CE26 - Innovation, travail

Le travail scientifique à l’épreuve du Post-Publication Peer Review. Evaluation de la recherche et Intégrité scientifique – SKEPTISCIENCE

Résumé de soumission

SKEPTISCIENCE étudie l'impact des innovations technologiques sur le travail scientifique et son évaluation. Ce projet propose un travail d'enquête consacré aux plateformes de discussion en ligne (PubPeer, PubMed Commons, F1000Research, etc.) créées dans les années 2010 et qui promeuvent une nouvelle façon d'évaluer les pratiques et les organisations professionnelles scientifiques, à savoir le Post-Publication Peer Review (PPPR). Le PPPR se développe dans le cadre d'un mouvement plus large de transformation du contrôle par les pairs. Bien que ce mécanisme d'évaluation et de certification soit toujours considéré comme central en science pour évaluer la qualité de la littérature scientifique, de multiples études ont souligné ses limites : il est lent, potentiellement biaisé et souvent incohérent. Une part importante de la visibilité publique du PPPR tient à sa capacité à alerter la communauté scientifique, et plus largement le grand public, sur d'éventuelles erreurs mais aussi sur des inconduites scientifiques. SKEPTISCIENCE est innovant car il aborde d'un point de vue scientifique et multidisciplinaire un sujet qui demeure remarquablement sous-étudié. Malgré les divers appels à faire des transformations du contrôle par les pairs un sujet d'enquête, il n'existe pas d'études empiriques majeures sur le PPPR et les quelques études existantes se limitent à des questions ou des domaines de recherche limités. Ce projet a trois objectifs principaux. Le premier objectif est de construire la carte globale du PPPR. Quel est le paysage technologique et scientifique contemporain du PPPR ? Quelles sont ses propriétés et ses modalités générales ? À quelle échelle le PPPR est-il pratiqué et quelle est sa dynamique dominante ? Le deuxième objectif de SKEPTISCIENCE est d'établir les conséquences du PPPR pour les pratiques, les trajectoires et les organisations professionnelles des chercheurs et des éditeurs. Le PPPR produit-il de nouvelles lignes de démarcation entre ce qui est considéré comme une bonne ou une mauvaise publication, mais plus largement ce qui est considéré comme une bonne ou une mauvaise pratique de recherche? Le troisième objectif principal de SKEPTISCIENCE est d'analyser la variété des utilisateurs et des parties prenantes impliqués dans la dynamique du PPPR considérée comme une innovation non institutionnelle controversée. Le PPPR est souvent décrit comme coïncidant avec l'émergence d'une nouvelle génération de "watchdogs" de la science. Pourquoi les chercheurs investissent-ils leur temps et leur énergie dans ces plateformes de discussion en ligne ? Peut-on affirmer que le PPPR coïncide avec l'émergence de nouveaux rôles scientifiques ? Basé sur la collecte et le traitement de données tant quantitatives que qualitatives, SKEPTISCIENCE nécessite de fortes interactions avec des experts issus de disciplines multiples, notamment la sociologie, l'analyse des systèmes complexes et des réseaux sociaux, la biologie, la médecine, la physique, les entrepreneurs du PPPR acceptant d'agir en tant que consultants, et plus largement encore tout chercheur impliqué dans l'un des quatre domaines de recherche sélectionnés.

Coordinateur du projet

Monsieur Michel Dubois (Groupe d'étude des méthodes de l'analyse sociologique de la Sorbonne)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CED CENTRE ÉMILE-DURKHEIM - SCIENCE POLITIQUE ET SOCIOLOGIE COMPARATIVES
EpiDaPo Epigenetics, Data, Politics
GEMASS Groupe d'étude des méthodes de l'analyse sociologique de la Sorbonne

Aide de l'ANR 273 533 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2020 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter