CE27 - Culture, créations, patrimoine

Pestes et sociétés humaines : émergence, évolution et transformations bio-culturelles – PSCHEET

Pestes et sociétés humaines : émergence, évolution et transformations bio-culturelles

Ce projet a pour champ de réflexion les épidémies de peste anciennes exploitées à partir des archives textuelles, archéologiques et biologiques issues de plusieurs sites funéraires européens. Nous souhaitons engager des recherches clairement interdisciplinaires et novatrices sur la peste justinienne et les « pestes » antiques. Nos deux objectifs principaux sont : d’identifier et retracer les itinéraires de ces « pestes », d’analyser et interpréter leur impact social et culturel.

Objectifs et hypothèses de recherche

Le premier objectif est d’identifier le plus précisément possible ces épidémies (faits archéologiques, chronologie, ADN de l’agent pathogène), de retracer leurs itinéraires et de comprendre leur diffusion. Actuellement, si le cycle de la peste justinienne peut être beaucoup mieux suivi dans sa chronologie et son extension que le cycle des épidémies antiques, on mesure toujours assez mal son développement au-delà des régions qui entourent la Méditerranée.<br />Le second objectif est d’évaluer et discuter l’impact biologique, social et culturel de ces maladies en s’attachant à analyser l’étendue et les variations des ponctions démographiques imputables à ces crises de mortalité, leurs relations à l’âge, au sexe et à l’état de santé préexistant des individus, ainsi que leurs conséquences sur les modalités d’inhumation et la gestion des espaces funéraires. Nos recherches seront fondées sur l'exploitation de documents archéologiques inédits, issus de divers pays d'Europe ; nous tenterons ainsi de répondre aux objectifs posés par le biais de démarches réellement interdisciplinaires qui ont déjà fait leurs preuves. Ces recherches sont novatrices en ce sens qu'elles seront appliquées non pas à tel ou tel site isolé mais bien à plusieurs sites formant un ensemble cohérent ; elles nous permettront de mettre en exergue d'éventuelles ressemblances ou dissemblances avec les épidémies de peste plus tardives actuellement mieux documentées.

- Procéder à des datations absolues.
- Effectuer une analyse taphonomique des sépultures à partir de techniques de modélisation et scannographie 3D afin d’enrichir l’analyse de la simultanéité des décès et l’interprétation.
- Dresser un corpus historique des crises épidémiques antiques
- Rechercher les agents pathogènes de manière à cibler la nature exacte des crises et des modifications génétiques de la bactérie responsable de la peste entre les deux premières pandémies, voire d’une implication possible de Y. pestis pour certaines épidémies antiques.
- Proposer une analyse spatiale fondée sur un recensement des sources textuelles et archéologiques pour la période antique et permettant des discussions sur la diffusion des épidémies
- Effectuer des analyses démographiques et analyser d’éventuelles fluctuations du sex ratio et des profils de mortalité pouvant être liées à une exposition différentielle à la maladie (facteurs événementiels, occupationnels ou sociaux), voire à une évolution de l’interaction homme/pathogène au fil des siècles
- Examiner les indicateurs squelettiques de l’état de santé afin de discuter le caractère sélectif ou non de la mortalité par peste à l’égard de l’état de santé préexistant des individus et de mieux apprécier l’étiologie de certains remodelages squelettiques de manière à statuer sur leur caractère pathologique.
- Initier des analyses des isotopes stables sur différents types de vestiges (os, dents, cheveux) pour une connaissance de l’état nutritionnel des individus et leurs éventuelles migrations (perspectives environnementale, sociale et culturelle) et tenter de détecter des carences alimentaires.
- Mener des travaux de synthèses sur les lieux et les modes d’inhumations pour la peste justinienne et identifier le mode de gestion sépulcral des sites antiques afin de documenter l’évolution des traitements sépulcraux au cours du temps.

IVee siècle av. J.-C, et « Garage Lux » en Egypte à Alexandrie (VIe-VIIIe siècles).
Exploitation de la documentation relative à la stratigraphique des dépôts funéraires du secteur central de la catacombe des Sts Pierre-et-Marcellin et discussion sur leurs origines. Etude des pratiques funéraires des galleries catacombales voisines formant le sanctuaire de martyrs
Etude taphomique de plusieurs sépultures multiples, modélisation et scannographie 3D des plus complexes.
Etablissement d’un corpus historique des crises épidémiques antiques avec l’organisation, en distanciel, de deux journées d’études consacrées à la présentation de travaux ciblés permettant de faire le point sur les connaissances actuelles et d’analyser la perception, la conception et la narration des faits épidémiques anciens dans toute leur diversité.
Travaux de dépouillement des données historiques.
Analyse des pathogènes au Max Planck Institute (Allemagne), recherches sur un protocole d'extraction de l'ARN avec l’espoir de pouvoir détecter certains virus.
Recherche doctorale sur les apports de l’anthropobiologie à l’étude de la peste justinienne : du diagnostic rétrospectif à la caractérisation des déterminants de mortalité.
Etudes biologiques de séries en lien avec des épidémies antiques.
Malgré une délicate situation sanitaire maintien de plusieurs engagements : communications à des colloques et des conférences, organisation de journées d’études internationales, publications, activités éditoriales (deux ouvrages en cours) et valorisation des recherches (documentaire, presse, audit et autres).

Prélèvements pour datation C14 et échantillonnage pour analyses isotopiques (été 2021)
Contrat de 4 mois fin 2021 avec les archéologues de la Soprintendenza Speciale Archeologia Belle Arti e Paesaggio di Roma afin d’exploiter la documentation des ensembles funéraires romains de surface susceptibles d’être liés à une épidémie.
Reprise en début d’année 2022 de l’étude taphonomique des sépultures multiples du site de Saint-Martin-au-Val à Chartres
Contrat d’étude en début d’année 2022 sur la poursuite du dépouillement des données historiques
Pour les analyses isotopiques un premier contrat de deux mois sera lancé à la rentrée universitaire 2021, le second en janvier 2022. Les étudiants sont déjà identifiés.
Formalisation d’un plan de gestion des données d’ici la fin d’année 2021.

BÉRARD (R.-M.), CASTEX (D.) accepté fin mai 2021 sous réserve de légères modifications en cours, Epidemics and Wars: Comparative Archaeology and Anthropology of Ancient Greek Mass Burials, The Anthropology & Demography Unit of ATINER, Athens Journal of Social Sciences.
HUCHET (J.-B.), CASTEX (D.) sous presse, The Walking Dead - Life after Death. Archaeoentomological evidence in a Roman catacomb (Saints Marcellinus and Peter, central area; 1st-3rd century), in C. Knusel, E.M. Schotsmans (éds), The Routledge Handbook of Archaeothanatology. Abingdon: Routledge.
SALESSE (K.),…,CASTEX (D.), 2021, Far from home: a multi-analytical approach revealing the migration of an African-born individual to imperial Rome, JAS: Reports.
CASTEX (D.), KACKI (S.), 2021, Commémorer les épidémies dans un monde changeant : mémorialisation de la peste et autres fléaux infectieux du Moyen Âge à nos jours, in A. Hertzog A., R. Pirzada (éds), Commémorer dans un monde global : géopolitiques de la Commémoration, L’Espace Politique, 42.
CASTEX (D.), 2020, Trois cas singuliers de catacombes romaines, témoignages d'une gestion de morts par épidémies durant la période impériale, Regards croisés sur les grands fléaux épidémiques : loimos, pestis, pestes, Musée d’Histoire de Marseille. 27-30 octobre 2020. Visioconférence.
ROSSIGNOL (B.), 2020, Évaluer l'impact des épidémies antiques : les proxy face aux sources littéraires, Regards croisés sur les grands fléaux épidémiques : loimos, pestis, pestes, Musée d’Histoire de Marseille. 27-30 octobre 2020. Visioconférence.
CASTEX (D.), 2020, Là où les os se mêlent : une archéologie des épidémies, Séminaire d’archéologie du CReA-Patrimoine de l'Université libre de Bruxelles (A. Vokaer org.). 19 mars 2020
CASTEX (D.), 2020, L’archéo-anthropologie et l’histoire des maladies pestilentielles dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Séminaire de l’Ecole française d’Athènes - Technologie de la recherche en sciences humaines, 4 mai et 5 octobre 2020. Visioconférences.

Ce projet a pour champ de réflexion les épidémies de peste anciennes exploitées à partir des archives textuelles, archéologiques et biologiques issues de plusieurs sites funéraires européens. Grâce aux acquis relatifs à la deuxième pandémie de peste en archéothanatologie et bioarchéologie nous souhaitons maintenant engager des recherches clairement interdisciplinaires et novatrices sur la première pandémie (peste justinienne) et les « pestes » antiques. Deux objectifs sont proposés pour les 4 ans à venir.
Le premier est de retracer les chemins de la « peste » et il impliquera :
1. de procéder à des datations absolues,
2. de mettre en œuvre des techniques de modélisation 3D afin d’enrichir l’analyse et l’interprétation de structures funéraires complexes afin de prouver l’existence d’une crise de mortalité,
3. de dresser un corpus des crises épidémiques antiques sur la base de données d'archives (écrits médicaux et juridiques, sources chrétiennes, documentation papyrologique et épigraphique),
4. de rechercher les agents pathogènes qui permettront de formuler de nouvelles hypothèses phylogéniques pour la peste (possibilité de continuité entre les deux premières pandémies) et d’identifier la nature exacte des « pestes » antiques encore très discutée,
5. de développer une analyse spatiale fondée sur un recensement des sources archéologiques et archivistiques afin d’appréhender le rôle de certaines configurations et structures déterminantes dans l'apparition et la diffusion des épidémies et à mieux comprendre les inégalités de santé.
Le deuxième objectif est d’évaluer et discuter l’impact biologique, social et culturel de la maladie et pour l’atteindre nous souhaiterions :
1. effectuer des analyses démographiques en utilisant des techniques nouvelles en anthropologie comme celle du cément dentaire de manière à mieux comprendre les fluctuations de l’âge et du sexe observées au cours du temps pour la peste,
2. examiner les indicateurs squelettiques de l’état de santé afin de contribuer au débat actuel sur la sélectivité de la mortalité par peste,
3. initier des analyses des isotopes stables (azote et carbone) pour une connaissance de l’état nutritionnel des individus et son lien potentiel avec les épidémies.
4. discuter de l’évolution des traitements sépulcraux des pestiférés au cours du temps en lien avec les perceptions et les conceptions sur les modalités de transmission de la maladie,
5. affiner par une étude des textes nos connaissances sur les conceptions médicales contemporaines des épidémies (prophylaxie, traitement du malade, notion de contagiosité et d'épidémie, règlement sanitaires, consignes d'inhumation, traitement des cadavres, etc.).
Ce projet, qui accorde une large part à la recherche fondamentale, est fortement motivé par une interdisciplinarité effective. Plusieurs chercheurs français et étrangers avec des compétences dans différents domaines disciplinaires (sciences historiques, archéologiques et biologiques) sont prêts à l’intégrer. Nos recherches seront fondées sur l'exploitation de documents archéologiques inédits issus de divers pays d'Europe et formant un ensemble cohérent. Il y a bien sûr un véritable challenge concernant la détection des pathogènes pour les crises de mortalité antique mais, d’une manière plus large, ces recherches devraient permettre de nous interroger sur l’originalité des caractéristiques épidémiologique de certaines épidémies et sur les comportements funéraires mis en œuvre face à de tels fléaux au cours des siècles. De plus il sera possible de mettre en exergue d'éventuelles ressemblances ou dissemblances avec les épidémies plus tardives actuellement mieux documentées.

Coordination du projet

Dominique Castex (DE LA PREHISTOIRE A L'ACTUEL : CULTURE, ENVIRONNEMENT ET ANTHROPOLOGIE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ANHIMA Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques
EFR Ecole française de Rome - Direction des études - Antiquité -
ANHIMA Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques
Musée National de Prague / Département d'Anthropologie
PACEA DE LA PREHISTOIRE A L'ACTUEL : CULTURE, ENVIRONNEMENT ET ANTHROPOLOGIE
Max Planck Institute / Science of Human History Department of Archaeogenetics

Aide de l'ANR 284 957 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2019 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter