C’est pourquoi le projet CHUPICERAM propose de combler cette lacune en exploitant de façon exhaustive le potentiel informatif du matériau céramique dans une perspective comparative. Le projet s’intéresse à la période préclassique moyenne et récente (600 av.J.-C. - 250 apr. J.-C.) au cours de laquelle se sont développés deux foyers culturels: Chupicuaro dans la vallée du Lerma (Guanajuato) et Cuicuilco dans le bassin de Mexico.Les analogies stylistiques mises en évidence au cours du XXème siècle ont été à l'origine d'hypothèses variées, mettant en scène des mouvements de population, des interactions d’ordre commercial ou des influences de nature politique et idéologique. Ces propositions prêtent souvent à Chupicuaro un rôle moteur, en tant que possible région d’émigration ou comme pôle de manufacture potière qui aurait distribué ses produits sur de longues distances. Pour préciser la nature et l’intensité de ces relations, CHUPICERAM étudiera les processus de fabrication de la céramique, depuis les stratégies d’acquisition des matières premières jusqu’aux produits finis. Le projet propose de caractériser les traditions techniques propres à chaque région, de comprendre les variations dans le temps, d’établir et d’interroger les liens entre les différents assemblages céramiques et, enfin, de discuter la question des relations inter-régionales en termes de proximité économique, sociale et culturelle.
L’une des forces de CHUPICERAM est sa volonté d’appliquer une approche comparative méthodique en analysant un échantillon important et représentatif, et en intégrant à la fois des données archéologiques récentes sur Chupicuaro, et des collections muséales constituées à l’issue de fouilles réalisées dans la première moitié du XXème siècle, sur le site éponyme de Chupicuaro et dans le bassin de Mexico. C’est la première fois que ces différentes collections seront étudiées selon un protocole d’analyse commun, qui mobilise une palette d'outils complémentaires et adaptés à la nature des objets étudiés, tessons ou pièces complètes : études techno-stylistiques s’appuyant sur le concept de chaîne opératoire, identifications pétrographiques et minéralogiques, et analyses structurales comprenant des techniques de pointe non-invasives comme l’imagerie hyperspectrale, l’imagerie 3D, la spectrométrie de fluorescence X, ou encore les spectroscopies Raman et infrarouge. Nous considérons que seul le croisement de toutes ces approches permettra de dépasser les limites induites par les analogies stylistiques.
Le projet regroupe des archéologues, des conservateurs de musée, des géologues et des spécialistes en physique appliquée et chimie analytique, originaires de différentes institutions mexicaines ou françaises. Ces chercheurs travailleront sur les mêmes échantillons pour répondre aux mêmes questions. En réunissant l’expertise française et mexicaine, CHUPICERAM releve le défi de remettre au premier plan deux cultures encore mal connues mais réputées pour avoir été parmi les plus singulières et créatives des traditions préclassiques mésoaméricaines.

Coordinateur du projet

Madame Véronique DARRAS (Archéologie des Ameriques)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ARCHAM Archéologie des Ameriques
IRAMAT INSTITUT DE RECHERCHE SUR LES ARCHEOMATERIAUX
CEMCA Centro de Estudios Mexicanos y CentroAmericanos

Aide de l'ANR 281 498 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter