CE17 - Recherche translationnelle en santé

Marqueurs d’imagerie spectroscopique par résonance magnétique de la génomique du gliome – GLIOMRS

Résumé de soumission

En France, environ 5000 nouvelles personnes atteintes d'une tumeur cérébrale maligne primaire sont diagnostiquées chaque année. Les tumeurs primaires les plus courantes sont les gliomes, provenant des cellules gliales (astrocytomes et oligodendrogliomes). Les gliomes de bas grade sont peu agressifs, mais ils évoluent souvent vers une forme plus maligne.
Les mutations dans les gènes codant de l’isocitrate déshydrogénase (IDH) affectent 80% des gliomes de bas grade et des glioblastomes secondaires et elles sont associée à une meilleure issue pour le patient. Ces mutations sont caractérisées par un métabolisme spécifique provoquant l’accumulation du D-2-hydroxyglutarate (2HG) dans la tumeur. Le 2HG peut être détecté in vivo par la spectroscopie par résonance magnétique (SRM) et il est reconnu comme un biomarqueur non-invasif unique de gliomes mutés par IDH. La détection non-invasive des mutations IDH par la SRM de 2HG représente une étape cruciale pour la prise de décision et les soins aux patients. Malgré son utilité clinique, la détection du 2HG ne fait toujours pas partie de la routine clinique en raison de défis techniques et du fait que les techniques avancées de MRS pour la quantification du 2HG ne sont disponibles que dans quelques centres de recherche dans le monde.
Un sous-ensemble de tumeurs mutées par IDH présente également la codélétion des bras chromosomiques 1p et 19q (codélétion 1p/19q). La codélétion 1p/19q est liée au sous-type histologique oligodendroglial et elle est également associée à une meilleure issue pour le patient. Cependant, les effets biologiques de cette altération génétique sont encore flous et il n’existe pas de marqueurs in vivo. Récemment, nous avons détecté pour la première fois in vivo la molécule de cystathionine dans les gliomes cérébraux humains en utilisant la SMR et nous avons exploré l'association entre l'accumulation de cystathionine et la codeletion 1p/19q dans les gliomes. Nous avons émis l'hypothèse que la surproduction de cystathionine est liée à une suppression partielle du chromosome 1p et que la cystathionine pourrait être un marqueur de l'activité antioxydante des cellules cancéreuses.
Dans ce projet, nous combinerons des techniques de pointe d'IRM et de SMR pour la caractérisation métabolique et microstructurale des tumeurs cérébrales dans le but de fournir de nouveaux biomarqueurs non-invasifs fiables de sous-types génétiques tumoraux.
Ces méthodes nous permettront d'identifier la mutation IDH de faisons non-invasive et, potentiellement, la codélétion 1p/19q. Nous étudierons aussi l'utilité du 2HG, de la cystathionine et des marqueurs microstructuraux d’IRM pour surveiller la réponse tumorale aux traitements anticancéreux et la progression tumorale.
Les résultats de ce projet pourraient ouvrir de nouvelles voies pour une meilleure compréhension des mécanismes physiopathologiques de l'oncogenèse et la conception de nouveaux traitements pour les gliomes. Les méthodes avancées d'IRM et SMR seront traduites en milieu clinique et seront bientôt exploitables pour le diagnostic, le pronostic et la planification de thérapies personnalisées en clinique.

Coordination du projet

Francesca Branzoli (Institut du cerveau et de la moelle epiniere)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ICM Institut du cerveau et de la moelle epiniere

Aide de l'ANR 325 593 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2021 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter