LabCom V3 - Laboratoires communs organismes de recherche publics – PME/ETI

LabCom Méthodes Alternatives aux Traitements Chimiques de l'Hortensia – LabCom MATCH

Résumé de soumission

La filière horticole ornementale souffre d’un manque de recherche sur les méthodes alternatives aux traitements chimiques et risque de se trouver dans une impasse face au retrait du marché de nombreuses molécules (Plan ECOPHYTO). Or la production d’hortensias a des exigences nécessitant l’usage de nanifiants, fongicides et d’agent bleuissant.

L’entreprise Hortensias France Production (HFP) est le premier producteur français d’hortensias, le troisième européen. La PME produit des plantes en vert à destination des producteurs forceurs. Engagée depuis 2007 dans une démarche de réduction des intrants (label MPS), HFP souhaite acquérir de nouvelles connaissances concernant la biologie de l’hortensia (réponses physiologiques à l’environnement, mécanismes de défense, contrôle génétique) afin de i) mettre au point des traitements et des itinéraires techniques alternatifs et durables limitant l’apparition de Botrytis (champignon responsable de pertes considérables), de nanifier les plantes et d’assurer le bleuissement des fleurs et ii) développer des outils caractérisant les besoins de chaque variété pour une horticulture de précision.

Il existe des pistes d’innovation obtenues sur d’autres espèces horticoles et qui demandent à être développées chez l’hortensia. En associant l’expertise de l’Institut de Recherche en Horticulture et Semences (IRHS UMR 1345) au savoir-faire de l’entreprise HFP, le LabCom MATCH recherchera des Méthodes Alternatives aux Traitements Chimiques sur Hortensia. Les approches pluridisciplinaires de biologie intégrative permettront de travailler sur 3 axes de R&D :
Axe 1 : Développement de méthodes alternatives aux fongicides : recherche d’un produit de biocontrôle contre Botrytis, étude de l’effet de la stimulation mécanique et de la lumière UV sur les défenses de la plante, mise au point d’une détection précoce de la maladie par imagerie et intelligence artificielle, recherche de marqueurs caractérisant le niveau de résistance des variétés;
Axe 2 : Développement de méthodes alternatives aux nanifiants : étude de l’effet de la stimulation mécanique et de la lumière visible sur la compacité, suivi par imagerie et en continu du développement des hortensias en réponse aux traitements et identification de marqueurs caractérisant la compacité ;
Axe 3 : Ajustement des apports de fertilisants et de sulfate d’alumine (agent bleuissant) : étude des besoins en fertilisants et développement d’un indicateur d’état nutritionnel foliaire pour une fertirrigation de précision, étude des besoins en aluminium et de sa mobilisation dans la plante, identification de marqueurs du bleuissement et suivi par imagerie de la réponse des plantes à la fertilisation et au bleuissement.

Le LabCom MATCH générera des connaissances remarquables sur les interactions plante-environnement-pathogène. Le projet permettra à l’Unité IRHS de transférer ses connaissances et méthodes vers une nouvelle plante d’ornement, et ainsi d’élargir ses compétences. Les nouvelles connaissances et méthodes produites seront valorisées par des publications scientifiques internationales. Pour l’entreprise, les résultats du LabCom permettront d’atteindre un haut niveau de durabilité. La réduction des coûts d’intrants et des pertes dues à Botrytis génèreront aussi une nette augmentation du CA de l’entreprise.
Le LabCom produira plusieurs innovations : à court terme (3-5 ans : itinéraires techniques durables adaptées aux variétés ; service informatique pour un suivi en temps réel des cultures par phénotypage haut-débit ; Outils d’Aide à la Décision basés sur les marqueurs moléculaires, génétiques et métaboliques ; produit d’encapsulation de l’aluminium) et à plus long terme (6-10 ans : produit de biocontrôle contre Botrytis). Ces innovations seront valorisées par les deux partenaires soit par du transfert de savoir-faire, des services ou des brevets auprès d’autres entreprises de production d’hortensia mais aussi d’autres filières horticoles.

Coordinateur du projet

Madame Nathalie LEDUC (Institut de Recherche en Horticulture et Semences)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IRHS Institut de Recherche en Horticulture et Semences

Aide de l'ANR 300 000 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2019 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter