CE26 - Innovation, travail

Les promesses de la séquestration du carbone dans le sol: innovations, organisations, savoirs – POSCA

Résumé de soumission

Depuis la COP21 en 2015, l’Accord de Paris affirme l'importance des puits de carbone, dont les sols, pour équilibrer les émissions de gaz à effet de serre avec les capacités de séquestration des puits. Longtemps considéré essentiellement en termes de fertilité agricole, le sol est désormais vu de manière croissante comme un stock global de carbone souterrain à mesurer, cartographier, modéliser, gérer et optimiser. POSCA étudie la manière dont la promotion du sol comme puits de carbone dans les politiques climatiques reconfigure la façon dont on connaît et gère les sols. Cette évolution interroge en effet les sciences des sols qui, d’une entreprise de connaissance naturaliste et descriptive, sont interpellées dans de nouveaux rôles de conseil et d’expertise pour le développement de projets et de méthodes de Séquestration du Carbone dans les Sols (SCS). Elle sont en même temps confrontées à de nouvelles incertitudes et tensions concernant la mesure et la stabilité du carbone dans les sols. POSCA vise à rendre compte de l’évolution en cours des agendas, des pratiques et des organisations des sciences des sols, définies comme la communauté de chercheurs, techniciens et experts académiques et non académiques travaillant sur les sols dans une variété d’organisations scientifiques, agricoles, forestières et territoriales.
En s’appuyant sur une équipe pluridisciplinaire constituée de 4 sociologues et 2 chercheurs en sciences des sols, POSCA développera une enquête sociologique portant sur la reconfiguration des manières de connaître le sol, en explorant les diverses visions du type de connaissance des sols qu’il importe de produire ainsi que les infrastructures socio-matérielles qui les actualisent. L’enquête portera, en France et dans le contexte international, sur : la recherche sur le carbone des sols (infrastructures de modélisation et monitoring) (WP1) ; la régulation du carbone des sols (initiatives publiques et privées de production de méthodes et métriques standardisées) (WP2) ; la gestion du carbone des sols (programmes locaux de SCS) (WP3). WP4 est dédié à la coordination du projet. L’hypothèse clef du projet est que les manières de connaître et gérer les sols sont reconfigurées à 3 niveaux :
(1) Au niveau épistémologique : d’une recherche de terrain retraçant la formation des sols, à une recherche informatisée et prédictive intégrée aux sciences de modélisation du système Terre ;
(2) Au niveau politique : d’un champ académique orienté vers la classification, à une science de régulation fournissant aux décideurs des méthodes standardisées de suivi et de mesure du carbone des sols.
(3) Au niveau économique: d’un appui au développement agricole et forestier, à la mise en oeuvre des programmes et des marchés de la comptabilité du carbone des sols.
Les sciences sociales s’étant très peu intéressées au sol et aux rapports sol/ société jusqu’ici, POSCA a un potentiel d’innovation scientifique important. Ses résultats contribueront :
(i) aux Sciences and Technology Studies (STS) en éclairant l’évolution actuelle des sciences des sols, une discipline largement négligée en STS ;
(ii) à la Sociologie des Politiques Climatiques, en rendant compte du développement d’organisations et initiatives de gestion du carbone des sols à l’interface entre science, politique et marché ;
(iii) à la Sociologie de la Comptabilité Carbone, en analysant l’expansion des instruments de comptabilité carbone en direction des sols et leurs effets sur les filières agricoles et forestières;
(iv) aux Sciences des Sols, en explorant l’évolution des représentations sociales du sol.
En dépit de son importance écologique et sociale majeure, le sol reste largement considéré comme une surface inerte dont l’existence est acquise. Dans un contexte urgent de dégradation des sols et de changement climatique accélérés, POSCA contribuera à une meilleure reconnaissance sociale et politique de la complexité et de la vulnérabilité des sols et de leur rôle climatique.

Coordinateur du projet

Madame Céline Granjou (LABORATOIRE DES ECOSYSTEMES ET DES SOCIETES EN MONTAGNE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LESSEM LABORATOIRE DES ECOSYSTEMES ET DES SOCIETES EN MONTAGNE
LISIS Laboratoire Interdisciplinaire Sciences, Innovations, Sociétés
EFNO ECOSYSTEMES FORESTIERS
LECA LABORATOIRE D'ECOLOGIE ALPINE
CAK Centre Alexandre Koyre
AGIR AGroécologie, Innovations, teRritoires

Aide de l'ANR 463 530 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2021 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter