CE17 - Recherche translationnelle en santé

TEP-IRM TAU DANS LES FORMES VARIANTES DE LA PARALYSIE SUPRANUCLEAIRE PROGRESSIVE – PSP-TAU

Résumé de soumission

La paralysie supranucléaire progressive (PSP) peut avoir plusieurs présentations atypiques parfois difficiles à différencier cliniquement de la maladie de Parkinson (MP), en particulier au stade précoce de la maladie. Nous proposons d'améliorer le diagnostic différentiel entre la forme parkinsonienne de la paralysie supranucléaire progressive (PSP-P), une tauopathie, et la forme axiale de la MP, une synucléinopathie, en utilisant le TEP-tau avec le ligand 18F-AV-1451. Nous faisons l'hypothèse que les patients PSP-P auront une charge et une topographie lésionnelle tau spécifiques différentes de celles des patients MP et PSP - syndrome de Richardson (PSP-SR). Nous supposons que la charge lésionnelle mesurée par TEP-tau sera corrélée avec les modifications anatomiques et fonctionnelles observées en IRM multimodale.
Nous comparerons la distribution des dépôts de protéine tau chez les patients présentant une forme probable de PSP-SR, PSP-P et MP en utilisant l'imagerie TEP-tau, avec le ligand 18F-AV-1451. Chez les patients PSP-SR, nous nous attendons à observer des profils spécifiques de fixation du 18F-AV-1451 dans les noyaux gris centraux et le mésencéphale correspondant à ceux trouvés dans les études neuropathologiques. Chez les patients PSP-P, nous nous attendons à trouver un profil avec une absorption plus focale au niveau des noyaux gris centraux.
Nous déterminerons si ce nouveau traceur permet de différencier la PSP-SR et la PSP-P de la MP et des volontaires sains. Nous attendons que les patterns de fixation des patients atteints de PSP (RS et P) soient différents de ceux de la MP, qui est une synucléinopathie et non une tauopathie, bien que certaines fixations aspécifiques aient été rapportées.
Nous déterminerons également si le TEP-tau peut améliorer le diagnostic précoce des variantes de la PSP, en les différenciant de la MP. Nous analyserons le profil de fixation du radioligand chez les patients avec un diagnostic incertain à un stade précoce de la maladie mais avec une confirmation par le suivi clinique, par rapport au profil des groupes précédemment établis pour déterminer si le pattern de fixation correspond à celui de la PSP-P ou de la MP.
Nous étudierons par IRM les modifications morphologiques, microstructurales et fonctionnelles associées aux dépôts du protéine tau, car le lien entre les dépôts tau et les changements neuronaux sous-jacents est mal connu. En utilisant les acquisitions simultanées TEP et IRM, nous chercherons une relation entre les dépôts de protéine tau observés en TEP et les changements morphologiques, structurels et de la connectivité fonctionnelle à la fois dans la PSP-SR et la PSP-P.
Enfin, nous analyserons dans PSP la relation entre les changements multimodaux TEP-IRM et les variables cliniques.
Nous inclurons 100 sujets dont 15 PSP-SR, 15 PSP-P, 15 PD et 15 HC ainsi que 40 sujets à diagnostic incertain entre PSP-P et PD recrutés à la clinique de mouvements anormaux. Les patients dont le diagnostic est incertain au départ auront un suivi clinique à 2 ans.
Les acquisitions seront effectuées sur une TEP-IRM 3 Tesla. La distribution topographique et l’intensité de fixation TEP-tau, les changements morphologiques, de diffusion et d'IRM fonctionnelle seront analysés.
Nous espérons démontrer l'intérêt de TEP-tau pour le diagnostic différentiel des variantes de PSP et améliorer le diagnostic précoce de la PSP-P. Une meilleure connaissance de la répartition topographique des lésions et de la correspondance entre ces lésions et les conséquences cérébrales peut être utile pour optimiser le développement thérapeutique spécifique à cette maladie, en particulier dans le cas des patients PSP-P qui ont une survie plus longue que la PSP-SR et pourraient être de bons candidats pour les traitements neuroprotecteurs. Disposer d’un biomarqueur physiopathologique pertinent des formes atypiques de la PSP permettra une sélection plus efficace des patients à inclure dans les essais thérapeutiques.

Coordination du projet

Nadya Pyatigorskaya (INSTITUT DU CERVEAU ET DE LA MOELLE EPINIERE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ICM INSTITUT DU CERVEAU ET DE LA MOELLE EPINIERE

Aide de l'ANR 390 402 euros
Début et durée du projet scientifique : mai 2021 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter