CE28 - Cognition, éducation, formation tout au long de la vie

Une mémoire de l'âge de pierre dans un monde moderne : d'autres arguments provenant de l'effet contamination en mémoire – SAM

Une mémoire à l’âge de pierre dans un monde moderne

Selon la conception de la mémoire adaptative, notre capacité à nous souvenir est probablement adaptée à la résolution de problèmes liés à la fitness (valeur reproductive), en particulier ceux qui ont été importants dans les environnements ancestraux dans lesquels la mémoire humaine a évolué. Un effet contamination en mémoire a été mise en évidence récemment et il soutient une telle conception de la mémoire humaine.

L’effet contamination en mémoire comme argument en faveur de la mémoire adaptative

Le projet ANR-SAM a pour objectif d’étudier cet effet de façon approfondie à deux niveaux : « ultime » et « proximal ». Tout d’abord, nous étudierons les diverses caractéristiques contextuelles qui peuvent potentiellement générer cet effet mnésique (aspects ultimes). Ensuite, nous tenterons d’identifier les mécanismes qui sous-tendent l’effet contamination en mémoire, et en particulier le rôle de l’émotion du dégoût (aspects proximaux). L’investigation de l’effet contamination en mémoire à ces deux niveaux est original et novateur car les deux niveaux d’explication sont importants et complémentaires.

Le premier objectif de nos études sera de fournir des preuves supplémentaires que, étant donné le problème récurrent de nos ancêtres d'éviter d’être contaminé, nous devrions être en mesure de nous mieux nous souvenir d’éléments qui menacent potentiellement notre santé. En effet, se souvenir des objets contaminés est utile pour la survie, et donc adaptatif, car il permet d'éviter ces objets lorsqu'ils sont à nouveau rencontrés dans une situation future (ex: objets touchés par une personne malade). Par conséquent, une première série d'études sera conçue pour tester plus avant l'hypothèse générale selon laquelle les choses qui sont traitées en relation avec la contamination sont mieux mémorisées que les choses qui ne sont pas liées aux problèmes de contamination. Dans la deuxième partie du projet de recherche, nous allons planifier une série d'études visant à aborder la question critique de la façon dont les effets de contamination dans la mémoire se produisent, à savoir les mécanismes proximaux qui peuvent sous-tendre ces effets. Nous examinerons (1) le rôle de l'émotion de dégoût; (2) l'implication de les pensées liées à la mort et (3) le rôle des processus attentionnels.

Avril 2021 :
L’effet contamination en mémoire (= meilleure rétentioin des « choses contaminées » que des « choses non-contaminée ») est obtenu de façon implicite ET explicite.

Un seul indice signalant la contamination (e.g., personne grippée) est à même de produire un effet contamination en mémoire, et pas seulement lorsque diverses indices de contamination sont présents (e.g., des visages ayant des stigmates de maladies différentes).

L’hypothèse selon laquelle des objets touchés par des mains contaminées (par des traces d’urine ou de fèces) sont mieux mémorisés que des objets touchés par des mains propres n’a pas été vérifiée, peut-être parce que la situation de contamination n’est pas apparue comme suffisamment menaçante pour la santé des individus.

Ce projet devrait également avoir des implications pratiques.
Dans le domaine des campagnes de prévention contre certaines maladies (grippe, gastro-entérite), un enjeu est lié au type de message à adresser au grand public pour lutter contre la propagation de l'épidémie.
Dans le domaine de l'éducation, l'adoption d'une perspective évolutive en classe ou à l'université peut avoir des avantages tangibles car elle oblige à penser fonctionnellement au processus d'apprentissage. En effet, il a été démontré que lorsque les informations sont liées à des problèmes de survie, elles sont mieux mémorisées.

Bonin, P., Thiebaut, G., Witt, A., & Méot, A. (2019). Contamination Is “Good” for Your Memory! Further Evidence for the Adaptive View of Memory. Evolutionary Psychological Science, 5, 300–316.

Thiebaut, G., Méot, A., Witt, A., Prokop, P., & Bonin, P. (2021). The behavioral immune system: how does it contribute to our understanding of human behavior? In A. M. Columbus (Ed.), Advances in Psychology Research Vol. 144. New York: NovaScience Publishers.

Thiebaut, G., Méot, A., Witt, A., Prokop, P., & Bonin, P. (2021). “Touch me if you can!”: Individual differences in disease avoidance and social touch. (EHBEA [European Human Behaviour and Evolution Association] 2021, 15th Conference (Digital), 24-27 March 2021. (Poster presentation).

Selon la conception de la mémoire adaptative, la capacité à se souvenir a été façonnée par la résolution de problèmes liés à la reproduction, en particulier ceux qui prévalaient dans les environnements ancestraux. A l'appui de cette conception, il a été observé que des objets contaminés (ou traités en relation avec la contamination) sont mieux mémorisés que des objets non contaminés (ou non traités en relation avec la contamination), mais les études sur ce théme sont trés peu nombreuses. Le projet de recherche concerne l’impact de la contamination sur la mémoire. Une première série d'études testera plus avant l'hypothèse ultime selon laquelle des items traités en relation avec la contamination sont mieux mémorisés que ceux sans lien avec la contamination. Une deuxième série abordera la question cruciale des mécanismes (proximaux) qui sous-tendent les « effets contamination ». Nous examinerons ainsi le rôle du dégoût ; des pensées liées à la mort ; des processus attentionnels.

Coordinateur du projet

Monsieur Patrick BONIN (LABORATOIRE D'ETUDE DE L'APPRENTISSAGE ET DU DEVELOPPEMENT - UMR 5022)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LAPSCO LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE SOCIALE ET COGNITIVE
Trnava University / Department of Biology
LEAD LABORATOIRE D'ETUDE DE L'APPRENTISSAGE ET DU DEVELOPPEMENT - UMR 5022

Aide de l'ANR 146 637 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2019 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter