CE39 - Sécurité Globale, Cybersécurité

Un marché à risques ? L’émergence de la maintenance militaire prédictive en France – PREDICT-OP

Predict Op

Predict Op étudie dans une double perspective de sociologie économique et de sociologie des organisations l’émergence de marchés de données numériques dans le domaine militaire. Cela concerne à la fois la maintenance prédictive des équipements, le « soldat du futur » et la construction d’une infrastructure capable de supporter la transmission de données massives (data center, etc.).

Les marchés de la donnée numérique: dynamiques marchandes et souveraineté numérique

D'un point de vue théorique, l'étude des marchés de la donnée présente des enjeux scientifiques particulièrement importants. Considérant que l’organisation des espaces marchands renvoie toujours à un processus de définition et de mise en œuvre de règles par l’État (Weber, 1971 ; Fligstein, 1990 ; Fligstein, 1996 ; Dobbin et Dowd, 1997 ; François, 2008), Predict Op s’intéresse au rôle des acteurs industriels dans ces processus. En d’autres termes, il pose la question de la capture de l’intérêt public par des acteurs privés et cherche à saisir dans quelle mesure la mise sur l’agenda politique des questions de souveraineté numérique modifie les équilibres institués dans le passé sur les marchés français de la défense. Méthodologiquement, la capture est considérée dans ce projet comme une question empirique, nécessitant une approche pragmatique d’analyse (James, 2007; Dodier, 1993). En effet, plutôt que de rabattre l’explication sur des déterminants structurels, nous prenons au sérieux dans ce projet la manière dont les différents acteurs définissent eux-mêmes la situation et tentent d’ajuster leurs calculs en fonction des activités des autres acteurs.

Attentif au « grain du présent » (Dodier, 1993), le programme de recherche propose de saisir méthodologiquement la multitude de possibilités qui s’offrent aux acteurs à un moment donné, ainsi que les nombreuses incertitudes qui entourent les relations marchandes (Surubaru, 2014). Conjointement, cette démarche empirique permet aussi de mieux comprendre la manière dont les acteurs établissent des liens entre les expériences du passé (qu’elles soient individuelles ou collectives) et le présent, de part l’attention systématique qu’elle portera aux objets qui rendent possible la coordination (traces écrites du passé, artefacts technologiques, etc.) (Dodier, 1993). Trois types de méthodes de collecte des données sont articulées: l'observation in situ, l'entretien et l'analyse de réseaux de relations personnelles.

Les résultats scientifiques attendus contribueront à décrire sociologiquement les incertitudes des marchés de la donnée numérique en France.

Ce programme permettra d'identifier les principaux risques militaires associés aux incertitudes marchandes.

Victor Afonso Marques,«Faire avec« : les industriels des câbles sous-marins à l'épreuve des GAFAM«, École thématique doctorale de l'IFRIS 2021 'In/Visibilités – Institution, destitution et restitution dans les sciences et les technologies', Avignon, 6-10 septembre 2021.

Victor Afonso Marques, « 20 000 lieux sous les mers. L’industrie des câbles sous-marins de télécommunications en prise avec les GAFAM », 9e Congrès de l’Association française de sociologie, réseau thématique « Sociologie économique », table ronde « Innovation », Lille, en ligne, juillet 2021


Antoine Milot et Alina Surubaru, « Faire face à l’avenir. Le cas du projet SCAF », 9e Congrès de l’Association française de sociologie, réseau thématique « Sociologie militaire », Lille, conférence en ligne, juillet 2021.

Victor Afonso Marques, « La ‘souveraineté numérique’ : analyse d’une controverse », Journée d’études doctorales du CEE ‘Gouverner le capitalisme’, Panel 3 – Régulations, secteurs et politique de l’économie réelle, CEE, Sciences Po, Paris (visioconférence), décembre 2020

Ce programme de recherche a pour principal objectif de décrire l’impact du développement de la maintenance prédictive militaire sur les relations État-industrie, dans une approche attentive à la pluralité des processus à l’œuvre. D’un point de vue théorique, il s’inscrit au croisement de la sociologie économique, la sociologie des organisations et la sociologie des réseaux. Partant de l’idée que la création d’un nouveau marché s’accompagne toujours d’une multiplicité de formes d’incertitude, il avance trois séries d’hypothèses. Tout d’abord, il suppose que le rôle des pouvoirs publics est déterminant dans la stabilisation d’une offre de services de maintenance prédictive. A travers son plan de transformation numérique annoncée en 2018, mais aussi de par ses pratiques de sélection des fournisseurs, le Ministère français des Armées contribue de manière directe à tracer les frontières futures du marché. Pour mieux comprendre les nouvelles règles du jeu, nous supposons que les entreprises de la défense essayeront de mobiliser en priorité leurs ressources relationnelles. La deuxième hypothèse que nous avançons dans le cadre de ce projet concerne les relations de pouvoir entre les acteurs industriels. Le déploiement accéléré des nouvelles technologies ouvre la possibilité d’une transformation de la concurrence dans le secteur de la maintenance des équipements militaires. Pour faire face aux pressions des challengers (les entreprises voulant entrer sur le marché, notamment des start up ou des grands groupes de services informatiques), nous supposons que les insiders s’appuieront de façon privilégiée sur "l’arme du droit". En effet, leur longue expérience des négociations contractuelles avec l’État constitue une ressource organisationnelle importante, qui leur permet de mieux anticiper les nouveaux enjeux liés à la propriété, l’échange et à l’analyse des données numériques des équipements militaires. Enfin, notre troisième hypothèse porte sur les effets de la circulation internationale des modèles de maintenance industrielle. Alors que nous nous attendons à ce que les insiders renforcent à court terme leur position sur le marché grâce au développement d’une offre de maintenance prédictive, nous supposons que leurs activités connaîtront néanmoins une réorganisation importante, notamment à la suite de l’institutionnalisation à l’échelle mondiale de certaines solutions technologiques (le cloud, etc.). C’est pourquoi, ce projet vise à saisir l’ampleur de ces changements, mais aussi les effets qu’ils peuvent entraîner à long terme sur la capacité de régulation de l’État. D’un point de vue empirique, trois méthodes différentes seront utilisées pour collecter des données originales : l’entretien, l’analyse des réseaux et l’observation. Le programme analysera également des données secondaires sur l’usage du big data analytics dans la maintenance industrielle (civile et militaire) et produira des données de cadrage concernant les politiques de la défense (France, Grande Bretagne, États-Unis).
Sur le plan opérationnel, ce programme contribuera à sensibiliser les acteurs institutionnels de la défense sur les risques liés aux premiers développements (tâtonnants) de la création d’un marché de la maintenance prédictive. Ces risques seront principalement saisis sous l’angle organisationnel et contractuel.

Coordinateur du projet

Madame Alina Surubaru (CENTRE ÉMILE-DURKHEIM - SCIENCE POLITIQUE ET SOCIOLOGIE COMPARATIVES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CED CENTRE ÉMILE-DURKHEIM - SCIENCE POLITIQUE ET SOCIOLOGIE COMPARATIVES

Aide de l'ANR 351 385 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2019 - 42 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter